Forum de Jeux de Rôle Futuriste - Inspiré des Mutants de Marvel (X-Men)
 
--In Game (mars/avril/mai 2052) : Votre personnage peut évoluer librement en mode vie--
-- IRL (NOVEMBRE 2016) : Nos personnages prédéfinis cherchent une plume pour leur donner vie !--
N'hésitez pas à nous rejoindre !

//

[RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Mer 28 Mar 2012 - 3:35

Cela faisait maintenant plus d'une semaine qu'Eva s'était réveillée de son micro-coma, après son arrivée en fanfare à l'Institut. Autant dire qu'elle n'avait pas vraiment fait une très bonne première impression, à arriver encastrée dans une armure militaire lourde, et il fallait bien avouer qu'elle avait eu de la chance de ne pas se faire démolir, vu les pouvoirs de certains mutants présents sur place. Dans l'esprit d'Eva, la technologie progressait plus vite que la nature, toujours. C'était une loi immuable. Mais il fallait le temps de progresser...

Pour elle, l'humanité arriverait un jour à un point de non-retour, la Singularité technologique, le point à partir duquel la technologie en général serait tellement avancée qu'elle pourrait s'auto-améliorer de plus en plus vite sans aucun recours humain. Certains associaient ce point à la domination des machines, dans des scénarios de type Battlestar Galactica ou Terminator. D'autres voyaient ce moment comme une apogée de l'humanité, une époque à laquelle les gens ne pourraient s'occuper que d'intellect, de culture, de philosophie, sans plus jamais devoir être écrasés par l'effort, la guerre ou la faim. Pour Eva, ni l'un ni l'autre n'arriveraient, mais probablement un mélange douteux.

Le fait était que la technologie avançait plus vite que les gènes. Au fond, à part quelques mutants télépathes, la communication humaine était limitée à la parole et l'écoute, donc une portée assez faible (tout au plus 50 mètres). La technologie en revanche a poussé cela à l'extrême. D'abord l'écriture, puis l'imprimerie, le télégraphe, la radio, le téléphone, internet, ... En moins de deux siècles, l'intellect humain avait augmenté la portée des communications de façon surréaliste. Il arriverait donc, pour la cyberpathe, un moment -rapidement- où un simple équipement technologique, comme son armure, pourrait dépasser voire écraser n'importe quel mutant.

Mais ce point n'était pas arrivé. Mais alors, pas du tout. Par conséquent, si les membres de l'Institut avaient voulu lui chercher des ennuis, elle n'aurait pas eu le moindre moyen de survivre, et malgré l'armure elle se serait faite écraser.
Préférant éviter les problèmes, la brune avait donc tenté d'éviter autant que possible les contacts avec trop de monde à l'Institut. Elle voyait le médecin de temps en temps, elle avait vu miss Lemington, la dirigeante des lieux, mais à part cela elle ne connaissait pour ainsi dire personne.
En fait, elle avait connaissance que d'autres personnes étaient là : elle captait la présence de téléphones, d'ordinateurs, d'e-mails s'envoyant et étant reçus, de discussions par IP... Mais elle n'avait pas vraiment discuté FACE-A-FACE avec quiconque jusque là.

La situation lui convenait. Elle avait besoin d'être tranquille et de réfléchir, de se calmer. C'était dans ce but qu'elle passait une bonne partie de son temps dans le parc qui entourait l'institut : certaines zones dudit parc n'étaient pas ignorées mais presque par les élèves, et les chances d'y croiser quelqu'un étaient minimes, au mieux.
C'était un de ces endroits qu'elle avait choisi ce jour-là pour s'installer. Un peu à l'écart du lac, qui était en revanche plus fréquenté, il y avait une zone où les arbres devenaient plus rapprochés, la végétation plus dense, l'herbe plus épaisse, formant un matelas végétal relativement abondant. Dans cette zone se trouvait un talus qu'Eva appréciait tout particulièrement.

Une fois couchée au sol, installée confortablement, elle avait la possibilité de ne penser à rien ou presque. La brune avait un téléphone avec elle, qu'elle tenait en main, plongeant son esprit dans le réseau informatique constitué par le smartphone. Le mélange entre l'odeur de cette petite forêt et de la végatation, du vent léger, des quelques bruits de la nature tels que l'herbe qui crépite et les feuilles qui bruissent, bref, cette symphonie de la nature maintes fois célébrée par de nombreux poètes (souvent de seconde zone), se mariait à merveille avec ce téléphone.

Pour la plupart des personnes c'était un mariage étrange. D'un côté, toutes les descriptions les plus cliché au monde de la nature, réutilisées des centaines de fois par de mauvais poètes et des auteurs bas-de-gamme, et de l'autre, un symbole de la technologie moderne.
Aux yeux d'Eva, il s'agissait de la même harmonie. Ce qui comptait pour elle ce n'était pas tant le fait de téléphoner, mais plutôt les calculs des logiciels et les liens entre les composants. Elle sentait cette harmonie. Tout était parfaitement logique, mathématique, embriqué à la perfection. Pas de sentiments humains aléatoires, ou imprévisibles, comme la peur, la haine, la tristesse, ou même la joie d'ailleurs. En fait, dans ce système, il n'y avait aucune notion de doute. C'était ce qui la calmait dans cette architecture faite de chiffres et rien d'autre.

Elle était donc là, étalée par terre, une jambe allongée l'autre relevée en appui contre un tronc d'arbre, les yeux fermés et l'air assez tranquille. Sa main gauche était étendue dans l'herbe, la droite tenait le téléphone portable dans lequel son esprit était presque "enfoncé". L'écran affichait des motifs étranges. Des représentations visuelles des pensées de la brune ? Des erreurs du système qui n'avait pas l'habitude d'intrusions aussi étranges ? Difficile à dire, mais elle était au calme, et c'était exactement ce qu'elle voulait. Exactement ce qu'il lui fallait, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas

Alias : Aucun pour le moment
Race : Mutante
Clan : Le nouvel institut
Age du perso : 17 ans
Profession : Lycéenne
Affinités : Sa mère et...
Points XP : 278


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Création de roses et de pétales de rose
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Jeu 29 Mar 2012 - 16:28

L’institut était en pleine effervescence depuis une semaine. Les discussions allaient bon train entres la plupart des élèves à propos de cette femme, étrange d’après ce qu’elle avait cru en comprendre, qui était arrivé littéralement comme un cheveu sur la soupe. Asling fréquentait un lycée public au cœur de Londres et, de fait, elle n’avait donc tout naturellement pas été présente lors de cette arrivée inattendue. Mais d’après ce qu’on lui en avait dit, cette femme était arrivée avec une sorte de robot… Ou d’armure ? Quoi qu’il en soit, une chose était certaine : il s’agissait d’une machine. En dépit des raisons qui l’avait poussé à cesser de suivre sa scolarité à l’institut, l’adolescente regrettait de ne pas avoir été présente à ce moment-là, car le spectacle avait certainement du être assez spectaculaire, assurément. Elle était rempli d’une curiosité profonde vis-à-vis de ce rob’armure, mais malheureusement il lui avait été interdit d’aller la voir de ses propres yeux. Samarah en avait très clairement bloqué l’accès à quiconque et dans ce genre de situation, la télépathe se montrait d’une intransigeance indiscutable.

Aisling en comprenait parfaitement la raison invoquée… Elle avait la responsabilité de la sécurité de l’institut et de ses jeunes résidents et force était d’avouer que cette arrivée aussi brutale que inattendue avait eu comme un arrière-goût d’agressivité sur le moment présent. Tout au moins, cela avait-il du être le cas, car, une fois de plus, l’adolescente n’était pas présente ce jour-là. Ou était-elle d’ailleurs.. ? Au lycée, c’était certain… Mais dans quelle cours précisément.. ? A la vu de l’heure qui lui avait été donné pour cette arrivée surprenante, elle devait être dans le cours de mathématique du professeur Jonas… Ce brave, gentil et très ennuyeux professeur Jonas, qui n’avait certainement pas besoin d’une quelconque camomille pour s’endormir le soir venu. Diable, pourquoi est-ce que cette femme n’était pas arrivée dans la soirée, ou bien encore dans la nuit.. ?

Si la machine qui l’avait accompagné intriguait la jeune fille, ce n’était, pas vraiment le cas de sa propriétaire. De toute façon elle ne devait certainement pas représenter un quelconque danger pour l’institut si Samarah l’avait autorisé à se promener librement entre les murs de l’institut et dans la propriété. La femme mystérieuse ne paraissait de toute façon pas vraiment encline à se mêler à la foule de l’institut, car apparemment peu de gens l’avait croisé depuis sa sortie de l’infirmerie… Passant toues ses journées à Londres, Aisling, moins que n’importe quel autre résident de l’institut encore, n’avait donc eu la chance de la rencontrer de ses propres yeux. La jeune irlandaise ignorait même s‘il s’agissait d’une mutante ou non. A première vue elle dirait que non puisqu’elle était arrivée avec une machine. D’après les quelques informations que la jeune femme avait pu soutirer à Samarah, elle avait fuit quelque chose. La question était donc de savoir quoi… Ou qui…

Tout comme sa mère, qui avait préféré diriger sa grande soif de savoir dans le domaine de la science, Aisling était habité d’une insatiable curiosité. Toutefois, celle-ci ne la poussait assurément pas à courir après la jeune femme afin de lui soutirer les informations en mesure de la satisfaire. Chacun avait le droit de conserver un jardin secret, elle était bien mieux placé que quiconque pour le savoir. Alors, elle n’avait pas cherché à mettre la main sur la libéré sur parole, jugeant que, de toute façon, elle connaîtrait le fin mot de l’histoire à un moment ou un autre. En ce jour, l’adolescente s’était dirigé en direction du parc de l’institut. Il faisait plutôt bon pour la saison et la solitude lui permettait de se libérer un peu de ce contrôle quasi constant qu’elle exerçait sur elle-même afin de ne pas léser transparaître la moindre trace de son état de santé de plus en plus difficile.

Si les élèves de l’institut avaient une préférence certaine pour les zones avoisinant l’orée du parc, les profondeurs du parc elles-même n’attirait que très rarement du monde. A leur décharge, le bord du lac était assurément bien plus agréable que l’intérieur de la forêt. Voilà pourquoi, Aisling s’y rendait régulièrement afin de se libérer du poids de son secret pesant. Elle marchait, lentement, en inspirant profondément, afin de vider son esprit de tous ses soucis, adolescent comme de santé. Après avoir parcouru une trentaine de mètres, Aisling s’adossa délicatement contre un arbre et poussa un profond soupir tandis qu’elle ouvrit le creux de sa main afin d’y faire surgir une superbe rose rouge aux élégants pétales à la caresse soyeuse. Le parfum de ses créations lui paraissait toujours plus puissant que celui d’une rose naturelle… Etait-ce la réalité ou bien simplement une impression totalement partiale ?

Regardant la rose au creux de sa main d’un air songeur, l’adolescente s’interrogeait : Le secret de sa mutation lui pesait de plus en plus sur la conscience, d’autant plus que son pouvoir prenait chaque jour un peu plus d’ampleur. Jusqu’ici elle avait su quoi inviter pour dissimuler ses pétales égarés et justifier des éventuelles roses trouvé par les gens, mais elle savait que cela lui serait de plus en plus difficile à l’avenir. Soudain, elle fut prit d’une conséquente quinte de toux qui la fit tressaillir. C’était la toute première fois. Habituellement, ses problèmes de santé se limitaient à des maux de têtes meurtriers, mais cette fois-ci du sang jaillit de sa bouche avant d’atterrir au creux de sa main, souillant ainsi sa rose rouge d’un écarlate terriblement sanglant.

L’adolescente jeta un regard inquiet sur sa main… Cela s’aggravait visiblement… Etait-ce le signe de sa fin toute proche ? Non, pas aussi tôt, elle n’avait même pas atteint ses dix-ans, ce serait vraiment trop injuste, pensa-t-elle alors rageusement en crachant violemment le sang restant dans sa bouche dans l’herbe située à ses pieds et en resserrant doucement son étreinte sur sa création florale. C’est alors qu’elle vit un mouvement non loin d’elle à travers la végétation. Un instant l’adolescente craint d’avoir été vu par un des résidents de l’institut. Si c’était le cas, il fallait qu’elle lui parle avant qu’il n’aille parler de ce qu’il venait de voir à sa mère. Elle le savait, celle-ci viendrait à l’interroger… Elle connaissait les symptômes, elle ne tarderait pas à découvrir qu’elle était une mutante et les conséquences que cela entraînait pour elle. Se redressant tout en essuyant ses lèvres maculés de sang du revers de sa main libre, Aisling s’écria :

‘’Qui est là ? Montres-toi immédiatement !’’


Dans son inquiétude, l’adolescente avait employé un ton sans doute un peu brusque, bien que non volontaire… Mais son secret ne devait absolument pas arriver aux oreilles de sa mère, jamais… Peu importe les moyens employés pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Ven 30 Mar 2012 - 2:58

En fait, ce n'était pas tellement la nature, qu'Eva appréciait, mais la sérénité. Personne pour parler, communiquer, pas de bruit autres que des sont en général doux, peu agressifs, l'environnement idéal. Et l'esprit de la brune vagabondait, entre les chiffres harmonieusement répartis de la machine qu'elle tenait en main, et d'autres pensées. Pousser les choses plus loin. C'était ce qui lui traversait l'esprit. Beaucoup plus loin, d'ailleurs... Elle était loin de la simple technologie avancée.

Si un hybride sans pouvoir lui permettant de contrôler des équipements informatiques, donc un humain normal, pouvait piloter plusieurs implants... Que pourrait-elle faire, elle ? Les possibilités étaient immenses. Des implants plus complexes encore ? Ou même un châssis artificiel qui ne contiendrait que son cerveau, protégé par l'acier et le titane ? Ou même numériser son propre esprit, le copier, le répandre partout sur les réseaux ? Tout cela était loin de sa portée, et elle n'était pas sûre de pouvoir le faire un jour, mais la perspective l'intéressait. Celle de rendre possible le transhumanisme. En somme, des choses que la majorité des gens normaux trouverait étranges, ou ennuyeuses.

Son intérêt disparut toutefois rapidement, quand elle entendit une voix : celle d'une jeune femme qui semblait la héler. Étant donné que la cyberpathe était perdue dans ses réflexions et dans cette sorte de méditation mathématique, elle ne comprit pas du tout ce qu'on lui disait. Mais il était évident qu'il y avait quelqu'un qui parlait, d'une voix assez forte, ce qui ne présageait rien de bon.

Lâchant le téléphone qui resta sur le matelas végétal confortable, Eva se redressa rapidement, visiblement aux aguets, comme une proie venant d'entendre un bruit étrange, ou pire encore, le son caractéristique fait par un prédateur. Son regard se porta sur la gauche, sur la droite, et elle se retourna ensuite pour apercevoir Aisling. Lorsque la brune vit à qui elle avait affaire -visiblement une élève- elle laissa échapper un soupir, semblant rassurée.


- Pfff... Je ne vous avais pas entendue vous approcher...

Ce n'était à priori pas quelqu'un d'hostile, d'ailleurs, elle semblait blessée. Ce fut un des premiers détails que la brune aperçut : le sang sur les lèvres et le dos de la main de la jeune femme face à elle. Haussant un sourcil, visiblement inquiète... ou plutôt... Non. Elle avait l'air concernée, mais pas inquiète en tout cas. Son expression affichait un mélange inhabituel de curiosité froide, et de préoccupation.

- Vous êtes endommagée.

A peine eut-elle fini de prononcer sa phrase, la brune sembla avoir comme un "blocage", ouvrant grand les yeux, comme quelqu'un qui vient de gaffer et réalise ce qu'il vient de dire. "Endommagée", sérieusement ? Pourtant c'était le premier mot qui lui était venu à l'esprit, par réflexe. Et techniquement, le mot était correct, si l'on suivait la définition du dictionnaire. Mais son emploi dans le cas présent était... Totalement incongru. L'expression de surprise se transforma en inquiétude, en inquiétude très visible cette fois-ci. Cela faisait un moment que sa façon de réflechir et de s'exprimer se modifiait doucement... de façon parfois imperceptible, ou presque.

Ses raisonnements devenaient plus froids, et son vocabulaire plus précis... Mais parfois au détriment de conventions sociales couramment admises. La plupart des personnes civilisées disaient : "vous avez besoin d'aide, tout va bien ?" au lieu d'énoncer un simple constat : "vous êtes endommagée". Elle devrait plus réfléchir aux mots qu'elle employait. Eva était déjà vue bizarrement par les habitants de l'Institut, les choses risquaient de sérieusement empirer si elle parlait comme Arnold Schwarzenegger dans Terminator 2... Secouant un peu la tête et fronçant les sourcils, la brune reprit finalement, se corrigeant :


- Vous avez l'air blessée ou malade, vous voulez que j'appelle quelqu'un ou vous êtes déjà sous traitement ? demanda-t-elle, alors qu'elle ramassait le téléphone. Les motifs colorés et lumineux qui étaient sur l'écran disparurent, alors que sans qu'elle ne le touche, le smartphone se mit en mode "Appel", prêt à composer un numéro.
Revenir en haut Aller en bas

Alias : Aucun pour le moment
Race : Mutante
Clan : Le nouvel institut
Age du perso : 17 ans
Profession : Lycéenne
Affinités : Sa mère et...
Points XP : 278


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Création de roses et de pétales de rose
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Ven 30 Mar 2012 - 18:47

Son intervention avait visiblement surprise la personne qui se dissimulait dans la végétation toute proche, car Aisling entendit soudain un brouhaha végétal confus et désordonné, jaillir de l’endroit visé par son regard inquiet. C’est alors quelle la vit, cette tête surgissant de l’horizon végétal, pareillement à une de ces fameuses taupes que l’on devait frapper sur la tête avec maillet avant qu’elle ne rentre à nouveau dans son trou. Mais heureusement pour l’inconnue, elle n’était pas une taupe et l’adolescente n’avait pas de maillet sous la main… Encore que pour sa défense, Ailsing aurait pu plaider la légitime défense face aux responsable de l’institut, arguant que une personne qui se dissimulait dans l’herbe, forcément c’était assez louche.

Une inconnue, car même ainsi il n’était pas difficile de déterminer le sexe de cette personne qui était en train de regarder à droite et à gauche, avant de finalement se retourner dans sa direction tout en se redressant quelque peu. Visiblement elle n’était pas myope, voilà qui plaidait favorablement en faveur de sa nature non taupesque. Elle émit un petit soupir, comme soulagée de la voir… Elle lui avait fait peur.. ? Est-ce qu’elle n’inversait pas un peu les rôle, là, par hasard.. ? Quoi qu’il en soit, elle la fixa à son tour durant de longues secondes, l’interrogeant sur le fait de savoir si elle était… Endommagée.. ? Mais qu’est-ce qu’elle racontait cette fille.. ? Elle n’était pas une mach… C’est alors que Aisling réalisa : elle devait sûrement parler du sang qu’il y avait sur le revers de sa main gauche et, sans doute, encore sur ses lèvres si elle en croyait le goût amer dans sa bouche et cette sensation de liquide légèrement poisseux sur son palais. Mais c’était une bien étrange manière de s’exprimer cela étant dit, assurément.

Ceci dit, l’adolescente ne connaissait pas cette fille… Ou plutôt, cette femme, car elle était apparemment bien trop vieille pour passer pour une adolescente… Et elle ne faisait pas partie du personnel de l’institut, autrement elle l’aurait déjà vu depuis tout ce temps qu’elle vivait ici avec sa mère. C’est alors que l’adolescente se demanda si ce n’était pas tout simplement cette femme arrivée avec son espèce de robot, voilà de cela quelques jours. Dans un sourire aussi fugace que légèrement amusée, la jeune irlandaise se dit alors en son for intérieur qu’il n’était pas étonnant que personne ne la voyait jamais dans l’institut, si cette dernière passait son temps à se cacher dans la forêt autour de l’institut.

Lorsque Eva lui demanda si elle voulait qu’elle prévienne quelqu’un tout en commençant à manipuler son smartphone, Aisling sentit tout à coup un sentiment de panique jaillir en elle. Appeler ?! appeler qui ?! Un docteur ?! L’hôpital ?! Quelqu’un de l’institut ?! Samarah peut-être.. ?! Ou bien pire encore… Sa mère.. ?! Elle avait certainement du la rencontrer depuis tout ce temps… Qui que ce soit qu’elle appelle, cela ne ferait que susciter la curiosité et l’inquiétude de sa mère qui ne la laisserait alors plus tranquille tant qu’elle ne lui aurait pas expliqué ce qui n’allait pas… Et un médecin comprendrait sûrement la nature de son été, même s’il n’était pas au fait des inconvénients des enfants des mutants vaccinés. En revanche, sa mère ne manquerait pas de l’ausculter à son tour, en mère inquiète et médicalement capable qu’elle était et elle, comprendrait sans la moindre difficulté le pourquoi de son état… Et elle en déduirait ensuite tout naturellement sa nature de mutante… Absolument tout ce que Aisling ne voulait définitivement pas.

Mais pour commencer, de quoi elle se mêlait cette femme ?! Est-ce qu’elle lui avait demandé quoi que soit ? Pas dans son souvenir en tous cas et, jusqu’à preuve du contraire, sa maladie destructrice n’attaquait pas particulièrement les fonctions mémorielles du cerveau. Alors, dans un élan presque un peu trop volontaire, l’adolescente tendit légèrement sa main gauche en direction de Eva et s’écria :

‘’Non ! N’appelez personne !’’

Aisling réalisa alors son emportement sans doute un peu trop suspect et elle s’empressa d’ajouter sur un ton redevenue plus calme et en ramenant sa main vers elle dans une respiration légèrement haletante :

‘’Je vais bien, ne vous inquiétez pas… J’ai ce qu’il faut, inutile d’appeler qui que ce soit.’’

Puis, elle jeta la rose ensanglantée installée dans le creux de sa main droite au sol, en un geste rageur, avant de plonger sa main dans la poche avant de son jeans. L’adolescente en extirpa son flacon de nicodine et, afin de tenter de tromper Eva, en fit tomber un comprimé dans sa main de libre juste avant de le balancer dans sa bouche. Le flacon fut entaché par le sang de la jeune fille, par le contact de sa main droite sur laquelle elle avait craché et celle-ci se maudit en se disant qu’elle allait devoir le nettoyer si elle ne voulait pas que les gens se pose des questions. Après avoir avalé son comprimée, l’adolescente poussa un profond soupir avant de rassembler le sang encore dans sa bouche et de le cracher avec force à ses pieds. Elle fouilla ensuite dans une autre poche de son jeans et en sortit un mouchoir en papier qu’elle passa sur ses lèvres afin de les nettoyer au mieux… Pour ses mains en revanche, il allait lui falloir de l’eau…

Aisling reporta ensuite son regard sur la femme et lui dit, le souffle encore un peu court :

‘’Vous voulez appeler qui de toute façon.. ? Un médecin.. ? On a ce qu’il faut à l’institut, ne vous en faites pas… C’est juste un soucis passager, cela va passer…’’

Tenta-t-elle encore de lui faire avaler, ne doutant pas un seul instant que Eva se contenterait de son explication à défaut d’être un médecin elle-même, avant d’ajouter :

‘’Ce serait plutôt à moi d’appeler quelqu’un en fait, car vous n’êtes pas de l’institut… Vous ne seriez pas cette femme arrivée il y a quelques jours, avec son espèce de robot par hasard.. ? Certains élèves de l’institut vous appellent même robot girl à défaut de connaître votre prénom.’’

Attaquer la première et renverser la situation, voilà qui était une bonne solution pour lui faire oublier son envie de bonne samaritaine. Aisling poursuivit :

‘’Je peux savoir ce que vous faites ici, toute seule.. ? Une personne de suspicieuse pourrait penser que vous préparez un mauvais coup, vous savez…’’

Ajouta encore l’adolescente, bien décidé à faire oublier à la femme ce qu’elle venait de voir en la plaçant en position de suspecte en lieu et place d’elle-même. Elle n’en était pas très fière, mais il en allait de son secret et, par définition, de la tranquillité d’esprit de sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Sam 31 Mar 2012 - 9:15

Emportement sans doute un peu trop suspect... Un énorme peu suspect, d'ailleurs. Visiblement surprise par la réaction, la brune eut un léger mouvement de recul, clairement assez craintive. En dehors de son armure, n'importe quel mutant un peu énervé pouvait probablement la débiter en pièces, écraser, brûler, ou dieu sait quoi d'autre. Clairement, dans un monde presque en guerre, Eva n'avait pas hérité du pouvoir le plus utile pour survivre. Elle aurait eu un pouvoir d'armure de fer, de super-vitesse, ou autres, elle se serait probablement sentie plus rassurée, mais dans l'état actuel des choses, elle se sentait aussi vulnérable qu'un Bernard-L'hermite sans coquillage à squatter. L'épisode de la poursuite avec les hybrides l'avait clairement marquée.

La cyberpathe sembla toutefois quelque peu rassurée quand Aisling se "calma" quelque peu, expliquant qu'elle n'avait pas besoin d'aide, et que tout allait au mieux. Elle semblait sur la défensive, ce qui dans l'esprit mathématique et mécanique d'Eva, passa pour un danger potentiel. Mieux valait éviter les ennuis et ne pas trop la contrarier. Ignorant tout de ses pouvoirs, éviter les embêtements serait une bonne idée, surtout dans un tel endroit. Quelle idée avait-elle eu, de se dire "et si j'allais dans cette petite zone perdue dans les bois où on ne m'entendrait éventuellement même pas crier" ? Une certaine méfiance, plutôt de la crainte, était visible sur son visage en tout cas, un peu comme quelqu'un se retrouvant face à un type étrange ayant un flingue, dans la rue.


- Bien, bien. Vous gérez votre traitement, aucun souci. Je n'appelle personne. Vous voyez ? dit-elle alors en levant les mains en l'air, avec le ton d'un négociateur de la police évitant que des otages ne se fassent tuer.

Elle décida de joindre le geste à la parole, montrant l'écran du téléphone, sur lequel la fonction d'appel disparut, pour revenir au menu principal. Plus d'appel !
Le fait était qu'il valait mieux continuer sur l'idée qu'Eva n'est pas dangereuse, ni hostile, elle ajouta donc :


- J'étais juste surprise par le fait que vous crachiez du sang... Mais si vous dites que c'est bon, alors c'est bon. Inutile de prendre des mesures excessives, hein ?

Son cerveau calculait, calculait, calculait, sans cesse, toutes les probabilités possibles et imaginables. Si elle avait eu un pouvoir lui permettant de lancer des lasers par les yeux, si elle avait eu un pouvoir mental permettant de lui attaquer l'esprit, si elle avait eu un pouvoir de super-vitesse, force, magnétisme, ... Toutes ces options avaient été prises en compte, et elle avait calculé les meilleures options de sortie possibles pour s'échapper dans ces divers cas. Sa petite expérience malheureuse au BCGDCA lui avait appris ça : toujours prévoir le pire. Si les choses tournent mal elle a de l'avance, si les choses tournent bien elle a envisagé le pire pour rien ce qui en soit n'est pas bien grave.

Observant donc la jeune femme face à elle -probablement une élève vu son âge- qui était en train de s'essuyer le visage, Eva se posa quelques questions... Pourquoi ce sang ? Un effet de son pouvoir ? Ou une maladie ? Pourquoi être aussi paniquée quand elle avait proposé d'appeler de l'aide ? Une maladie contagieuse dont personne ne devait être au courant ? Ou autre chose de plus personnel ? Les options étaient nombreuses et pour cette fois-ci, clairement la cyberpathe avait une flemme monumentale de calculer les possibles implications, elle avait des problèmes plus préoccupants sous la main.

D'ailleurs, l'élève sembla devenir plus agressive, indiquant que Stark n'était pas de l'Institut. Techniquement, non en effet, mais elle avait l'autorisation de se promener dans les environs tant qu'elle ne s'éloignait pas trop. D'ailleurs quelque part, la fille Stark se doutait que si elle tentait de sortir de l'enceinte de l'Institut, Samarah Lemington le saurait immédiatement et reviendrait l'attraper par la peau des fesses pour la ramener, ou dieu sait quoi d'autre encore... Toujours le même état d'esprit : éviter les problèmes.
Mais lorsqu'Aisling évoqua le fait que quelqu'un de suspicieux pourrait penser qu'elle prépare un mauvais coup, elle ne put s'empêcher de glousser avec un petit sourire amusé. Ce n'était pas un rire méprisant, ou rien de ce genre, elle semblait plutôt trouver ça mignon qu'autre chose. Haussant les épaules, elle répondit alors, cherchant à jouer franc-jeu :


- L'armure est en veille et sous scellés. Je pourrais toujours la réactiver à distance en me plaçant à portée mais j'en vois mal l'intérêt vu qu'ici le Cercle ne viendra pas tenter de m'éliminer. Quant à faire quelque chose de suspect, ou préparer un mauvais coup... Le pire que je puisse faire avec ce téléphone serait de partager des photos de chat sur internet... Enfin, en supposant que j'arrive à capter une liaison 3G ici, ce qui entre nous n'est pas vraiment gagné. J'ai tenté en m'introduisant dans le téléphone d'augmenter la portée, mais sans grand succès...

Le calculateur qu'était son cerveau sortit une conclusion qui permettrait d'assurer sa sécurité : dans le monde animal en général, montrer une forme de soumission face à l'alpha permettait parfois à un membre inférieur de la meute d'être gardé en vie, comme laquais généralement. Bon, le problème était que cela fonctionnait chez les loups, et que l'alpha était en général un mâle, or Aisling était une femelle humaine. Se jeter au sol en mettant le ventre en l'air n'aurait donc pas forcément un effet très positif ou frappant. Mais il fallait malgré tout la laisser en position de force pour qu'elle n'ait pas une envie excessive de s'en servir, et ne sente pas la nécessité de montrer ladite force.

- Après, je ne sais pas quel est votre pouvoir, mais je vous rassure, il bat complètement le mien. Donc inutile de faire une quelconque démonstration. Samarah Lemington m'a dit de rester dans l'enceinte de l'Institut, et de ne pas utiliser mon pouvoir pour réactiver l'armure, donc je reste dans l'enceinte de l'Institut, et je ne réactive pas l'armure, ajouta-t-elle, toujours les mains en l'air bien en évidence, se disant qu'évoquer une personnalité encore plus dominante pourrait passer l'envie à son interlocutrice de chercher plus de problèmes, par crainte des possibles répercussions.
Revenir en haut Aller en bas

Alias : Aucun pour le moment
Race : Mutante
Clan : Le nouvel institut
Age du perso : 17 ans
Profession : Lycéenne
Affinités : Sa mère et...
Points XP : 278


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Création de roses et de pétales de rose
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Sam 31 Mar 2012 - 19:53

En voyant la femme lever les bras en l’air comme si elle se rendait à une quelconque autorité, Aisling esquissa un haussement de sourcil de plus perplexe. Qu’est-ce qu’elle était en train de lui faire exactement, là ? Même si son ton avait pu paraître un peu trop agressif, elle ne l’en avait pour autant pas menacé d’une quelconque arme. Son attitude, plus proche de la réaction enfantine que de la réaction typiquement adulte, laissa un moment l’adolescente dans le doute : Est-ce qu’elle se moquait d’elle, ou bien est-ce qu’elle était tout simplement légèrement défaillante au niveau de la structure cérébrale de son cerveau.. ? Etait-elle moqueuse, ou bien alors tout simplement… Lente…

Son regard se fit alors soupçonneux. Si elle était une mutante avec un comportement d’enfant, alors elle se devait de se montrer extrêmement prudente… Surtout si son pouvoir était de nature physique ou bien, plus grave encore, psychique. Son air apeuré lui donnait le mauvais rôle et, dans l’optique d’une adulte attardée, Aisling se sentait un peu mal à l’aise d’avoir effrayé cette petite chose toute tremblotante qui n’osait d’ailleurs pas se relever. Passer pour un monstre, un bourreau d’enfant alors que on en était absolument pas un, cela heurtait quelque peu l’ego, sans le moindre doute. A son grand soulagement Eva obtempéra à sa demande, certes un peu virulente, de ne joindre personne. Voilà qui réglait déjà le premier point.

Lorsque Eva lui apprit sa surprise de la voir ainsi cracher du sang, Aisling pensa ironiquement qu’elle n’avait pas été la seule à être surprise de cela. Jusqu’ici elle n’avait eu que des maux de têtes lancinants, de plus en plus douloureux, de plus en plus souvent et malheureusement de plus en plus violents, mais au moins cela pouvait-il passer inaperçu aux yeux des autres. Mais si elle commençait à cracher du sang de cette manière, l’adolescente n’osait pas imaginer ce que cela déclencherait comme interrogations chez ceux qui y assisterait. D’autant plus que le sang était nettement plus difficile à se débarrasser que des pétales de roses… Voilà qui allait singulièrement lui compliquer la tâche et Aisling n’aimait pas ça… Elle n’aimait même pas cela du tout. Un seule solution s’imposa alors dans son esprit : repousser encore un peu plus ses retours à l’institut, le soir après les cours et augmenter ses absences durant les week-end. Mais les choses devenaient compliqué et la jeune irlandaise ne savait pas vraiment comment gérer ce nouveau symptôme…Son premier réflexe, celui qui lui venait immédiatement à l’esprit était d’aller en parler à sa mère. Mais cela, malheureusement elle ne le pouvait pas… Et elle ne le pourrait jamais, à aucun prix.

La notion de mesures excessives exprimées par Eva conforta l’adolescente dans son impression d’ogre terrifiant qu’elle paraissait être. Alors comme ça, elle pensait qu’elle pouvait lui faire du mal.. ? Et avec quoi ? une de ses roses ? Oui, bien sur, elle allait lui balancer un bouquet de roses en pleine figure et elle allait lui faire très, très, très mal, c’est sur. Cette pensée amusa intérieurement l’adolescente qui ne pu réfréner un sourire… Même si elle lui révélait son pouvoir, la femme se tordrait certainement de rire en apprenant sa nature et son inutilité complète… Et dire qu’elle avait visiblement peur d’elle, c’en était presque comique en vérité, mais peut-être pas autant que le fait qu’elle l’avait deviné mutante et qu’elle allait devoir la détromper, afin de conserver son secret.

Eva lui expliqua ensuite sa situation, celle de son armure… Le fait que Samarah l’avait laissé libre de ses mouvements au sein de la propriété, à la condition qu’elle se tienne tranquille et qu’elle ne fasse pas de remous en utilisant son pouvoir… Une mutante capable de manipuler les machines, si l’adolescente comprenait bien ses explications… Elle non plus ne risquait pas grand chose dans ce cas, car hormis le fait de lui balancer son smartphone en pleine tête elle ne voyait pas d’autre appareil à utiliser par cette dernière, dans les environs proches. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres et puis… S’adossant contre un arbre, Aisling se détendit quelque peu et dit à Eva sur un ton plus tempérée :

‘’Si Samarah vous surveille, alors je vous conseille effectivement de ne rien tenter de malheureux… C’est une très puissante télépathe vous savez… Elle pourrait vous faire exploser le cerveau à l’instant même ou vous décideriez de prendre la fuite… Et la distance ne sera pas un obstacle pour elle.’’


En vérité, l’adolescente ignorait si Samarah pouvait réellement faire ça, et d’autant plus si la distance était trop grande. Mais la mutante, mi-invitée, mi-prisonnière, ne devait pas vraiment le savoir non plus. Apaisée et tentant de minimiser au mieux les traces de sang sur ses mains en les frottant vivement, Aisling ajouta encore en désignant brièvement ses lèvres de la main :

‘’Ce n’était rien, juste le reste d’une très mauvaise grippe… On est encore en hiver vous savez… Et ne vous en faites pas, je ne suis pas une mutante… Mais ma mère, elle, en est une… Vous l’avez déjà rencontré j’imagine… Elle travaille ici depuis cinq ans, c’est Sinéad O’Hegarty.. et elle non plus, ce ne serait pas votre machine qui l’arrêterait.’’


Se sentit légèrement obligé de lui préciser l’adolescente, sans pour autant lui dévoiler la capacité de sa mère à pénétrer les rêves des gens… Et tous le monde rêvait, même ceux qui ne s’en souvenait pas… Puis, changeant de conversation elle demanda encore à Eva :

‘’Et vous.. ? C’est le contrôle des machines c’est ça ? Uniquement tout ce qui est électronique j’imagine, non ? vous contrôlez l’électronique en fait, pas vraiment les machines elles-même… Heureusement que vous n’êtes pas venue au monde il y a deux siècles dans ce cas.’’


S’amusa la jeune fille, tout en continuant de se frotter du mieux qu’elle le pouvait ses mains tachés de sang… Le sang qui séchait, quelle plaie !

‘’Et pourquoi vous êtes venu ici exactement ? chercher refuge, c’est ça ? J’ai bien essayé de demander à Samarah, mais quand elle ne veut rien dire elle peut se montrer résolument têtue vous savez.’’

Et c’était peu de le dire… Mais Aisling avait de la chance, elle la connaissait depuis cinq ans et la télépathe l’avait vu grandir, un peu comme une grande sœur… Ce qui lui permettait certaines familiarités que ne pouvaient s’autoriser la plupart des autres élèves de l’institut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Dim 1 Avr 2012 - 10:08

"Je ne suis pas une mutante". Ce furent les mots qu'elle entendit le plus clairement dans tout ce que venait de dire Aisling, et au moment même où celle-ci eut terminé de parlé, elle baissa les mains avec un soupir de soulagement, et un air un peu dépité.

- Pfff... Vous auriez pu le dire directement, que vous n'êtes pas mutante... je n'aurais pas eu à me la jouer négociatrice face à un type qui a une bombe atomique.

Clairement, son attitude avait changé de manière parfaitement radicale : elle ne semblait plus craintive ni quoi que ce soit d'autre. Si Aisling était humaine, elle n'avait visiblement pas une forte constitution, et n'avait pas l'air d'être une championne de kung fu ou de boxe, elle n'avait pas l'air armée, donc à l'instant même où la jeune élève signala qu'elle n'était pas mutante, elle ne représenta plus aucun danger.

La brune s'installa donc tranquillement contre l'arbre, celui près duquel elle était quelques minutes auparavant, avant de fouiller dans sa poche pour en sortir une barre chocolatée, composée à 90% de sucres, de sirop de glucose, et d'autres sucreries chimiques innomables. C'était parfait pour elle. Même si elle était en train de plus ou moins "méditer", le fait était que son esprit était comme mêlé à l'électronique du téléphone, ce qui était un usage de son pouvoir, et par conséquent, consommait une certaine quantité de sucres. De fait, un peu de chocolat/caramel/céréales/bidule industriel, riche en saccharose et en Glumétraxtrol-X-44 ou dieu sait quelle autre substance au nom suspect, c'était l'idéal. Ironiquement.

Une autre chose devenait évident pour elle : si Aisling n'était pas mutante, Eva pouvait sans risque être tout à fait directe avec elle, sans devoir craindre une conséquence violente, ou néfaste, ou quoi que ce soit d'autre. Son discours, et même le ton de sa voix, changèrent donc de façon assez étonnante. Même sa voix : elle semblait plus grave, plus assurée, les mots moins détachés. Elle n'avait plus à calculer à la milliseconde chacun de ses mots, par conséquent les choses devenaient bien plus confortables pour elle... Et elle put donc sans inquiétude déclarer :


- Sous traitement mon oeil. Quand quelqu'un crache du sang, c'est qu'il y a un saignement quelque part. Et quand on est sous traitement, on n'a pas de saignements internes dans le système digestif supérieur ou dans les poumons. Je ne suis pas médecin, mais j'ai des bases de biologie humaine, obligé vu le boulot que je faisais. Après si vous ne voulez pas que quelqu'un sache, soit... Ce sont vos affaires, je ne vais pas prétendre m'en mêler ou causer des ennuis. Vous voulez en parler, vous le faites, vous ne voulez pas vous ne le faites pas, je ne serai pas celle qui le fera à votre place.

Après avoir terminé sa phrase, elle croqua la barre aux ingrédients encore non-identifiés, même si le chocolat semblait être un composant important, avant de la mâchouiller l'air pensive. Cette histoire de Samarah qui pouvait exploser les cerveaux... Possible. Elle avait des pouvoirs à la portée inconnue, mais c'était clairement une mentaliste, quelqu'un avec des pouvoirs psychiques. Eva détestait ça. Scientifiquement parlant, leur fonctionnement était encore inconnu, et Eva n'aimait pas ce qu'elle ne pouvait pas reproduire avec des machines. En théorie, la majorité des pouvoirs pouvaient être reproduits techniquement, d'ailleurs.

Super force... Super endurance... Super réflexes... Même des pouvoirs plus exotiques comme générer des lasers, du plasma, de la régénération, ou même des changements d'apparence. Ses employeurs ne s'étaient jamais intéressés à des concepts aussi avancés, notamment car les mettre en oeuvre demanderait des dizaines d'années de recherches, à des coûts immenses, sans garantie de résultats...
Mais en théorie, il était même possible de créer des alliages métalliques "intelligents" changeant de propriétés, d'apparence, de volume, simplement à la demande. Oui, la brune adorait la technologie et ses possibilités... Mais certaines choses échappaient encore à la science.

Et parmi ces choses, il y avait les pouvoirs mentaux. Jusqu'ici, elle avait eu beau faire des recherches dans toute la communauté scientifique, mais il n'y avait que des vagues théories, jamais validées par des démonstrations ou calculs fiables, jamais prouvées par des expérimentations concrètes, rien. Jusqu'ici, les pouvoirs mentaux étaient au delà de la compréhension de la science, et vu la façon de raisonner d'Eva -très mathématique- cela l'énervait passablement.
Haussant finalement les épaules après ce bref instant de réflexion, elle se décida à répondre à son interlocutrice :


- C'est plus une sorte d'instinct mathématique... Si quelque chose est programmé, que ce soit un ordinateur normal, quantique, ou autres, je peux planter mon cerveau dedans et agir avec. C'est comme ça que je pilotais l'armure, y'a pas de "joystick" ni rien, il faut avoir mes capacités pour s'en servir, sinon elle restera immobile. Pas très utile, comme pouvoir, pour se défendre, surtout quand on n'a qu'un téléphone ou un lecteur MP3 sur soi, mais bon... elle eut un petit sourire amusé, tout en continuant sa phrase : c'est pas comme si j'avais la possibilité d'avoir un remboursement pour échange.

Eva fit une brève pause pour remanger un morceau de ce qui, après avoir goûté, semblait être une barre faite de chocolat au lait avec des morceaux de quelque chose à base de noisette, et reprit ensuite après avoir fini de mâchouiller.

- Après, disons que j'ai eu quelques ennuis avec les autorités du bon Oncle Sam... C'est pour ça que je suis là. Elle soupira longuement, regardant un peu dans le vide. Sans moi ces connards seraient à l'âge de pierre technologique et voilà la reconnaissance de ceux qui connaissent leur boulot... Une chance qu'ils soient à peine plus qu'une bande de primates, intellectuellement parlant... Sinon j'étais foutue.

Clairement, il y avait énormément de ressentiment dans ces dernières phrases, qui changèrent son expression de "pensive" vers celle de quelqu'un qui a une affaire à régler, qui veut rattraper le score, bref, quelqu'un qui se prépare à peut-être faire quelque chose de stupide...

- Une trentaine d'armures du même modèle... Je les contrôle toutes simultanément... En 15 minutes l'organisme qui voulait massacrer tous les mutants est rayé de la carte à coups de lance-flammes et de projecteur au plasma.

Stressée. Clairement, l'incident était encore frais dans sa tête, et ce stress était visible : elle se pinçait les doigts, comme des sortes de tics, son regard était fixe comme si elle imaginait la scène, et elle semblait comme avoir oublié la présence d'Aisling, ou de la barre chocolatée d'ailleurs, celle-ci manquant de tomber.
Revenir en haut Aller en bas

Alias : Aucun pour le moment
Race : Mutante
Clan : Le nouvel institut
Age du perso : 17 ans
Profession : Lycéenne
Affinités : Sa mère et...
Points XP : 278


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Création de roses et de pétales de rose
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Lun 2 Avr 2012 - 22:25

Le fait que l’adolescente ne soit pas une mutante enhardit visiblement la femme, car celle-ci baissa ses bras, cessant par-là même de passer pour une grosse idiote, tout en la houspillant presque comme si c’était elle qui l’avait surprise et qui lui avait fait peur… Quel culot elle avait tout de même celle-là ! Et puis qu’est-ce qu’elle croyait.. ? Que parce que elle n’était pas une mutante avec un pouvoir en mesure de la faire se tenir tranquille, Aisling n’était pas capable de la mettre au tapis.. ? Elle n’était ‘’peut-être pas’’ une mutante, mais l’adolescente avait tout de même suivi les cours d’autodéfense que l’institut prodiguait aux élèves afin que ceux-ci ne se retrouvent pas totalement désarmé en cas de non possibilité d’utilisation de leur pouvoir. Alors, qu’elle n’aille pas s’imaginer pouvoir faire quoi que ce soit de contrevenant à la sécurité de l’institut sans qu’elle n’intervienne… Elle se faisait peut-être passer pour non mutante, mais jamais elle ne laisserait qui que ce soit commettre le moindre acte malveillant à l’encontre de ce qui était sa maison et, littéralement, sa famille.. Et dans le pire des cas, même si ses roses ne représentaient absolument aucun danger dans l’absolu, elle pourrait toujours lui en fourrer deux ou trois dans la bouche afin qu’elle s’étouffe avec. Mourir étouffé par des roses, voilà qui serait une fin des plus poétiques, assurément… Elle pourrait même lui dire merci dans son dernier râle de vie, de lui avoir offert une telle mort.

Eva poursuivit alors, se permettant une fois de plus de lui faire la morale sur son propos concernant sa quinte de toux sanglante et son absurdité, tout en commençant à dévorer une barre chocolatés. Cela fit légèrement crisper les lèvres de l’adolescente, qui sentit à nouveau poindre en elle un sentiment de rage latente. Elle devait bien lui concéder toutefois que son excuse de la grippe était un peu, pour ne pas dire beaucoup, stupide. Mais en même temps, c’était la toute première fois que cela lui arrivait et la jeune fille n’avait donc pas eu l’occasion de réfléchir à une véritable justification digne de ce nom. Elle avait été prise de court, aussi bien par ce nouveau symptôme des plus inquiétant, que par la présence inattendue de cette femme en ce lieu habituellement désert. Non seulement elle remettait son excuse en cause, mais cela elle aurait pu parfaitement lui pardonner vu le misérabilisme de cette dernière, mais en plus elle se permettait insidieusement de juger de ses raisons. Mais pour qui se prenait-elle, cette… Cette… Intruse !

Tandis qu’elle continuait de parler tout en s’empiffrant comme une vilaine petite goinfre de sa barre chocolatée, Aisling frotta ses mains de façon un peu plus énergique, un peu plus sèche, en un signe évident de contrariété silencieuse… Saleté de sang… Mais de quoi elle se mêlait bon sang… En l’écoutant parler d’elle-même, de son pouvoir et de sa situation, l’adolescente se surprit à songer, dans une pensée certes légèrement mesquine suite à ce que Eva avait osé dire à propos de son excuse et de sa situation concernant sa santé, que la femme avait apparemment un ego aussi démesuré que la statue de la liberté et une modestie à peine plus petite et, bien entendu, sa triste tentative d’humour, sans doute destinée à détendre l’ambiance, passa totalement inaperçu aux yeux de la jeune irlandaise.

Eva avait fini par littéralement se parler à elle-même, tandis qu’elle évoquait les évènements qui l’avait conduite à venir trouver refuge à l’institut. Tout en vantant sa prodigieuse et superbe capacité à contrôler quarante ou cinquante super armures en même temps, qui deviendraient sans doute soixante ou soixante-dix au prochain passage, sans oublier de bien rabaisser au niveau le plus bas de l’évolution ses employeurs et d’ajouter qu’elle avait réglé la terrible et terrifiante situation très dangereuse en un quart d’heure montre en main, la femme paraissait en vouloir encore énormément à ces derniers. Elle avait le regard timidement perdu dans le vide, un accent de mépris et de rage dans la voix… Il était plus ou moins certains qu’elle leur en voulait encore et l’adolescente pouvait aisément le comprendre : Comment ne pas en vouloir à des gens ? qui avaient essayé de nous tuer ?

Lorsqu’elle se tut pour se perdre encore un peu plus dans le néant en en oubliant presque sa barre chocolatée qui oscillait dangereusement entre sa main lâche et le vide béant du sol herbeux, Aisling esquissa un sourire habité d’une pointe d’ironie avant de lui dire :

‘’Hé bien… Avoir un si grand pouvoir et ne pas être capable de s’en servir pour se protéger en l’absence de toute machine de guerre, c’est assez triste je trouve… C’est comme être une simple non mutante en fait… C’est être… Comme moi…’’

C’était là une petite vengeance toute aussi puérile que très clairement personnelle, car même si Aisling n’était pas une véritable non mutante, son mensonge lui faisait voir le monde de leur point de vue pourtant. Certains mutants méprisaient ceux qui n’avaient pas de pouvoir, ceux qui n’avaient pas leur gène X activé, et Eva semblait faire parti de ce genre de mutant si elle en croyait ses propos précédemment raconté. Elle ajouta encore :

‘’ Mais avec un si grand pouvoir, pourquoi vous êtes venu chercher refuge ici.. ? Vous n’avez besoin de personne avec ce type de capacité, surtout dans un monde technologique comme le nôtre. Si en plus vous êtes poursuivi, vous allez attirer des ennuis à l’institut et mettre ses élèves en dangers…’’

Le propos était assez cruel, il fallait bien l’avouer… Cruel et sans la moindre pitié… Même si, fondamentalement, l’adolescente savait que on ne pouvait pas refuser d’aider Eva. Elle était une mutante elle aussi après tout… Et l’institut avait pour vocation de donner refuge à tous les mutants, quel que soit leurs ennuis et leurs poursuivants. Aisling était entièrement d’accord avec ce principe, elle pouvait difficilement ne pas l’être avec une mère mutante qui avait connu la précédente incarnation de l’institut et qui l’avait bercé dans cet idéal d’entraide avec tous les mutants, même si elle n’en avait, en fin de compte, pas vu un seul jusqu’à ses onze ans.

Non… Ces propos assez malvenus dans le contexte de l’institut n’était pas vraiment sérieux. Il s’agissait juste d’une petite vengeance à cause des propos de Eva concernant son excuse lié à son crachat sanglant. Qu’est-ce qu’elle y connaissait après tout.. ? Ce n’était pas parce qu’elle avait une extrêmement vague notion de la biologie humaine, qu’elle pouvait se permettre de lui dire qu’elle mentait… Même si, dans les faits, c’était vrai.

Et puis c’était de sa faute après tout, à trop se vanter de son étonnante capacité et de sa formidable supériorité sur les autres… Et le pire, c’est qu’elle poussait l’audace jusqu’à rabaisser timidement son pouvoir dans un semblant de fausse modestie alors qu’elle pouvait quasiment contrôler toute chose. Electronique en ce monde… Alors que l’adolescente pouvait faire preuve de modestie elle… Créer des roses, n’importe quel jardinier un tant soit peu doué était en mesure d’y arriver.

‘’Mais vous avez de la chance, on accueille n’importe quel mutant à l’institut, même ceux qui nous apporte des montagnes d’ennuis…’’


Lasse de frotter ses mains d’un restant de sang qui ne partirait guère plus sans le recours à de l’eau, Aisling détacha ses mains et les placa dans son dos, contre l’arbre auquel elle s’était adossé. Elle poussa un soupir et dit encore :

‘’Bon… Et si vous commenciez par me dire qui vous êtes maintenant.. ? Moi je m’appelle Aisling… Aisling O’Hegarty et comme je vous l’ai déjà dit, je vis à l’institut avec ma mère.’’
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Mar 3 Avr 2012 - 9:11

Être comme elle. Il y avait de ça. Ce n'était pas tant qu'elle détestait son pouvoir, mais... En fait, si il y avait un peu de cela. Il avait été une source de problèmes depuis le départ. Sans ces capacités elle n'aurait jamais développé un tel goût pour les mathématiques, elle aurait pu être une fille tout à fait superficielle, aux goûts quelconques, faire un métier moyen comme commerciale, ou un truc sans le moindre danger, avoir une vie ordinaire mais à peu près satisfaisante, et mourir sans jamais se préoccuper d'avoir le cercle derrière elle. Mais au fond, ce n'était pas très utile de faire des reproches car au fond, à qui reprocher quoi ? Ses propres parents de lui avoir transmis le gène X ? Ils n'y étaient pas pour grand chose au fond. Elle-même ? Elle n'avait pas choisi d'avoir cette mutation. C'était toute la difficulté de ce genre de situation : personne n'était véritablement coupable. Il n'y avait donc personne sur qui rejeter les reproches... Dieu, pour les croyants, à la limite... Mais Eva se considérait comme trop rationnelle pour se mettre à vénérer un dieu quelconque. Elle partait du principe que s'il y avait vraiment une entité divine quelconque, elle aurait sûrement mieux à faire que d'écouter des prières minables ou se préoccuper de si le mariage gay doit ou non être autorisé.

Elle revint donc un peu à elle quand Aisling répondit, et se contenta de hausser les épaules tout en répondant :


- On ne peut pas tous avoir des pouvoirs puissants ou utiles. Si j'avais eu la capacité de je ne sais pas, colorier les murs en rose, ou faire pousser des légumes, je n'aurais sûrement pas eu autant de problèmes... Et sans technologie, ça ne permet en effet pas de se défendre. Et encore... Même avec de la technologie. Sans armement du genre, que voudriez-vous que je fasse, que je fasse sonner leur téléphone pour leur faire croire que leur mère appelle ? Croyez-moi... C'est parfois mieux de n'être pas mutante, ou d'avoir une capacité peu utile. Ca peut éviter énormément de problèmes stupides.

Gardant le silence un petit instant, elle se décida ensuite à répondre au reste de la question.

- Après, un "si grand pouvoir"... démarra-t-elle en levant les yeux au ciel. Comme je l'ai dit, face à deux types avec des implants lance-flammes qui vous courent après pour vous éliminer, pouvoir effacer la musique de leur iPod ne servira pas à grand chose. C'est pour ça que je suis venue ici... A la fois par panique et par réflexe. J'ai pensé à partir pour ne pas ramener ces espèces de cinglés ici, mais on m'a dit qu'ils ne viendraient pas jusqu'ici. J'espère que c'est vrai... Je suis pas une super-guerrière, au contraire, mon mode de vie idéal serait qu'on me fiche une paix royale, la conquête du monde ce n'est pas vraiment mon objectif principal... Enfin on n'a pas toujours ce qu'on veut.

Rester tranquille, sans personne qui vienne l'ennuyer, ou lui causer de problèmes, sans qui que ce soit pour lui donner des ordres douteux, lui reprocher sa mutation, son travail, ou autres

- Pouvoir calculer, se mêler à l'informatique, tout en faisant des recherches pour améliorer le sort de l'humanité entière par le savoir, et les découvertes... Je demandais pas grand chose de plus. Après, les intérêts économiques ridicules, ou les peurs enfantines de l'inconnu, ça ne m'intéresse pas, comme tout ce qui provoque des conflits d'ailleurs. La majorité des combats sont inutiles...

Mais le fait était que ce mode de vie lui était pour le moment clairement fermé, à moins qu'elle ne trouve une sorte de moyen d'aller vivre en antarctique, ou quelque chose de ce type. En autarcie totale... Si elle pouvait numériser son propre esprit, et le transférer dans des machines, ce serait une alternative possible : pas de problèmes de température, au contraire le froid glacial du pôle sud serait un parfait refroidissement naturel pour tous les processeurs lui servant de conscience...
Encore une fois elle sembla retomber dans ses pensées, réfléchissant à ce rêve pourtant assez étrange, et bien inhabituel. En général les gens rêvaient d'une île paradisiaque, ou d'une sorte d'aventure. Pour Eva ce n'était rien de ça. Les plaines gelées de l'antarctique, du matériel informatique puissant avec d'immenses capacités de calcul, et des journées dédiées à éclaircir les mystères de l'univers. Une forme de techno-ermitisme mutant ?

Lorsqu'Aisling l'interrompit dans ses pensées, lui posant encore une question, Eva afficha un air un peu surpris, avant de finalement répondre, revenue à elle :


- Hein ? Ah, oui... Désolée. Je m'appelle Eva Stark. Résidente temporaire à l'Institut... Si votre lecteur de DVD a un souci, n'hésitez pas, au moins je servirais à quelque chose conclut-elle avec un sourire sincère, mais un peu amer. Il semblait évident qu'elle ne se sentait pas glorieusement utile, ici.
Revenir en haut Aller en bas

Alias : Aucun pour le moment
Race : Mutante
Clan : Le nouvel institut
Age du perso : 17 ans
Profession : Lycéenne
Affinités : Sa mère et...
Points XP : 278


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Création de roses et de pétales de rose
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Mar 3 Avr 2012 - 20:49

Colorier des murs en rose ou bien encore faire pousser des légumes, mais de qui se moquait-elle donc.. ? Elle osait lui prétendre qu’elle aurait préféré avoir un pouvoir aussi stupide que le sien, plutôt que celui qui lui avait été offert par le gène X et que l’adolescente lui enviait avec avidité. Au moins, elle ne mourrait pas aussi jeune pour un pouvoir ridicule, si elle avait eu sa surprenante capacité à contrôler l’électronique. Le plus ironique, c’était que la jeune fille ne pourrait même pas s’offrir des roses à son propre enterrement, alors que son pouvoir s’y prêtait à merveille. Eva poussa même l’ignominie jusqu’à prétendre qu’il était préférable d’être comme elle, une ‘’non mutante…’’ Cette dernière phrase irrita férocement Aisling qui afficha une mine contrariée. Ces mutants qui prétendait ne pas vouloir de leur pouvoir, soit parce que ils étaient trop ceci, trop cela… Ou bien encore qui disaient vouloir un pouvoir plus simple, moins puissant… L’adolescente les détestait, ces mutants geignards qui ne réalisaient pas la chance qu’ils avaient d’avoir un tel pouvoir et d’être en mesure de vivre une vie longue et dénuée de toute peur d’une mort programmée à cause d’un stupide vaccin inoculé à leurs parents

Aisling aurait aimé pouvoir annoncer à sa mère que elle aussi était une mutante, tout comme elle… Elle aurait aimé voir briller dans les yeux de sa mère, ce sentiment de fierté en découvrant que sa fille était comme elle… Une enfant de l’atome. Sinéad lui disait que cela n’avait aucune importance, qu’elle l’aimait parce que elle était sa fille, uniquement et que le fait qu’elle soit une mutante ou non ne changerait en rien l’intensité de son amour à son égard… Mais l’adolescente était tellement désireuse de faire le bonheur de sa mère, qu’elle ne pouvait se convaincre de cette simple réalité. Le destin lui fut malheureusement extrêmement cruel, car pour son plus grand malheur elle se devait de faire le désespoir de sa génitrice en lui mentant sur sa mutation afin de ne pas l’inquiéter et sur sa mort programmée qui, elle le savait, l’anéantirait… Voilà pourquoi, la jeune fille avait décidé de partir avant ce fatidique moment… Le doute, plutôt que la certitude d’une peine sans le moindre réconfort possible.

Eva poursuivit dans sa complainte de la pauvre petite mutante aux allumettes sans la moindre défense, traqué par des monstres surpuissant et impitoyable et, dans son discours, un détail attira l’attention de l’adolescente. Elle avait dit des gens avec des implants lances-flammes.. ? Est-ce qu’elle voulait dire que des gens, des humains, avaient eu des lances-flammes intégré physiquement à leur bras.. ? Cette phrase laissa la jeune fille assez songeuse, tandis que la mutante enchaînait sur la simplicité de son objectif de vie… Sauver le monde tout entier en l’aidant à s’améliorer, rien que cela.. ? Si Eva regrettait son pouvoir, cela ne paraissait pas être le cas de son ego toujours aussi énorme apparemment. Sa dernière phrase, celle visant à se rendre utile dans le cadre d’un usage domestique de sa capacité mutante, sincère ou non, passa quelque peu au-dessus de la tête de l’adolescente sur le moment… Faire preuve d’autant de modestie avec un tel pouvoir, cela en devenait presque insultant selon elle.

Aisling fini par pousser un soupir las en levant brièvement les yeux au ciel, avant de répondre à Eva :

‘’Pauvre, pauvre, pauvre petite mutante sans défense, contre ce monde cruel… Je ne sais pas si vous le faite exprès ou bien alors si vous êtes vraiment idiote, mais vous réalisez ce que votre pouvoir vous permet de faire.. ? Le monde entier n’est que technologie bon sang… Vous parliez de ces gens avec des lances-flammes implantés, sur le bras j’imagines… Mais pour relier la machine au bras humain, il doit bien y avoir un quelconque élément électronique dans la connexion, non.. ? Vous pourriez alors sans doute les neutraliser en agissant sur ce dernier.’’


A nouveau un soupir fusa de ses lèvres et son regard se fit plus perçant, plus intrusif envers Eva…

‘’Vous vous plaignez que votre pouvoir vous attires des ennuis, mais est-ce que vous pensez que c’est facile d’être une non mutante dans un institut exclusivement habité par des mutants.. ? De se dire que la seule raison qui vous autorise à demeurer ici, c’est uniquement le fait que votre mère est elle-même une mutante et qu’elle travaille dans ce même institut.. ? De supporter durant plus d’un an les regards méfiants des autres et leurs messes basses, à chaque fois que vous croisez leur chemin.. ? D’être l’intruse, qui n’a normalement pas sa place ici.. ? De tout garder en vous, afin de ne pas inquiéter votre mère ou bien encore pour ne pas lui faire de la peine en la laissant s’imaginer qu’elle a peut-être fait une erreur en rejoignant ce nouvel institut.. ?’’

Aisling cessa là ses exemples. De toute façon, qu’est-ce qu’elle pourrait bien lui répondre.. ? Que ce n’était pas la même chose ? Que elle ne pouvait pas comparer les deux situations.. ? Qu’elle n’était qu’une gamine qui ne savait pas de quoi elle parlait.. ? Le problème, c’était qu’elle ne deviendrait jamais une adulte comme elle. Pourtant, l’adolescente ne pu s’empêcher d’ajouter :

‘’Vous vous plaignez, mais auriez-vous préféré avoir un pouvoir inutile et mourir d’ici moins de cinq ans, parce que vos parents mutants auraient été vaccinés.. ?’’

Le coup de grâce, assurément… Il serait difficile à la femme de prétendre que cela était moins important que ses petits tracas avec, l’adolescente ne savait trop qui, au gouvernement. Néanmoins, consciente de déborder un peu trop sur sa propre réalité, la jeune irlandaise changea de sujet en disant :

‘’Mais c’est vrai, vous n’avez rien à craindre tant que vous resterez entre les murs de l’institut… Personne n’osera jamais venir s’en prendre à nous au risque d’avoir affaire à une impressionnante coalition de pouvoirs plus ou moins puissants… Mais si vous voulez un conseil d’amie, mêlez-vous aux autres résidents sinon cela va devenir rapidement difficile pour vous Eva. L’institut est un refuge pour tous les mutants en difficulté, mais il accepter la contrepartie de la vie en communauté avec ses inconvénients, certes, mais aussi et heureusement, ses avantages.’’

Voilà… Aisling s’était quelque peu laissé emporté, alors qu’elle savait pertinemment que cela n’aurait pas du être. Ses dernières paroles ne rattrapaient pas tout, mais c’était déjà un bon début, assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Mar 3 Avr 2012 - 21:32

Suite aux propos d'Aisling, Eva resta totalement calme. Ce tempérament, de rester "zen" dans la plupart des situations, pouvait être très rassurant... Ou très énervant. Dans le cas présent, ça semblait clairement énerver la reine des roses, qui semblait à l'origine souffrir de sa condition de non-mutante. Chaque expérience présente des vécus différents, et la brune comprenait bien pourquoi la résidente de l'Institut aurait préféré être mutante. Tout comme un mutant au pouvoir handicapant ou déformant pourrait regretter être mutant. Au final, la plupart des gens regrettaient de ne pas être ce que sont les autres... Ce n'était pas tellement nouveau au fond, depuis l'aube de l'humanité, il y a toujours eu des personnes pour vouloir ce qu'a le voisin et détester ce qu'il a lui-même, sans savoir l'apprécier. Et évidemment, ledit voisin était dans le même cas, à vouloir ce qu'avait l'autre...

- Il faut bien penser à une chose, la mutation ne vous rend pas foncièrement meilleur, plus fort, ou plus courageux. Oui, après coup je me suis rendue compte que j'aurais pu utiliser leurs implants contre eux-mêmes. Merde, j'aurais pu leur faire danser la gigue si j'avais voulu, ou leur faire faire la circulation. Mais j'étais terrorisée, tout simplement. Je ne pensais qu'à fuir. Je ne m'étais jamais battue, et je ne voulais pas me battre. Quand on a le coeur qui bat à 200 à l'heure et qu'on est terrifié, on ne pense pas forcément aux options stratégiques les plus intéressantes...

Aisling enchaîna alors sur ses difficultés en tant que non-mutante au sein de l'Institut... Eva avait presque oublié que c'était une école. Et comme beaucoup le savent les écoles ne sont pas toujours les lieux où l'intégration se fait le mieux ou le plus... Ceux qui sont un peu différents sont souvent ceux qui sont isolés, sujets de bizutages, moqueries, ou autres, que ce soit quelqu'un avec un accent, avec une tête un peu bizarre, un nerd ou quelqu'un de plus petit que la normale, il y a toujours au moins une personne qui ne fait que subir sa scolarité.
Et au fond dans une école mutante où il y avait des centaines de choses aussi inhabituelles que bizarres, quoi de plus normal que ceux qui sont isolés soient, justement, ceux qui sont "normaux" au sens génétique du terme ? Ca ne devait pas être aussi simple que ça...

La jeune élève évoqua finalement le fait qu'il valait mieux tenter de s'intégrer à la communauté de l'Institut, mais vu l'échange houleux qu'elle était en train d'avoir, clairement la brune se disait qu'elle ferait mieux de rester dans son coin à faire ses affaires sans rien demander à personne... Les réactions d'Aisling étaient hostiles, alors que pourtant Eva ne pensait pas à mal. Il y avait après, par contre, une énorme différence entre ce que l'on veut dire, et ce que les autres comprennent de ce que l'on dit, clairement la cyberpathe n'était pas une experte pour formuler ses propos et faire comprendre son ressenti de façon claire. Elle était assez maladroite de ce côté-là, son pouvoir n'aidant pas des masses d'ailleurs.

Mais malgré tout, certains mots retinrent l'attention de Stark, qui fronça un peu les sourcils avec un air pensif. "De tout garder en vous, afin de ne pas inquiéter votre mère"... "Un pouvoir inutile et mourir d’ici moins de cinq ans, parce que vos parents mutants auraient été vaccinés"... Ces deux phrases changèrent son expression vers un air de surprise, comme si elle venait de réaliser quelque chose.


- Le vaccin... Oh, c'est ça le... dit-elle alors en montrant le sang.

Elle n'avait pas un air de pitié, ni un air condescendant, elle semblait plutôt réfléchir. Et c'était bel et bien ce qu'elle faisait. Comprendre les conséquences de ce qu'elle venait de déduire : Aisling était bel et bien malade, mais c'était visiblement à cause du vaccin. Ah, ce vaccin... Le père d'Eva pensait que c'était une bonne chose, mais elle en revanche n'avait jamais compris l'intérêt de cette saleté inefficace, elle avait souvent dit en parlant de celui-ci que c'était une "saloperie même pas testée convenablement", et "digne d'un médecin de cirque". Cela ne l'avait pas aidée à se faire des amis dans le milieu, autant l'avouer, mais pour quelqu'un d'aussi mathématique et méthodique que Stark, déployer à grande échelle un produit chimique aussi important aux effets aussi graves sans faire des tests extrêmement étendus était d'une imbécillité scientifique sans nom.

Elle-même n'était pas passée bien loin de se retrouver dans la même situation : son père avait participé à l'élaboration du vaccin, c'était d'ailleurs la raison pour laquelle il était aussi bien vu au sein du BCGDCA, et pour laquelle Eva y avait été acceptée assez facilement. Au tout départ, l'influence de son père avait énormément aidé pour qu'elle s'intègre dans les équipes de recherche et développement en armement.


- Je connais des personnes, dans les labos du BCGDCA... Des vrais scientifiques, de ceux qui ont un vrai esprit créatif, pas juste des imbéciles autoritaires d'extrême-droite anti-mutante. Je tenterai de les contacter pour voir s'ils n'ont pas fait de progrès concernant les effets secondaires du vaccin.

Elle se passa alors la main sur le visage avec un air dépité. Même si son sens moral était rongé petit à petit par son pouvoir, laissant place à un cerveau exclusivement froid et mathématique, il n'avait pas encore été trop altéré pour l'instant et le temps ultra court entre le développement du vaccin et son déploiement la déprimait toujours autant. Finissant par regarder de nouveau son interlocutrice, elle ne sembla pas trop savoir quoi faire ou dire. "Désolée" ? Elle n'y était pour rien au fond. "Je vaincrai ceux qui ont créé le vaccin" ? Cela ne la guérirait pas. Lui faire un câlin ? Mauvaise, mauvaise idée... Lui donner du chocolat ? Pourquoi pas... Le chocolat est bon pour le cerveau, il a des propriétés intéressantes aidant à se détendre. Elle se décida donc finalement, sortant de sa poche une autre barre chocolatée, du même type, avant de la tendre vers elle en proposition.
C'était maladroit, mais la cyberpathe ne voyait pas trop quoi faire d'autre.
Revenir en haut Aller en bas

Alias : Aucun pour le moment
Race : Mutante
Clan : Le nouvel institut
Age du perso : 17 ans
Profession : Lycéenne
Affinités : Sa mère et...
Points XP : 278


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Création de roses et de pétales de rose
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Mer 4 Avr 2012 - 12:55

Aisling dévisagea quelque peu Eva d’un œil circonspect… Elle avait eu peur.. ? Elle avait eu peur de deux types avec un lance-flammes accroché au bras, alors qu’elle avait, d’après les dires de certains des résidents ébloui par son exosquelette de métal, une super armure énorme et gigantesque capable de briser des murs.. ? L’adolescente ne savait pas trop quoi penser finalement. Soit Eva était d’une lâcheté incroyable… Soit elle était tellement imbue de sa propre personne, qu’elle exagérait grandement la capacité de son pouvoir… Soit, dernière option encore envisageable, elle était stupide. Quoi qu’il en soit, avoir un armure comme elle en possédait une et pouvoir en contrôler d’autres en même temps ne servait pas à grand chose si on fuyait comme un lapin au premier adversaire venu, c’était certain.

Lorsque la mutante évoqua le vaccin tout en désignant du doigt le sang au sol, AIsling ne compris pas tout de suite le rapprochement absolument délirant qui venait de se faire dans son esprit mécanique. Ce ne fut que lorsqu’elle enchaîna avec les scientifiques du BCGDCA, qui apparemment avait le bon goût de trouver grâce à ses yeux d’être supérieur, que soudain elle réalisa… Elle croyait qu’elle parlait d’elle-même.. ? Enfin… Elle parlait vraiment d’elle-même, mais comment diable son esprit analytique boiteux avait-il pu penser que c’était de son propre cas qu’elle parlait.. ? Visiblement, être au-dessus de la masse ne la rendait pas plus intelligente contrairement à ce que la mutante avait l’air de penser. Elle se décolla vivement du tronc d’arbre contre lequel elle s’était appuyée, mais avant qu’elle ne puisse répliquer quoi que ce soit Eva lui tendit une barre chocolatée semblable à la sienne. L’adolescente la regarda avec étonnement durant de longues secondes, mais finalement elle s’approcha de Eva et prit la barre chocolatée dans sa main. Elle n’avait aucune raison de la refuser après tout et peut-être, était-ce là une façon pour la mutante de débuter un semblant de convivialité. La jeune fille déchira l’emballage de la friandise et, tout en en croquant un savoureux morceau qui fondit avec un plaisir certain sur sa langue, elle retourna s’adosser contre son arbre.

‘’Ne va pas te faire des fausses idées…’’

Lui dit-elle alors entre deux mâchonnements.

‘’Si vraiment tu connais des vrais scientifique qui travaillent sur le vaccin, alors permets-moi de douter de leurs capacités si ils t’ont expliqué la chose ainsi…’’


A nouveau, son flot de paroles fut interrompu par quelques mâchonnements savoureux, avant que l’adolescente ne reprenne la parole :

‘’Le vaccin et je sais de quoi je parle parce que ma mère est une vraie scientifique compétente, elle, ne fonctionne pas de la sorte. Ses effets secondaires n’apparaissent que chez les enfants de mutants vaccinés, qui sont eux-mêmes porteur du gène mutant… Si un mutant vacciné à des enfants qui ne sont pas des mutants, alors les effets secondaires du vaccin sont sans effet sur eux… Comme je te l’ai dit, au cas ou tu l’aurais déjà oublié, je ne suis pas porteuse du gène mutant et donc, je ne suis absolument pas mutante. De fait, ta déduction est totalement erronée et tes amis scientifiques sont des ânes qui ne méritent visiblement pas leur salaire.’’

Conclu Aisling, en croquant à nouveau dans sa barre chocolatée… C’était vrai quoi, bon sang… Elle lui avait pourtant bien dit qu’elle n’était pas une mutante, alors comment son esprit tordu avait-il pu en arriver à penser qu’elle était malade à cause de ce fichu vaccin.. ? Esprit supérieur, mon œil ! Quoi qu’il en soit, l’adolescente était curieuse de voir ce que Eva allait bien pouvoir lui répliquer à cette vérité scientifique indéniable : Etant une ‘’non mutante’’, son crachat sanglant ne pouvait pas être le résultat de son état de santé défaillant suite au effets secondaires du vaccin inoculé à sa mère. Non mais… Elle ne laissait personne de l’institut découvrir la vérité sur son état, alors ce n’était pas pour laisser une étrangère y arriver, foi de Aisling. Après une succession de mâchonnements bref, la jeune fille poursuivit d‘un air quelque peu nonchalant :

‘’Ma mère travaille sur le sujet de toute façon et je suis certaine qu’elle trouvera une solution pour tous ces mutants nés de parents vaccinés. Mais pour ma part j’évoquais le cas de tous ces jeunes mutants qui savaient désormais leur fin toute proche… Au début, personne ne savait alors les premiers décès passaient plutôt pour des morts malheureuses. Mais avec la découverte de la causalité entre les vaccinations et la transmission du gène mutant, ces morts malheureuses ont pris une nouvelle dimension… Mets-toi un peu à leur place, savoir que tu ne dépassera sans doute jamais ta vingtième année… La vingt troisième, dans le meilleur des cas… Tu savais que C’était l’âge du mutant né de parents vaccinés, qui avait vécu le plus longtemps.. ? Alors s’il te plait, essaye de réfléchir un minimum avant de tirer des conclusions aussi stupide et de pleurer sur ton sort… Eux, ont vraiment des raisons de se plaindre.’’

Termina la jeune fille avant d’avaler un troisième morceau de barre chocolaté… Vraiment pas mauvaise cette barre, songea-t-elle alors dans une pensée distraite, tandis que ses mâchoires continuaient de remuer activement.

‘’Quoi qu’il en soit…’’

Fini par reprendre distraitement Aisling, dans un léger soupir.

‘’N’oublies pas ce que je t’ai dis… A force d’éviter tous le monde et de rester dans la forêt comme une vieille sauvageonne à longueur de journée, les élèves de l’institut vont finir par penser que tu es étrange et par se méfier vraiment de toi… Tu as de la chance, moi je ne suis plus une élève de l’institut… Par conséquent cela limite les risques que je finisse par te trouver étrange et par te regarder avec un œil terriblement soupçonneux. Mais les autres résidents, eux… Surtout que en plus, tu n’as pas vraiment le même âge qu’eux… Tu as quoi… Trente.. ? Trente-cinq ans.. ? Tu n’es plus toute jeune en tous cas, c’est un fait.’’

Lui asséna sans ambages la jeune irlandaise, tout en continuant d’avaler distraitement sa friandise. C’était vrai… Un adolescent qui passait ses journées dans la forêt à fuir les autres, c’était un solitaire… Une adulte de plus de trente ans qui passait ses journées dans la forêt, c’était … Louche… Au mieux il s’agissait d’une excentrique et, au pire, d’une inadaptée sociale… Dans un cas comme dans l’autre, Eva allait rendre sa vie à l’institut extrêmement difficile si elle persistait à se couper ainsi des autres résidents de ce même institut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc) Jeu 5 Avr 2012 - 8:02

Non seulement son interlocutrice niait tout rapport entre le vaccin et le fait qu'elle crache du sang, mais en plus, elle se mettait à la tutoyer. Les choses tournaient de plus en plus mal, et Eva se mit à commencer à réfléchir à une stratégie de repli... Elle pourrait très bien s'installer et se reposer une autre fois. Ou autre part. Il devait y avoir d'autres endroits isolés, sans aucune chance de croiser quiconque, autre part dans le parc...
En tout cas, il n'était pas nécessaire d'être un génie pour ressentir l'hostilité et la tension qui montait chez son interlocutrice. Pour le coup, sa déduction sur le vaccin était certes basée sur peu, mais semblait "possible". Ce n'était pas extrêmement probable, mais possible... Le fait était que la brune ne comptait pas tenter de creuser plus loin vu que de toutes manières l'élève en face d'elle ne semblait pas très intéressée par le fait d'avoir une discussion approfondie à ce sujet. La cyberpathe avait même proposé d'aider dans la mesure de ses maigres moyens, mais même cela avait été accueilli avec une réponse bien peu enthousiaste.

Elle n'était pas du genre à se lancer dans des grandes batailles de mots (ou physique, en fait), et cherchait en général à éviter ce type de conflits. Dans une telle situation, la meilleure solution qu'elle connaisse était de répondre le strict minimum, voire juste pas du tout, et de trouver une occasion d'aller ailleurs pour une raison quelconque.


- Hmhm, répondit-elle du coup sobrement en haussant les épaules à l'évocation de ceux qui ne méritaient pas leur salaire, et au fait qu'elle se plantait totalement.

La brune préférait largement dire "ok" et arrêter d'argumenter que de continuer la foire aux reproches. Visiblement Aisling ne voulait pas qu'Eva parle de cette histoire de sang, elle n'en parlerait donc pas. Elle ne semblait pas non plus vouloir parler tout court, mieux valait donc déserter la scène subtilement, quoique, la subtilité sociale n'était pas vraiment le point fort de Stark... Même avant que son pouvoir ne commence à changer sa façon de raisonner elle n'avait jamais été extrêmement "polie" socialement parlant, ni habile, elle était d'un genre très direct même. Trop sûrement.


- En effet, répondit ensuite la brune lorsqu'Aisling termina sa deuxième tirade.

Visiblement sa mère, madame O'Hegarty donc, travaillait activement sur le vaccin. C'était intéressant... Peut-être qu'elle contacterait malgré tout les personnes qu'elle connaissait au sein du BCGDCA pour avoir quelques informations. Au fond malgré le génie de Sinéad, peut-être que des données internes pourraient lui être utiles dans ses recherches. Mais autant éviter de l'évoquer. La brune eut un léger mouvement de sourcil alors qu'elle pensait à cela... Parler le moins possible pour générer le moins de sources d'énervement ou de reproches que possible. Difficile de vraiment rebondir sur "En effet" et "Hmhm" pour écraser quelqu'un !

La conversation se mit ensuite à dériver sur le fait qu'elle cherchait à éviter tout le monde et que c'était une mauvaise chose pour s'intégrer... Là, l'expression d'Eva changea radicalement alors qu'elle affichait un air pour le moins effaré. C'était justement pour éviter ce genre de conversation qu'elle tenait à s'isoler autant que possible, et jusque là ça lui avait plutôt réussi dans l'ensemble. Mais visiblement ses contacts avec les résidents des lieux semblaient ne pas être bien partis pour être agréables, et de fait elle devrait trouver un moyen plus efficace de se dissimuler.
Au final, l'Irlandaise émit une hypothèse sur son âge, semblant aussi poser une question en même temps. Ce serait l'occasion de s'enfuir d'ici, tout en répondant le minimum.


- Vingt-huit en fait. Et croyez bien que suite à cette conversation, je regrette de n'avoir pas réussi à mieux me cacher.

Dérapage. Elle se maudit intérieurement d'avoir ajouté cette seconde partie à la phrase. Tant pis. Il ne fallait pas lui laisser l'occasion de repartir là-dessus, Eva se redressa donc et commença à repartir vers l'Institut.

- Je dois le recharger, commença-t-elle en montrant son téléphone. Bon rétablissement en tout cas... Pour la grippe, conclut-elle finalement d'un ton assez morne, l'air assez dépité, tout en continuant sa route.

L'excuse n'était pas grandiose, surtout avec 80% de batterie restante, mais avec de la chance elle passerait tranquillement. Ce n'était pas s'isoler qu'il fallait... Chacun de ses contacts avec les présents avaient des fortes chances de se terminer de cette manière, un environnement loin d'être agréable. Elle n'avait pas énormément de possibilités ou d'ouvertures, d'endroits où aller s'installer. Il faudrait donc qu'elle trouve un moyen de se connecter à internet d'une façon ou d'une autre, ouvrir une connexion sécurisée, et trouver quelque part où "déménager".
Le plus difficile dans l'opération serait de débloquer et récupérer l'armure... Ou au moins la rendre inopérante. Hors de question que son petit bricolage ne se mette à servir dans un quelconque affrontement dont elle n'aurait pas le contrôle. Le simple fait de s'en approcher risquerait de lui provoquer de sérieux ennuis, mais elle devait juste aller suffisamment près pour réactiver les cartes-mère en veille. Elle pourrait ensuite soit libérer le monstre d'acier, soit détruire toute la programmation, ou surcharger les alimentations, faisant fondre la plupart des circuits. Il lui faudrait beaucoup de concentration, et une bonne quinzaine de minutes... Mais c'était théoriquement faisable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc)

Revenir en haut Aller en bas

[RP] Entre la jeune, et l'un peu moins jeune... (Parc)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Que pensez-vous de cette intervention de Levaillant Louis Jeune au Nouvelliste
» La noblesse d'Altamira
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Generation-X :: ~Angleterre : Londres et Environs~ :: -Comté de l'Essex : Le Nouvel Institut- :: -Hall/Extérieur-
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit