Forum de Jeux de Rôle Futuriste - Inspiré des Mutants de Marvel (X-Men)
 
--In Game (Summer 2052) : Votre personnage peut évoluer librement en mode vie ou participer à l'Event 'Cymru'--
-- IRL : Nos personnages prédéfinis cherchent une plume pour leur donner vie !--
N'hésitez pas à nous rejoindre !

//

[RP] Drôles de présentations ! [ Tony ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Mar 11 Mar 2014 - 14:12

Fin avril 2052

Immersion immédiate !


    La vie à l'Institut était très bien organisée, si bien que dés que l'élève en comprenait le fonctionnement, il pouvait se reposer sur des repères et mettre en place des habitudes. Au bout d'un certain temps, tout devenait comme une gigantesque mécanique naturelle. Les semaines passants, l'angoisse provoquée par l'attaque de Louis Désiré, ou d'un supposé, Comte, s'était quelque peu apaisée. Même si chacun avait conscience des troubles, dont Londres était l'otage, il faisait de leur mieux, pour ne pas se laisser envahir par le découragement.

    A moindre rayon de soleil, le parc était envahie par une jeunesse vive et pleine d'énergie qui ne demandait qu'à se dépenser. Comme dans n'importe quel école, chaque groupe avait une place bien défini sur le grand espace vert. Les sportifs d'un côté improvisait un math, un groupe de filles les observaient en jacassant. Mise à part l'exposition des mutations les plus divers et variées, rien ne différenciait ces jeunes des autres. Virginie Parish se fondait parfaitement dans ce paysage dès plus normal.

    Toujours en train de filer quelques part, elle revenait sur ses pas, pour retourner à l'intérieur du manoir. Son pas rythmé démontrait qu'elle était animée par un objectif précis. Celui-ci était très simple: aller récupérer son MP7, qu'elle avait oublié le matin même, dans son casier au vestiaire. Elle repoussa la porte, et se dépêcha, en saluant du chef, d'anciennes camarades de cours. Elle retrouva son précieux instrument et fit le chemin inverse, lorsqu'un professeur l'arrêta en chemin. Virginie le reconnu tout de suite pour être l’entraîneur qui s'occupait des nouveaux arrivants.

    - «  Parish... tu tombe bien. J'ai besoin d'une ancienne. Suis-moi. »

    La demoiselle marqua un temps de pose et commença à poliment objecter.

    - «  Mr Baldwin... Je suis désolée mais... »

    - «  Pas de mais Parish. Ce n'est pas parce que la nouvelle directrice te donne des privilèges que tu dois t'abstenir d'aider tes camarades. C'est clair ? »

    Mortifiée, par le ton dure et l'autorité, qui émanait de l'homme, la blonde n'osa plus rien dit et se montra docile. Elle enroula ses écouteurs autour du lecteur et le rangea dans a petite poche avant de son sac-à-dos. Elle jeta un coup d’œil sceptique à ses sandales mais ne dit rien sur ça non plus et entra dans la salle d'entrainement.

    Ses yeux tombèrent rapidement sur le jeune homme déjà présent.

    - «  DiFury. Parish. Parish DiFury. DiFury est arrivé il y a quelques jours. C'est son premier entrainement, donc mollo. Quoi que venant de toi ça devrait aller. En plus c'est un frenchy... ce qui ne devrait pas te déranger si j'en crois la rumeur. »

    Virginie décocha un regard offusqué à son professeur. Pendant une seconde elle eu la très net envie de répliquer, que Luc avait peut-être été français, mais qu'il était reparti, qu'il ne reviendrait pas et qu'avoir aimé un français, ne faisait pas d'elle une experte sur toute la population de ce pays ! Mais elle se retient sachant combien ce professeur pouvait réagir au car de tour.

    - «  Mr... je ne suis pas équipé pour un entrainement... »

    - «  Comme si tu avais besoin de protection Parish. »

    Dix secondes plus tard "Samantha" plaça le décor du scénario B89: Otage avec bombe. La technologie fonctionna et créa l'illusion d'un entrepôt au surfaces métallique. Il était encombré par des tas de véhicules au point mort. Contre le mur du fond de dessina des silhouettes fictives, aux membres attachés et bouches scotchés: les trois otages.

    - «  Voilà la situation. DiFury tu dois parvenir à libérer ces trois otages avant que la bombe, dont Parish à la garde n'explose. Tu as 12 minutes. »

    Virginie avisa le boitier noir posé juste devant les otages. Elle planta ses yeux dans ceux du jeune mutant, lui adressa un sourire et le conseilla d'une voix douce et rassurante.

    - « Je m'appelle Virginie en vrai. Désolée pour la forme de l’accueil... Il va évaluer tes rèflexes donc ne te retient pas. Crois-moi... je n'ai pas grand chose à craindre. »

    Le plus vieux s'éloigna du point d'action et compta jusqu'à trois. Un. Deux. Tr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Mer 12 Mar 2014 - 22:43

Le temps était particulièrement clément pour la saison. Le soleil brillait, les oiseaux chantaient... On se serait crut dans une série américaine. La douce chaleur qui enveloppait le domaine gonflait les poitrines qui s'épanouissaient dans de superbes décolletés, et chacun avait le sourire aux lèvres. Surtout Tony, qui profitait du beau temps pour glander sous un arbre, une clope au bec, loin de l'agitation des jeunots qui vaquaient à leurs amusements. Allongé dans l'herbe, du rock à fond dans les oreilles. La belle vie, en somme...

Il était donc parti pour une dure après-midi de farniente quant un drôle de personnage vint se planter dans son champ de vision, et lui hurla quelque chose que la musique rendait inaudible. Il se redressa, paniqué et surpris, en ôtant son casque.

"Il est interdit de jeter des mégots dans l'enceinte de l'établissement !!!"

"Mais, heu, mais, enfin, euh, je n'ai pas ... Miss Lemington m'a dit..."

"Je m'en fiche ! DiFury, c'est ça ? Suis-moi, il est plus que temps de voir de quoi tu es capable, et de te former en conséquence !"

Ce curieux bonhomme hurlait presque en parlant. Il ressemblait au fils illégitime d'un entraîneur de football américain et d'un sergent instructeur à la retraite, une véritable caricature. Dépassé par l'intonation sans appel, le mutant s'élança à la suite de l'inquisiteur qui s'en revenait d'où il était venu d'une démarche proprement inflexible. Tandis que l'improbable duo rejoignait la fraîcheur du manoir, Tony se demandait à quelle sauce il allait être mangé. Voir de quoi il était capable ? Et le cratère qu'il avait creusé en arrivant, il fallait le poster sur le net pour qu'il le voit ?

Il traversèrent les couloirs tortueux, et descendirent en un lieu dont il s'était formellement vu interdire l'accès : les sous-sols. Son guide à la mine sévère le planta d'ailleurs dans une grande salle vide.

"Restes là, je vais chercher quelqu'un !"

Et il resta là pendant que le sergent partait. L'incompréhension la plus totale. Il fit l'inventaire des lieux, ce qui lui prit un peu moins de cinq secondes : ne l'ai-je pas dit ? cette salle était totalement vide. Seul le revêtement avait l'air bizarre... Mais il n'eut pas le temps de pousser l'examen plus avant, car le cerbère revint, une minuscule jeune fille sur ses talons. Les présentations furent sommaires. Tony n'eut même pas le temps d'en placer une qu'il se retrouva encore une fois la bouche pendante, scié. La salle venait de se transformer en un gigantesque entrepôt. Sa conversation avec la directrice lui revint en mémoire.

Il se trouvait donc dans la fameuse Salle des Dangers. Visiblement, il s'agissait d'une technologie holographique très avancée. Il passa la main sur la carrosserie d'une voiture qui était apparue devant lui. Ce n'était pas que des images, c'était solide ! Impressionnant... Mais les instructions de Mr Baldwin l'arrachèrent à sa contemplation. Sauver des otages ? Une bombe ? Un chrono de douze minutes ? Mais c'était quoi ce délire ? Il le prenait pour McGyver ou quoi ? La jolie voix de la jolie petite devant lui ne faisait que renforcer ses doutes. Tony l'examina plus en détail. Dire qu'il dépassait ce petit brin de femme de la tête et des épaules serait un doux euphémisme, car à vue de nez elle faisait à peine plus de la moitié de sa taille et de son poids. Et elle était sensée lui servir... d'adversaire ? Sa galanterie française, un des seuls héritage génétique qu'il appréciait, se réveilla. Il leva les mains devant lui.

-"Houlà houlà, temps mort ! J'vais pas tabasser une fille pour sauver des hologrammes ! C'est quoi ce bordel ?"

Autant pisser dans un violon ! Le sergent baston s'était éclipsé aussi sec et sa voix résonnait dans la salle, probablement à travers un microphone.

"Un... Deux... TROIS !!!"

Et ce fut l'apocalypse.

Une fusillade éclata hors du bâtiment. Des explosions secouèrent les murs et firent trembler le sol. Des cris de bataille et d'agonie résonnaient à tout berzingue. Prit de court par les événements, Tony se mit à couvert derrière une voiture avant de reprendre son calme. Ce n'était qu'un entraînement en réalité augmentée, pas très différent d'un jeu vidéo particulièrement immersif. Allez, du nerfs ! Autant que toutes ces heures passées devant un écran lui servent à quelque chose ! Il sortit de son couvert et s'approcha de la jolie jeune femme, en arborant un sourire gêné. Elle avait désormais dans la main un boitier noir orné d'un bouton rouge. La blague ! Dans la logique du jeu, elle était le boss de fin de niveau, l'opposant à mettre hors d'état pour terminer la quête. Quelle misère.

-"Salut, moi c'est Tony. Heu... On est vraiment supposés se mettre sur la gueule, ou un truc dans le genre ? Parce que ça m'ennuierait de vous faire mal..."

S'il avait vraiment dix minutes, il pouvait bien se permettre de discuter un peu.

Inconsciement, il tendit le bras pour s'emparer du détonateur.

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Mer 19 Mar 2014 - 21:18


    Les entraînements s'étaient intensifiés et durcis, à l'époque où une partie des X-Mens avaient été envoyés en mission de sauvetage dans le désert pour libérer deux des plus puissants mutants de ce côté du globe. Les difficultés et les pertes rencontrés sur le terrain avaient convaincus l'équipe enseignante de changer de méthode. En plus d'amener les élèves à comprendre et à maîtriser leur mutations, ils leur montraient maintenant comment en tirer partis pour se protéger et... attaquer. Cette dernière donnée était celle qui pouvait être la plus dérangeante pour un établissement réputé vouloir construire une société pacifique pour les deux races.

    Ainsi, ce genre d’immersion spontanée dans un scénario catastrophe, n'était plus aussi impressionnant qu'avant pour Parish. En plus de ça, les quelques missions, qu'elle avait fait pour le Fil, se déroulaient souvent avec le même genre de tension. Elle fit elle aussi un rapide tour d'horizon du regard pour comprendre l'agencement de l'endroit. Son œil sur développé détecta la présence des deux holo-soldats générés pour la soutenir.

    - « Enchantée... »

    Virginie observa le geste du jeune homme sans pour autant agir elle-même en réponse. Bien que faisant le double de son poids, il ne pourrait pas lui arracher l'objet, sans qu'elle ne le laisse faire. Le problème étant, que celui qui les évaluait, connaissait toutes ses capacités. Ils n'allaient pas pouvoir facilement le duper. Ce qui compliquait légèrement les choses, lorsque comme Résilience, on dénigrait l'usage de la force.

    - « Si je peux te filer un tuyaux. Ici, il ne faut pas se fier aux apparences. Ça pourrait te jouer des tours. Baldwin sait très bien ce qu'il fait. Fais lui confiance. S'il m'a mit face à toi, c'est que je peux te faire la vie dure... »

    Une deuxième explosion fit s'ébranler la structure de l'entrepôt. La blondinette se tenu à une carcasse pour ne pas totalement perdre l'équilibre. Quand elle releva le regard vers Tony, elle aperçue le danger qui le menaçait et elle chuchota instinctivement à son intention.

    - « Attention. Dans ton dos. »

    Une seconde plus tard un cliquetis se fit entendre dans les micros, puis l'évaluateur rugit :

    - «  Parish ! Cet exercice vaut pour toi aussi. Si je te reprend à venir en aide à l'adversaire, tu vas avoir des ennuis. »

    L'interpellée eu une petite grimace de désaccord en reculant de deux pas. Il était clair que qu'aucun d'eux n'avaient vraiment envie de jouer le jeu. Pourquoi forcer deux jeunes inconnus à s'affronter avant même qu'ils aient eu le temps de faire connaissance ? La méthode était... radicale.

    - « Il a dit que je ne peux pas t'aider à gagner. Pas que j'étais obligée de te faire perdre. »

    Ce doux souffle de rébellion modifia légèrement l'attitude de la mutante. Il n'était pourtant pas dans son style d'aller contre l'autorité, plus encore de contrecarrer les objectifs d'un supérieur. Mais, les individus eux aussi, étaient secoués par des bouleversements. Ils évoluaient perpétuellement. Virginie avait fini par comprendre que son libre arbitre était précieux et qu'elle avait le droit de prendre des décisions, de faire des choix, tant qu'elle en supportait les risques.

    - « Compte jusqu'à 10 et fonce. »

    Elle marqua un temps d'arrêt et réclama par commande vocale un télé-communicateur. Celui-ci se matérialisa sur son oreille droite. Elle inclina délicatement le micro à la périphérie de sa bouche avant de prendre la parole. Sans avoir l'air sûre d'elle Virginie semblait avoir une idée sur la façon de réagir. Toujours avec calme et patience, tant et si bien, qu'on pouvait presque deviner les "s'il te plait" et les "merci" dans ses silences. Jamais elle n'aurait l'étoffe d'un chef. Mais jamais elle n'aurait le désir de l'être non plus.

    - « S 1. Va surveiller nos arrières. S 2 avec moi. Il faut évacuer les otages avant l'explosion. On a ... 9 mn 41 sec. »

    Une fois les ordres donnés, Parish se dirigea vers les otages, ce qui dégageait l'accès à la bombe. Sa silhouette agile se faufila avec facilité dans le décor. Malheureusement sa jolie robe corsetée, elle, ne s'accordait pas du tout avec l'ensemble. Une fois de plus, son apparence ruinait toute chance de crédibilité. Était-ce réellement important, pour le moment ?

    Un grincement sinistre résonna contre les parois. L'une des poutres qui maintenait la structure en métal était en train de glisser.

    - « Changement de plan. S 1 ouvre nous une voie vers l'extérieur. Ce serait bien que ce soit rapide. »

    A cet instant trois soldats bleus prirent forme autour de Tony. Baldwin avait décidé d'équilibrer les forces en présence sur le plateau. Une tactique qui n'était pas mauvaise. C'était même bien trouvé. Il voulait voir ce que ces jeunes avaient dans le ventre. Il contraignait ainsi également la jeune fille à entrer dans la partie. Virginie, ignora le sac d'armes qui apparu sur sa trajectoire et commença à couvrir les arrières des otages, pour les faire sortir de l'entrepôt.

    - «  Puisque Parish veut être passive. Rappelons que la mission de Di Fury est de récupérer ces otages. Morts ou vifs. Ils détiennent des informations qui pourraient mettre en danger tout un réseau clandestin de protection des mutants. »

    Voilà, comment motiver des troupes, même si c'était malgré elles. Cette réalité-virtuelle avait pour avantage de les mettre en situation sans compromis. Ils ignoraient ce dont l'autre était capable et plus encore ce que pouvait inventer le professeur. Dire qu'elle avait uniquement voulu retrouver sa musique pour aller courir en rythme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Mar 25 Mar 2014 - 20:10

Il avait légèrement présumé de ses forces, semblait-il. La petite blondinette avait une poigne à toutes épreuves, malgré son sourire inébranlable. Damned ! Elle le mit d'ailleurs en garde contre les apparences qui étaient souvent trompeuses. Où avait-il la tête ? Il était dans le plus grand refuge pour mutant de ce côté de l'Atlantique. Il eut un petit rire gêné, et haussa les épaules d'un air désolé. Son aperçu des capacités de la directrice aurait pourtant dût lui servir de leçon. Juger un livre à sa couverture... Décidément une tare intrinsèque à l'espèce humaine, gènes X ou pas.

Mais laissons ces constatations existentielles pour plus tard. La secousse qui fit trembler le sol manqua de les faire chuter. En équilibre sur un pied, Tony parvint malgré tout à maintenir sa position. Il souriait, fier de sa performance quant l'avertissement de la jeune fille le tira de ses rêveries. Il se retourna juste à temps pour éviter un coup de crosse d'un soldat en combinaison de combat rouge. Il roula maladroitement à l'abri d'une voiture, et se redressa les poings serrés, prêt à en découdre. Mais le deuxième assaut ne vint pas. Son assaillant et son clone se contentaient de rejoindre celle qui devait lui servir d'adversaire, et qui grimaçait sous les injonctions musclées dispensées par la voix désincarnée de ce furieux de Baldwin. Cela sembla la piquer au vif, car elle lui parla d'une voix ou pointait le défi. Allons bon, elle non plus n'aimait pas cette situation grotesque. Ce qui le fit sourire.

C'était quoi le projet de ce malade, sérieusement ? C'était la première fois pour Tony qu'il se retrouvait dans une mélasse comme celle-là (oui, c'est toujours dur la première fois...). Il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il était sensé faire, et il avait pour obligation de combattre une résidente de l'institut, une ancienne visiblement entraînée, qui se trouvait être une jolie fille par dessus le marché. Bravo le veau ! Niveau pédagogie, ça se pose là. C'est vrai, pour un débutant, il valait mieux être secondé, que quelqu'un lui montre les ficelles plutôt que de le balancer au feu comme ça, sans préavis, à poil dans la forêt !

Nouvelles instructions de Virginie. Compter ? D'accord, mais foncer où ? Le chemin vers la bombe était dégagé, il aurait pu... Faire quoi ? Il n'était pas démineur, il n'avait aucune compétence en électronique en dehors des soudures d'amplis et du nettoyage d'ordinateur, alors il était inconcevable qu'il puisse désamorcer ce genre d'engin. S'envoler avec pour limiter les dégâts ? Ce bazar devait peser dans les cinquante ou cent kilos ! Mouais, finalement, autant compter, voir comment évoluait la situation et se concentrer sur les otages. Surtout qu'il se retrouvait maintenant à trois contre un, alors mieux valait se montrer prudent. Un grincement sur les hauteurs attira son attention. Une poutrelle métallique menaçait de tomber. Okay, là c'était la galère...

Il réprima un cri. Trois pignoufs en tenue bleue venaient de se matérialiser devant lui. Ils les dévisagea, les yeux ronds de surprise. La même tenue, les mêmes lunettes de protection, et la même mine patibulaire que les soldats d'en face. Eh bien elle était pas mal celle là ! Il avait vraiment l'impression d'être dans un jeu maintenant. Les rouges contre les bleus. Il éclata franchement de rire en les imaginant parés des vêtements et armes loufoques de son jeu en ligne favoris. Il se retint à grand peine de crier "Medic !!!", et la bande sonore squattait sa tête. Même le rappel à l'ordre de l'inquisiteur ne parvint pas à lui faire reprendre son sérieux. Il essuya une larme d'un revers de la main, et se mit à envisager diverses possibilités. Attaque par le flanc ? Contourner la cible et la poignarder dans le dos, avec un "right behind you !" ? Ou foncer dans le tas en hurlant et en espérant avoir suffisamment de points de vie ? Il piqua les lunettes d'un des soldats et les enfila avant de s'adresser à eux d'un air qu'il espérait professionnel.

"Bon, heu... Truc et Machin, courrez leur après et choppez-les. Et si vous avez un problème, utilisez une "Übercharge"... Oh, bande de nazes ? Vous m'écoutez ?"

Les programmes le regardaient d'un air stupide, imperturbables. Ils ne comprenait bien évidement pas la référence. Le gamer désabusé se tenait les côtes tant il riait.

Son hilarité fut de courte durée. Virginie (sérieusement, comment imaginer quelqu'un comme son ennemi quant on sait qu'elle s'appelle Virginie ? C'est mignon comme tout, Virginie...) et ses sbires évacuaient les otages par la porte du fond, lui tournant le dos. Mais il se fichait de l'objectif comme d'une guigne. Ce qui le fit réagir ? La poutre instable, celle qui grinçait tout à l'heure. Ce mignon bébé d'une bonne tonne et demie avait définitivement démissionné de son poste de soutient du plafond. Et elle avait visiblement décidé de poser ses RTT en se payant un petit aller simple pour le sol.

Trajet qui passait hélas par Virginie, occupée à diriger ses ouailles, et qui ne se doutait visiblement de rien.

Oh Dieu, mon Dieu, quant cesseras-tu de jouer au con avec nous ?

D'un coup, le peu d'importance qu'il accordait encore au scénario vola en éclat. Tony réagit d'instinct. Il se jeta en avant et déclencha sa mutation, renversant ses alliés holographiques comme des quilles et les noyant dans une épaisse fumée. Il n'était pas réels. Elle oui. Il avait tout donné dans le départ, bondissant tel un boulet de canon. Propulsé à 200 kilomètres à l'heure, il franchit en une seconde la petite dizaine de mètres qui le séparait de la jeune fille et l'arracha in extremis à la mort, qui s'écrasa derrière eux dans un fracas de fin du monde. Sur sa lancée, il eut juste le temps de pivoter pour encaisser le choc imminent avec la maigre cloison de tôle, qu'il traversa en protégeant sa passagère du mieux qu'il pût. Le vol de l'étrange duo ne prit fin qu'à quelques pas de l'entrepôt, lorsque la roquette humaine vint s'encastrer dans une voiture, pliant la porte fermée qui épousa la forme de son dos, s'enfonçant légèrement en une parodie de siège.

Légèrement sonné, la familière odeur d'ozone flottant dans l'air, il papillonna des yeux tandis qu'il baissa son regard sur le joli visage de la non moins jolie jeune fille qu'il tenait dans ses bras dans un étrange et troublant simulacre d'étreinte amoureuse. Il avait amortit le choc de son sauvetage avec les bras, autant qu'il avait put, mais craignais quant même d'y être allé un peu fort. Heureusement, la blondinette était visiblement plus solide qu'elle en avait l'air. Il espérait juste qu'il ne lui avait rien cassé.

"Whaoh, la vache (son français natal lui avait échappé)... Y'a pas de bobo ?"

Sans attendre la réponse, il hurla vers le ciel, interpellant au hasard le foutu sadique qui les testait.

"Eh espèce de malade ! C'est quoi ton putain de problème ? T'as pas compris qu'il craint, ton jeu ? J'suis incapable de me débrouiller tout seul dans une merde pareille, et encore moins de taper sur une fille ! Le travail d'équipe, ça te parle un peu, ou il faut qu'on se savate pour te faire plaisir ?!?!?"

Il commençait à avoir les nerfs. Pas contre la jeune fille, pas contre les mutants, même pas contre les scénarios improbables de chasse au terroriste. Mais contre cet organisateur qui ne demandait même pas leur avis à ceux qu'il envoyait à la baston. Son côté français, sûrement. Toujours protester, toujours demander des comptes. Il détestait obéir aveuglément, lui aussi. Et quant un jeu ne lui plaisait pas, soit il ne arrêtait de jouer, soit il changeait les règles.

Restait à savoir comment l'acariâtre personnage allait prendre son éclat...

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Sam 29 Mar 2014 - 0:53


    Tout s'était passé très vite. Trop vite, pour que Tony soit intervenu de façon ordinaire. Il avait réagit, avec une telle vélocité, que personne n'avait comprit ce qui se passait. La poutre s'était belle et bien effondrée, à l'endroit précis où se trouvait la jeune londonienne, une poignée de secondes plus tôt. Autant dire qu'il avait eu le bon réflexe... La cacophonie environnante, ne parvint pas à couvrir les battements de coeur de la rescapée, pendant un instant. Elle le dévisagea, lui adressa un sourire étonné avant de l'écouter apostropher leur formateur.

    - «  Relevez-vous. Sur le champs ! Vous croyez que les humanoïdes feront des temps morts ?! Debout ! »

    Virginie, resta immobile, inconsciemment contente de ne pas être toute seule en cet instant de crise. Elle chuchota alors en français (et presque sans accent !) la seule réplique qu'elle était sûre de maîtriser, qui soit à peu près adaptée aux circonstances. Il faut dire qu'elle ne pratiquait plus vraiment la langue depuis la séparation. :

    - « Merci champion. »

    Tout à coup, les hologrammes se stoppèrent simultanément dans leur action, tandis que la bande son était toujours en route dans les hauts-parleurs. Il y eu un vrai décalage entre le son et l'image. Parish n'avait toujours pas fait le moindre mouvement pour s'extraire de sa position. Une part d'elle, recherchait la promiscuité, depuis des semaines. Celle à qui Luc et sa chaleur manquait le plus. Fort heureusement, l'autre eu plus de présence d'esprit et l'encouragea à se relever.

    - « Maintenant j'ai une double raison de veiller à ce que tu restes en vie... dans le réel. »

    Le sourire reconnaissant, se volatilisa de ses lèvres, dés que la voix de Samantha épela le nom d'un second scénario. Inutile de le connaître, pour savoir qu'il ne serait pas facile. Baldwin changeait les cartes. Cependant, était-ce une victoire, pour les deux participants ? Il y avait fort à parier que non. De fait, les soldats se regroupèrent, en un escadron serré et ordonné au milieu de la salle. Leur uniforme devint légèrement flou, avant de reparaître avec le signe distinctif le plus dangereux, celui de la BCGDCA. Cette fois l'objectif était facile à imaginer.

    Les façades de l'entrepôt commencèrent à s'estomper à leur tour...

    - « Tony. Vite lèves-toi. Je crois qu'on... »

    - « Vous vouliez du collaboratif ? ( De gigantesques arbres se dessinèrent tout autour d'eux. La lumière baissa brutalement pour matérialiser la nuit.) Parfait ! ... Voilà votre nouvelle mission... ( Les silhouettes des neuf soldats, six qui accompagnaient les joueurs et les trois otages recrutés, s'enfonçaient dans la forêt numérique.) Survivez plus de dix minutes. »

    La pointe de sadisme, qui résonna dans la directive, fit intérieurement pester la jeune fille. Baldwin ne les laisserait pas partir tout de suite. Le compteur était remit à zéro. Dix minutes. Tony et Virginie étaient des alliés. Tout cela ressemblait d'avantage à la réalité. Ce qui expliqua sans doute, pourquoi de la peur se lut au fond des yeux clairs et doux de la mutante. Elle ignorait, quelle pouvait être l'expérience de son camarade, pour ce qui était d'échapper aux autorités gouvernementale, mais elle avait largement fait sa part, au cours des six derniers mois. L'idée de devoir revivre ça, même en exercice, lui donnait des frissons.

    - « A couvert... »

    Virginie s'agenouilla, avec souplesse, vers le sol qui reproduisait maintenant un parterre terreux. Elle se souciait comme d'une guigne de sa tenue, randonneuse, sportive, elle aimait ces environnements naturels. Elle avança, pour se dissimuler derrière un tronc, avant de lever le nez vers le plafond. Le visage auréolé de cheveux blonds, éclairé par une lune artificielle, donna une touche romantique au paysage ennemi. La demoiselle reconnue les constellations visibles depuis le village de sa grand-mère paternelle. Le scénario se passait donc dans l'une des forêts d'Angleterre. C'était au moins un indice.

    - « Je suis plus forte dans l'affrontement au corps à corps. Et toi ? »

    Ils auraient pu faire connaissance, dans le parc ensolleillé de l'autre côté du meur, en écoutant de la musique justement. Au lieu de ça, ils risquaient déjà leurs vies ensembles. Parish continuait uniquement pour permettre au professeur de finir son évaluation et parce qu'elle devait maintenir sa ligne de conduite. Elle avait déjà trop tiré sur la corde avec ses absences à répétitions. Profitant du calme relatif, qui allait bientôt se briser, Vivi murmura tout bas :

    - « Quand on aura fini avec tout ça, on aura bien mérité d'aller discuter tranquille devant un chocolat chaud et des gaufres. (Virginie s'était permit de glisser un peu d'humour et de complicité dans sa réplique et elle appuya son idée avec un grand sourire dans la voix.) Première chose à savoir sur moi, j'adore les pâtisseries, en fait je suis très gourmande ! »

    Naturellement intriguée par ses semblables, elle l'était d'autant plus à présent qu'elle découvrait la personnalité de ce jeune homme. Il avait une façon d'agir qui lui correspondait plutôt. Tony donnait l'impression d'être comme les autres membres de la promo, vif et bienveillant, son intégration n'allait pas être difficile.

    Le craquement d'une branche suspendit la jeune fille dans son élan. Elle bloqua son attention sur la source de bruit, en repéra la source, avant de chercher de quoi attaquer, sans tuer. Elle palpa la terre autour d'elle à l'aveuglette, jusqu'à ce que ses doigts se referme sur un morceau de bois.

........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Sam 29 Mar 2014 - 4:00

*Whao...*

Ce fut tout ce que le français, encore légèrement sonné par son atterrissage, réussit à penser. Cette jolie blonde à la peau si lisse avait décidément un sourire à se damner. Incorrigible, le Tony. Mais qui pourrait lui en vouloir ? Ce petit bout de femme qui restait blottie contre lui, qui sentait si bon et qui lui affichait sa gratitude en un déploiement de dents étincelantes... Même la voix furieuse de l'examinateur ne put rompre l'enchantement de cette étreinte imprévue, si douce après tout ce stress. Et quant elle remercia son sauveur dans sa langue maternelle, il se sentit fondre. Il lui rendit son sourire, presque gêné de cette proximité. Il souffla, plus qu'il ne parla.

-"De rien..."

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, malheureusement. Le décor trembla, tressauta, tant que Tony crût un instant que les lunettes qui couvraient encore ses yeux bleus avaient un problème sérieux, comme un écran dont on aurait coupé des fils. Sa comparse se leva illico tandis que l'ambiance changeait singulièrement. Les baraquements se volatilisèrent, et la nuit tomba. Une voix, robotique mais indéniablement féminine, déclama une phrase que le mutant ne comprit pas. Il voulut interroger Virginie du regard, mais il se rendit compte de deux choses : Premièrement, elle lui tournait le dos, fixant un point qu'il ne pouvait voir d'où il était. Deuxièmement, les lunettes fumées le rendait quasiment aveugle dans cette ambiance nocturne. Il les fit donc remonter sur son front, découvrant que la pièce changeait beaucoup plus qu'il n'avait crut. Retrouvant son anglais quotidien, la mutante l'exhorta à se relever au plus vite, d'une voix qui trahissait l'angoisse, et qui fut interrompue par celle de leur juge qui, quant à elle, transpirait la jubilation la plus perverse.

Mr Baldwin n'avait pas bien pris les revendications. Et bien comme ça, il était fixé.Bon, visiblement, les deux mutants jouaient cette fois-ci en équipe, contre l'ordinateur. Mais survivre à qui ? à quoi ? Tout cela sentait la revanche bien vicelarde à plein nez...

Tony se releva en se faisant craquer la nuque. Un courant d'air frais vint lui chatouiller le creux des reins, hérissant sa longue échine. Passant une main dans son dos, il se rendit compte que son t-shirt était troué, indésirable séquelle de son éclat de tout à l'heure. *Génial...* Une moue de lassitude sur le visage, et un soupir d'exaspération. La prochaine fois il demanderait un costume s'il ne voulait pas se retrouver tout nu au bout d'une semaine. La voix étouffée de Parish le tira de ses préoccupations vestimentaires, et il la rejoint à l'abri du tronc d'arbre. Le visage doucement illuminé par l'éclat blafard de la lune, les yeux au ciel, la belle scrutait son environnement comme un loup aux aguets. Le mutant se mit à espérer très fort qu'elle réussisse à se repérer.

- « Je suis plus forte dans l'affrontement au corps à corps. Et toi ? »

La question était inhabituelle, mais pas invraisemblable compte tenu des circonstances. Toutes proportions gardées, cette situation avait tout d'un début d'aventure dans un jeu de rôle, le moment où les joueurs se concertent sur leurs points forts et leur point faibles en se préparant à la bataille. Très bien, mais que répondre ? Il chuchota presque, ayant l'intime conviction d'être épié par une menace invisible.

-"Heu... On va dire que je me débrouille, niveau castagne... Mais j'suis loin d'être un expert, par contre..."

C'était vrai. Il n'avait jamais participé qu'à quelques rixes de bars ou de concerts, jamais tout seul, et qui étaient rapidement enrayées par les mecs sobres ou par le personnel de sécurité. Autant éviter de fanfaronner quant à ses performances, et jouer cartes sur table. Les conséquences d'un mensonge de cet acabit pouvaient se révéler désastreuses dans ce genre de situation. Virginie continua son observation silencieuse un instant, puis murmura des paroles réconfortantes, pleine d'espoir, de légèreté et de chocolat, ce qui fit rire le blondinet.

-"Super les gaufres, j'approuve l'idée ! Mais perso, ce sera pas avant de m'être avalé une bone grosse pizza bien garnie. Moi aussi, j'suis plutôt gourmand. Tu connais des bons restau' dans le coin ?"

Il aurait bien continué cette conversation badine et agréable, mais un craquement le ramena brutalement à la réalité. Il se tut aussi sec, et se ramassa contre le bois râpeux. Il maîtrisa sa respiration du mieux qu'il put. Sa compagne d'infortune avait empoignée ce qui ressemblait à une grosse branche. Plus loin dans la forêt, le craquement recommença. Un bruit de pas sur les brindilles, qui se rapprochait. La position des mutants était délicate. S'ils bougeait, il étaient repérés. S'ils restaient, ils allaient se faire coincer. Tony se rendit soudain compte que la musique s'était arrêtée ; Un silence épais, pesant, oppressant s'était abattu sur les deux jeunes gens, livrés à eux-mêmes dans cette nature hostile. Les dents serrées, sa voix ne fut qu'un souffle de vent, un murmure aussi ténu qu'il fut capable de glisser à l'oreille de la blonde. Il ne savait pas qui les traquait, mais ça se rapprochait.

-"C'est quoi ton pouvoir exactement ? Je peux leur échapper ou leur foncer dessus si besoin est, mais je pourrais pas te porter. Et pas question de te laisser derrière... Alors, c'est quoi le plan ?"

Les pas se rapprochaient...

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Dim 30 Mar 2014 - 14:31


    Un second bruit de pas leur arriva de l'ouest. Malgré sa vue diurne parfaite, Parish ne pouvait faire concurrences aux chauve- souris et autres animaux nocturnes. Comme son camarade, elle devait se fier à la lumière des étoiles et de la Lune pour avancer.

    - « Ils sont en train de nous encercler. On ne peut pas rester là. »

    Les deux proies, pouvaient rester en mouvement durant le temps imparti, en priant pour que cela les sauvegardent d'une attaque. Néanmoins, si la situation avait été réelle, ils auraient du trouver une façon d'échapper définitivement à leurs pourchasseurs... ce qui équivalait peut-être à sortir de la salle des dangers ? Quelle autre option avaient-ils ? Elle cessa d'étudier le vide et se pencha vers Tony pour parler à son oreille.

    - « Je propose de trouver la porte de sortie... ça équivoquera, peut-être à sortir de la forêt, et à une fuite en règle ? Ils sont trop nombreux pour nous de toute façon. ( Elle prit, mieux en main, son arme de fortune. Une branche ne ferait pas beaucoup de dégâts face à l'armada des soldats entraînés. Mais elle en ferait quand même. ) Je suis hyper-résistante. »

    Ce n'était pas le moment d'étaler tous les détails sur cette mutation. Cependant, cette réponse, mit au clair tous les sous-entendus énoncés par les deux anciens de l'Institut. Il n'était pas impensable que de jeunes gens comme eux, puissent sortir en vie de ce mauvais pas, puisqu'ils résonnaient déjà à deux. Baldwin ne pouvait pas constamment changer les règles de la partie, sans annuler l'aspect pédagogique de cet entrainement.

    Virginie bondit sur ses pieds. Elle avait les gestes déliés, comme on les voit parfois, chez les danseuses classiques. Même si cela n'avait rien à voir, avec la rigueur militaire de leur préparation sportive, le résultat était le même. Elle bougeait, de façon silencieuse, presque invisible à l'ennemi. Arrivée dans le dos de l'hologramme, elle refoula ses scrupules, en inspirant sans un bruit pour juguler sa culpabilité. Puis, elle visa la nuque et y asséna un coup sec, d'une puissance démesurée. Le corps tomba au sol.

    L'effet de surprise avait fonctionné. Mais les autres allaient bientôt repérer sa position. L'anglaise se dépêcha de récupérer les armes et le communicateur dispersés sur l'hologramme. Après deux secondes d'hésitation, elle renonça à ligoter l’assommé. Elle rebroussa chemin et regagna leur cachette, près de son allié. Sa silhouette était égale à elle-même, aucun signe de fatigue ne venait abîmer ses traits, tout simplement parce que Virginie n'était jamais fatiguée.

    - « Désolée... je sentais qu'il approchait... Un de moins. ( Les armes étaient au sol. Vivi n'avait toujours pas l'intention de ce servir de ce genre d'engins de la mort. Elle frotta ses paumes l'une contre l'autre.) Je ne suis pas sûre de la direction à prendre. On tente le sud ? »

    La faune se fit progressivement entendre, petites bêtes rampantes, rapaces de la nuit, tout pour intensifié l'impression de menace latente.

    - « Je te couvre. Mieux vaut que ce soit moi qui reste en arrière. Ils auront du mal à me faire parler s'ils m'attrapent. »

    La frontière entre la fiction et la réalité, s'amenuisait, au fur et à mesure que la jeune fille se mettait en condition. Elle se comportait de la même façon, que pendant ses dernières missions, altruiste, valeureuse, mais non sans un minimum de bon sens, car elle s'était jurée de ne plus enterrer personne. Ça même si elle connaissait son partenaire depuis moins d'un de vingt minutes. Aussi angélique, c'est vrai, que le donnait à penser son allure délicate. Virginie ne pouvait nier ce désir de protéger les autres. Elle ne pouvait pas aller contre sa nature. Il lui avait fallu des mois pour le comprendre. A présent, elle n'essayait plus de dissimuler son tempérament, quant bien même l'adversaire pouvait s'en servir à ses dépends. Ils devaient tous apprendre à se connaître, tels qu'ils étaient, pour pouvoir se battre. Voilà ce qu'elle avait apprit ici.

    Cette fois, le flanc ouest était vraiment menacé. Il n'y avait plus de temps à perdre. Ils étaient trop près. La blonde posa une main sur le bras de Tony pour communiquer. Elle mima le geste du silence avant d'indiquer la zone où elle avait mit un soldat hors d'état de nuire. Pour elle le mot d'ordre était simple.

    Courir.

........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Mer 9 Avr 2014 - 19:43

Même pas le temps de réaliser. Un bond souple par dessus la souche. Un coup sec. Le bruit sourd d'un corps qui s'affale dans l'humus. Et la mignonne petite blonde qui revient sans une égratignure, un fusil dans les bras et un presque sourire sur les lèvres.

Ah d'accord. Donc en plus d'être plus d'être ravissante, gentille et aimable, c'était aussi une tacticienne expérimentée capable d'assommer net un soldat de quatre-vingt-dix bons kilos d'un seul coup, et sans se faire repérer avec ça. Sans la mouche qui lui arracha une quinte de toux quant elle vint se poser au fond de sa gorge, Tony aurait gardé la bouche ouverte pendant encore une bonne demie-heure. Navrant...

Le regard bleu du français vint se poser sur l'arme que l'exécutrice d'élite venait de poser à terre. Bonne idée de désarmer l'adversaire. S'il revenait à lui, il lui serait bien plus difficile de leur plomber le derche. Belle arme d'ailleurs : Un dérivé des M-16 américains, canon vrillé pour plus de vélocité de la balle, propulsion à gaz, une cadence de tir invraisemblable... Un chef d'oeuvre de mort à l'ancienne, du matos militaire de pointe. Rien à voir avec de la force de frappe classique des forces de l'ordre. Mais contre qui se battaient-ils, à la fin ??? Peu importait en fait, aussi peu que ce flingue, soit dit en passant. Oh, Tony savait tirer, bien sûr. Mais comme n'importe qui, pas plus mal, mais pas mieux non plus. Et s'il se débrouillait à la visée lointaine (il s'était entraîné avec la 22-Long-Rifle de son grand-père), il n'avait aucun entraînement au combat. Courir et tirer à la hanche était déjà risqué en temps normal, mais là, en pleine forêt, avec le stress et dans le noir, ce serait carrément dangereux. Il risquait plus de se coller lui-même une bastos perdue comme un gros faisan, ou de tirer sur sa compagne. Hyper-résistante peut-être, mais il n'avait pas spécialement envie de tester les limites de son épiderme.

Et puis ce n'était pas le but du jeu. C'est vrai quoi ! Il était déjà une arme en soi, d'un certain point de vue. Une véritable roquette humaine. Alors sans compter que le pet d'un M-16 s'entendrai méchamment dans les bois et les feraient repérer très vite, il avait beaucoup plus intérêt à apprendre à mieux maîtriser son pouvoir qu'à apprendre à faire feu comme un crétin de militaire (autant il aimait pas dire du mal des cons quant ça se voit, autant il ne peut pas parler des cons sans faire un détour par les militaires...). Il s'était pas engagé dans l'armée mais dans un institut, que diable ! Il préférait sauver des vies plutôt que de les détruire. Dans le principe, du moins.

Tout ça pour dire qu'il balança négligemment l'arme dans les fourrés quant il eut terminé son inspection. Il ne s'agissait pas non plus de faciliter la tâche au comateux qui pouvait revenir à lui et les prendre en chasse, en traître, et en levrette par dessus le marché. Son attention se reporta sur sa coéquipière. Le sud ? Oui, d'accord... Mais c'est par où ? Sans lui laisser le temps de demander, Virginie lui demanda aussi d'ouvrir la marche. Du mal à la faire parler, hein ? Elle semblait vraiment se piquer au jeu... Encore une fois, il n'eut pas le temps de répliquer : Du bruit dans les broussailles. D'autres soldat approchaient.

Il eut un léger frisson lorsqu'elle posa la main sur son bras nu, lui intimant le silence. Retrouvant un peu de son sérieux et de sa concentration, Tony hocha brièvement la tête. Moins de blabla, plus d'action ! Il fallait décamper au plus vite, silencieusement de préférence. Il pouvait le faire. Il devait y arriver. Rassemblant tout son courage, il s'élança par dessus la souche craquante. Il allait le faire. Pour montrer ce qu'il avait dans le ventre ! Pour impressionner la magnifique femme derrière lui ! Pour l'honneur ! Pour la grandeur de la France !

Ce fut peut être son enthousiasme qui le perdit. Car il se prit les pieds dans une vicieuse petite branche et s'écroula honteusement comme un flan dans les feuilles, en faisant bien sûr un vacarme de tout les diables. Des bruits précipités retentirent alors entre les troncs plongés dans l'obscurité.

En langage rôliste, ça s'appel un "échec critique sur jet de d'acrobatie".

Et merde.

Se relevant dans la foulé, porté par l'adrénaline, Tony s'élança à travers la forêt en hurlant à sa partenaire, et en essayant de ne pas songer à l'énorme brûlure au troisième degré qu'il venait d'infliger à son amour propre :

"CASSOS !!!"

Il détalait comme un lapin, slalomant à travers le piège végétal. Que le vent siffle à ses oreilles, ça, il y était habitué, pas de problème. Par contre, que des balles sifflent à ses oreilles, ça, c'était nouveau. Et flippant surtout. Au bord de son champs de vision, le bois explose, des cratères se creusent dans les arbres innocents qui n'avaient rien demandé à personne les pauvres, les branches volent en éclat, les feuilles s'éparpillent en une pluie de confettis sombre. Accaparé par sa course contre la mort, tandis que les grêlons d'acier le rasent de plus en plus prêt, il ne prends pas le temps de se retourner, ni même celui de vérifier où il met les pieds. Il fuit.

Oh, il est probable que, même en plein jour, il n'aurait pas vu le piège où il se dirige avec tant d'étourderie. Son pied se pose dans les feuilles, et Tony le fuyard s'arrête net quant il entend un "tchak" de mauvais augure.

"Comment ça, "tchak" ???"

C'est tout ce qu'il a le temps de dire. Une ficelle implacable s'enroule autour de sa cheville droite. La suite se devine aisément. Elle est redondante, presque prévisible. Mais voir un mec, qui se prenait jusqu'à il n'y a pas si longtemps pour un héros, basculer en arrière et s'envoler pendu par la jambe à un arbre, ça n'a pas de prix.

"Mais c'est quoi ce bordeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeel ?!?!?"

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Lun 28 Avr 2014 - 19:03


    Ils ne devaient pas avoir parcouru plus d’une centaine de mètres, tellement les éléments s’additionnaient pour les freiner. Entre les hommes à leur poursuite, et les munitions lancées à tout va, difficile de maintenir un cap pendant plus d’une minute. A ce rythme leur chance de s’en sortir s’amenuisait, comme la neige qui fond au soleil. Ils ne pourraient pas fuir encore longtemps dans ces conditions. La prise de Tony les obligea touts deux à renoncer au plan initial.

    Les explosions à répétitions, avaient fini par désorienter complètement Virginie, qui subissait le contrecoup de son hypersensibilité. Les bruits étaient si intenses qu’ils la rendirent presque sourde. Elle regarda son compagnon s’envoler dans les airs avec angoisse. Le piège avait fonctionné à merveille. Il offrait le temps à leur assaillant pour les encercler une deuxième fois. Dés que les soldats furent à leur périphérie les tirent diminuèrent. Il ne s’agissait pas de blesser l’un de leurs biens sûrs.

    - « Ne bouge pas. Je vais te descendre de là. »

    Une silhouette se matérialisa à l’orée d’un arbre. Il avançait droit vers eux. Ses intentions étaient très claires. L’occasion de mettre en pratique ce qu’elle avait apprit en art martiaux au cours des deux derniers mois ? La peur de tuer, de ne pas contrôler sa force, bloquait encore Parish dans ses actions les plus vives. Plutôt que d’attaquer de façon frontale elle attendit de voir ce qu’allait faire son adversaire. Il la visa avec son arme. Elle attrapa la lame et visa l’épaule droite. Le couteau fila et alla s’enfoncer dans l’écorce de l’arbre juste à côté.

    - « Parish. C’est marche ou crève. Tue-le. »

    L’hologramme tira. Comme prévu le projectile rebondit sur le corps de la mutante. Il avait seulement déchiré sa robe, laissant la peau claire totalement intacte.

    - « Je ne suis PAS une meurtrière ! Je ne tuerai personne. Plus jamais. »

    La rébellion prit une autre ampleur. La demoiselle se planta nette où elle se trouvait et ne bougea plus. Immobile comme une statue de pierre au milieu d’une apocalypse. Prise avec son propre passé, revoyant les personnes qui n’étaient plus. Cet exercice était trop réel pour elle. Il la renvoyait à des douleurs qu’elle voulait oublier.

    Jamais, jusqu’ici, la blondinette n’avait défié l’autorité professorale de façon aussi directe. Les injectassions de Baldwin ne parvinrent pas à la faire changer d’avis. Même la menace d’un renvoie de cours n’y fit rien. Il usa du seul pouvoir qu’il savait encore avoir. Toutes les menaces se reportèrent sur Tony, soldat, tires, tout. Le stratège fonctionna. Il sortie la demoiselle de sa léthargie volontaire. Elle s’activa pour défaire le piège et réceptionna la nouvelle recrue, pour qu’il ne se blesse pas.

    A peine eurent-ils retrouvé leur équilibre qu’un tir siffla dans l’air. Virginie fit plier le genou à son camarade, et se plaça en bouclier au-dessus de lui. L’adrénaline avait accéléré son pouls. La seule peur qui la dominait était celle de voir l’autre être blessé. Pour elle la simulation avait perdu tout son intérêt, dés l’instant où on lui avait demandé l’impossible. Pourtant Résilience était encore là, à protéger ce garçon.

    La balle effleura son dos. Elle ne sentit rien. Le manège continua pendant encore un moment. Mais le sol se remettait à trembler un peu plus loin. Ils n’auraient bientôt plus de sol sur lequel s’appuyer. Toujours penchée la demoiselle murmura au milieu des déchirements à l’oreille du français.

    - « Même en prenant de l’altitude on n’y échappera pas. Qu’est-ce qu’on fait ? »

    A présent, le dos de la jeune fille était plein de petites traces rouges. Elle pouvait entendre les pas des hommes qui les encerclaient lentement mais sûrement.

........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Mer 7 Mai 2014 - 1:55

-« Ne bouges pas. Je vais te descendre de là. »

Pendu par un pied, la tête en bas à quelques mètres au dessus du sol, la seule réplique qui vint à Tony fut :

-"T'en fais pas, je vais pas aller loin comme ça..."

Ne pas bouger. Effectivement, il ne voyais pas bien comment il aurait put faire autrement...

Le blondinet ne put s'empêcher de se détester sur le moment. Il s'était fait prendre comme un débutant, et ils étaient faits comme des rats par sa faute. Enfin, cela aurait put être pire. Il avait eut de la chance dans son malheur : 9 fois sur 10, lorsqu'un héros tombe dans ce genre de piège dans un film, il se prend une grosse branche derrière la tête, ce qui a pour fâcheuse conséquence de le laisser sur le carreau. Et pendant qu'il compte les étoiles, son (ou ses) collègue(s) se retrouvent tout seul(s) pour le sortir de la mélasse et régler les problème. Il se surprit à penser que s'il était un boulet, au moins n'était il pas le pire...

Lorsqu'il vit le soldat débarquer de derrière les arbres, il voulut crier gare à Virginie, mais une goutte de salive vint se bloquer dans sa trachée. Il toussa comme un perdu, incapable de prévenir sa coéquipière. Fort heureusement, celle-ci avait vu venir la menace, et... manqua son jet de couteau. Inconcevable, compte tenue de ses prouesses martiales de tout à l'heure... La demie-seconde durant laquelle le tueur et la jeune femme se dévisagèrent paru durer une éternité. Jusqu'à ce que la voix tonitruante de ce diable de Baldwin exhorte Virginie à l'action, et que le fusil éternue la mort sur la jeune mutante, toujours immobile. Les yeux grands ouverts, figé par la surprise (et toujours par la corde, ça, ça n'a pas changé), Tony vit la balle rebondir sur sa comparse, comme une vulgaire bille de plastique.

D'un coup, il comprenait pourquoi les mutants pouvaient susciter la peur...

-« Je ne suis PAS une meurtrière ! Je ne tuerai personne. Plus jamais. »

Au tremblement qui couvait dans cette voix et au frisson qui parcourut la jeune blonde, Tony comprit que quelque chose n'allait pas. Mais il n'eut pas le temps de se poser plus de questions, car le bruit typique des crans de sûreté qui sautent résonna autour d'eux. Du coin de l'oeil, il aperçut la cohorte de canons qui se pointaient sur lui. Dans une poignée de secondes, ils allaient lui envoyer leurs meilleurs voeux. Oh oh, ça va faire mal...

-"WHOOOAAAAAAH !!!"

La gravité avait soudainement reprit le dessus.

Il atterrit comme un sac dans les bras étonnamment résistants de Virginie. Lui, le beau bébé de quatre-vingt kilos, n'avait pas eut le moindre effet sur les lombaires de la mutante. Impressionnant... Mais il n'eut pas non plus le temps de remercier sa sauveuse. En moins de temps qu'il n'en faut à votre femme pour vous faire cocu (c'est dire), Tony se retrouva à genoux dans la terre, à l'abri de l'épiderme infranchissable de la jolie blonde, qui subissait un véritable déluge de balles. Entre ses jambes, il vit arriver le reste de l'escadron qui se frayait un chemin vers leur position. D'ici peu, il ne suffirait plus de sa protectrice pour empêcher les grêlons d'acier de venir lui chatouiller les organes.

Même si cela n'avait rien à voir avec le morceau d'écorce qui s'était logé dans sa narine droite, il commençait sérieusement à se dire que ça sentait le sapin...

-« Même en prenant de l’altitude on n’y échappera pas. Qu’est-ce qu’on fait ? »

Elle avait raison. Même s'il pouvait la soulever en l'air, il ne contrôlerait pas leur trajectoire. Ils finiraient par retomber dans des parages trop immédiats pour être sûrs. Et Virginie commençait à montrer des signes de fatigue. Le feu nourri sous lequel elle était finirait par avoir raison d'elle à un moment ou à un autre. Il fallait réagir, et vite... Le cerveau saturé par l'adrénaline, Tony réfléchissait aussi rapidement qu'il le pouvait. Il se sentait si démuni... Ils n'avaient pas d'armes. Il ne pouvait rien faire contre...

Pas d'armes ? Mais bon sang, il était une arme !!! Et d'ailleurs, ce n'était même pas de vrais soldats qui leur tiraient dessus, juste une bande d'hologrammes, des intelligences artificielles !!! Soudain, tout fut clair. C'était la peur qui les avaient conduits là. La panique de se retrouver pendu à un arbre l'avait empêché de s'en sortir tout seul. Et bon dieu, il aurait pu s'y prendre de mille et une façons ! Et c'était probablement un autre genre de peur (plutôt dans le style traumatique) qui avait fait rater son coup à la combattante et l'avait contraint à un repli défensif. Il fallait juste trouver le bon moment pour agir...

-"Si on peut pas fuir... autant se battre."

Le déluge de feu cessa, et le bruit du chargeur qui se détache tinta dans l'air.

Maintenant !!

-"POUSSES-TOi !!!"

Tony roula hors de son auguste couvert et se tourna vers leur assaillant, qui avait déjà attrapé un chargeur de rechange et le réenclenchait. Et Tony n'allait pas le laisser ouvrir le feu à nouveau. Il mit les gaz, chargeant son adversaire, sans merci. Les quelques balles que le soldat réussit à tirer s'éparpillèrent alentour, repoussées par le champs de force du missile humain qui poursuivit sa course, bras tendus et poings serrés. Il percuta sa cible avec fracas, la soulevant de terre sur une dizaine de mètres. Le duo s'écrasa contre un jeune arbre, qui se déracina sous l'impact dans un craquement sinistre.

Le punk déterminé se releva et, sans jeter le moindre regard à sa victime immobile, repartit en courant vers sa collègue hagarde. Il la prit par les épaules, plongeant ses yeux bleus-verts dans les siens. Il fallait qu'elle se libère de ce poids qui semblait l'empêcher de réagir.

-"Ecoutes Virginie, t'es pas obligée de les achever, mais fracasses-les, te retiens pas ! Tu crains pas les balles, alors fonces dans le tas et prends les au corps-à-corps. C'est pas des vrais gens, juste des hologrammes ! Tu es un vrai char d'assaut, tu es bulletproof, et moi j'suis un bazooka humain ! Alors on arrête de penser Greenpeace, et on pense un peu Playstation !!! Faut tout faire péter !!!"

Il se colla dos à dos avec la mutante, en garde comme un karatéka, afin d'observer les mouvements de leurs opposants. Ils ne tiraient pas encore, car la majorité d'entre eux risquaient un feu croisé. Mais dès qu'ils auraient dégagés leur ligne de mire...

Il ne fallait pas penser comme un soldat pour se sortir de cette situation. Il fallait penser comme un mutant.

-"Ce qu'on fait ? Eh bien on les marave ! Je vais essayer de les dégager un par un le plus loin possible, pour pas me faire cueillir quant je reprend mon élan. On se couvre l'un l'autre et dès qu'on a nettoyé un côté, on trace dans la forêt."

Il avait choisi sa prochaine victime, se préparant à bondir.

-"Je décolle dès que tu me le dit... Prête ?"

Il fit son possible pour calmer sa respiration. Fini d'être les proies. Parfois, la meilleur défense, c'est l'attaque.

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Ven 23 Mai 2014 - 22:03


    Une imprévisible réaction en chaîne plaça nos deux élèves en position défensive. Ils étaient dos à dos, les yeux rivés sur leurs ennemis en armures.

    Virginie étudiait les mouvements de chaque hologramme, tandis que les paroles encourageantes de Tony tournaient en boucle dans son crâne. Elles ouvraient un tout nouveau champ de possibilités. Jamais, avant aujourd'hui, on ne lui avait dit, qu'elle pouvait elle-même devenir une arme. Depuis l’émergence de ces capacités, elle les avaient considérée comme défensive. S'identifiant plus à un bouclier vivant, plus qu'à un char d'assaut. Parce que telle était sa nature profonde.

    Peu à peu une pression s'installait dans le fond de l'air. Ils ne pouvaient pas attendre, plus longtemps, sans risquer de se prendre des balles. Agir ou se faire prendre, tout comme dans le monde réel. Les sens hypersensibles de la demoiselle étaient exaltés par sa propre nervosité. Elle pouvait entendre les battements régulier du cœur de son partenaire ainsi que ses inspirations de plus en plus calmes. Lorsqu'il fût prêt elle chuchota:

    -« Prête. »

    Dés que le jeune homme décolla plusieurs soldats se mirent en position. Résilliance les regarda se mettre en branle et s'avança vers l'attaquant le plus menaçant. Il ne dégageait rien. Ni odeur, ni émotion, rien qui puisse attirer l'empathie. Elle se répéta qu'il ne s'agissait que d'un programme informatique. Elle se répéta qu'il n'y aurait pas mort d'homme. Il ne pouvait rien arriver de grave ici. Ils étaient à l'institut. Ils étaient là pour apprendre.

    Une main attrapée au vol, tordue, pour que le muscle soit bloqué, et l'arme abandonnée. Puis un crochet du droit en plein dans la mâchoire, qui déstabilisa suffisamment l'individu, donnant ainsi le temps de porter un second coup. Un soldat à terre en deux minutes. Virginie venait de le faire. Elle l'avait fait, sans réfléchir, sans culpabiliser, comme un joueur. Elle resta immobile face à cette silhouette inanimée.

    -« ... J'ai réussi ? »

    Toutes ces heures passées à écouter les professeurs n'avaient donc pas été vaines. Quelque-chose en était resté au fond de cette jeune cervelle. Parish pouvait combattre. Son corps avait enregistré les mouvements, quant bien même sa tête, rejetait toute expression de violence. Cette année lui avait apporté beaucoup plus qu'elle ne le croyait. Il fallait seulement qu'elle en prenne conscience. Seule.

    Elle se détourna de l'inconscient et chercha la position de Tony du regard. Il avait progressé, lui aussi, de son côté. Mais un assaillant se rapprochait. Tel que dit dans le plan Vivi se chargea de le couvrir. La tempérance du Viet Vo Dao et l'efficacité de la boxe, faisait de son attaque, une action propre. Enfin, elle se permettait de ne pas retenir ses muscles, sur une cible mouvante. Plus de crainte de faire du mal sans le vouloir. Ce relâchement était libérateur. Enfin, elle exploitait une plus grande partie de ses ressources. Si bien qu'elle continua à s'exercer avec de plus en plus d'aisance.

    Quand le flanc ouest fut enfin balayé l'atmosphère avait changé, de même que la blondinette. Elle suivit son comparse d'une foulée vive et presque joyeuse. Ils courraient de nouveau. Mais cette fois, ils ne le faisaient pas pour fuir, mais pour avancer. Ils purent s'enfoncer dans les sous-bois, prenant garde aux pièges cette fois, et s'arrêtant, pour mettre un poursuivant hors d'état de nuire. Le tandem fonctionnait plutôt bien.

    -« Tony, on va y arriver... » Déclara la jeune fille sans oser y croire tout à fait.

    A quelques mètres, devant eux, apparaissait la frontière brumeuse de l'illusion. Qui l'eut cru.

    -« Pas mal les jeunes. Pas mal. DiFury qu'est-ce que tu lui as dit à "Fleur bleue", pour qu'elle s'y mette, au juste ? »

    Tout comme les attaques précédentes, celle-ci, ne toucha pas sa cible. Etait-ce dû à la méthode employée par le formateur ? Ou bien l'exercice opérait-il au dépend des participants eux-même ? Quoi qu'il en soit, les deux jeunes gens venaient assurément de faire preuve de confiance en eux, et en l'autre, ce qui était la première qualité d'un combattant.

........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Jeu 29 Mai 2014 - 4:41

Ce combat fut probablement le souvenir et l'expérience la plus épique de toute la vie de Tony (enfin, pour l'instant).

L'adrénaline dans les veines, le vent dans les oreilles, les dents serrées, et bientôt un radieux sourire sur le visage. L'expression qui passa sur la figure d'ange de Virginie lui remit du baume au coeur. Il redoubla d'efforts, levant même le pouce à l'adresse de la jeune femme pour lui signifier qu'il admirait son art et son efficacité. Rocket donnait tout ce qu'il avait, enchaînant les envolées, percussions et rétablissements à une cadence endiablée. Il fit quelques erreurs de trajectoires, mais rien de tragique puisqu'il repartait toujours dans la foulée, passant derrière la jolie blonde pour empêcher les vilains hologrammes de lui tirer dans le dos trop souvent. Pauvres hologrammes.

Une scène d'anthologie. Avec une musique de Hans Zimmer en fond sonore, ça donnerait des orgasmes incontrôllés à tous les amateurs de films d'action.

Et quant enfin ils eurent suffisamment nettoyé le terrain, une ouverture permit aux deux mutants de prendre la tangente. Cette fois, nul ne céda à la panique. Personne ne se prit les pieds dans un fil, personne ne sauta sur une mine, aucun d'entre eux ne commit la moindre erreur dans les sous bois traîtres. Calmes, déterminés, presque souriants, les deux comparses progressaient vite. Il ne s'arrêtèrent que pour tirer à pierre-feuille-ciseaux lequel s'occuperait de dézinguer le pauvre fou qui leur collait toujours aux basques. D'une pierre contre un ciseau, ce fut donc Tony qui siffla pour attirer l'attention du soldat tandis que Virginie le maîtrisait en un tour de main.

-"Waoh... Faudra vraiment que tu m'apprennes à faire ça." dit-il avec un sourire.

Et ils repartirent.

Tony, on va y arriver... »

Tony ne répondit pas. Il n'était pas très bon en course à pied, aussi économisa-t'il son souffle. Il se contenta de ricaner joyeusement. Bientôt la fin...

La limite floue et brumeuse du générateur d'espace dimensionnel se fit plus précis alors qu'il débouchaient sur un espace plus dégagé. Le bord de la carte. Contre toutes attentes, contre vents et marées, à 2 contre 9, ils avaient réussis. Le grand punk à bout de souffle se laissa choir sur une pierre pour se reposer un peu.

Pas mal les jeunes. Pas mal. DiFury qu'est-ce que tu lui as dit à "Fleur bleue", pour qu'elle s'y mette, au juste ? »

Le français leva les yeux, puis les posa sur Virginie, souriant de plus belle à la belle.

-"Je lui ai juste dit qu'elle était forte. Et je ne pensais pas avoir autant raison..."

Il se recoiffa, toujours haletant. Il devait avoir l'air passablement chiffonné et il ruisselait de sueur, mais il espérait très fort en cet instant ne pas sembler trop repoussant aux yeux de sa coéquipière qui, elle, ne semblait pas avoir souffert outre mesure. Plus il la regardait, plus il la trouvai b...

Bien joué les enfants... Mais je dois quant même vous le dire : C'est pas fini

Quoi ? Pardon ? Comment ? Plait-il ? Warum ? Say what ? Qué pasa ?

Eeeeeeeet non ! La consigne était pourtant claire : vous deviez survivre plus de dix minutes. Mais comme je suis bon joueur, je vous préviens qu'il reste un peu plus de 5 minutes au compteur, et que l'ennemi a appelé des renforts qui convergent vers vous de toutes les directions, et qui seront sur vous dans une petite minute. Bonne chance... »

C'était dit avec tellement de sarcasme que Tony s'attendait presque à l'entendre éclater d'un rire machiavélique. Il explosa.

-"Ah non mais c'est pas vrai !!! Tu vas nous lâcher la chemise à la fin ??!?!"

Autant parler à un mur. Et à un mur anglais, ce qui ne facilitait rien. Tony poussa un soupir long comme un pont (ohohoho, elle est jolie celle-là) et s'alluma une cigarette. Il était rincé, il ne pouvait pas s'enfuir tout de suite. Alors autant attendre et reprendre des forces... C'était bien sa veine. Lui qui espérait terminer le match et profiter peinard d'une troisième mi-temps amplement méritée pour aller siroter une mousse avec la jolie Virginie, voilà que l'arbitre sifflait les prolongations.
Baldwin avait dut être sangsue dans une autre vie. Ou alors morpion.
Le fançais fit quelques étirements, la clope au bec.

-"Désolé, je peux plus courir, j'suis trop crevé... Perso, j'ai bien envie de rester là et de les attendre, qu'est-ce que tu en penses ? Sauf si tu penses que c'est du suicide, auquel cas je ne t'en voudrai pas si tu me laisses ici..."

Il souriait, mais il espérait tout de même qu'elle n'allait pas le laisser tout seul.

-"Si tu restes, je sens qu'on qu'on va bien se marrer..."

Il se remit à rire. Le dénouement approchait à grands pas, au son des bottes qui martelaient la terre en rythme. On pouvait déjà les entendre approcher à travers les arbres. Et comme pour rajouter un peu d'émotion, le jour se levait à l'Est, droit devant les deux jeunes qui regardaient une petite armée marcher sur eux. Tony n'avait plus peur.

Ils étaient une équipe.

Le grand blond prit la main de Virginie dans la sienne. Il lui souriait, le plus sereinement du monde.

-"...Ils n'ont aucune chance."

Ils n'étaient peut-être que deux... mais les soldats, eux, étaient tout seuls...

-Trente seconde avant arrivée sur zone...-

Temps restant : quatre-minutes-vingt-sept-secondes...

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Sam 31 Mai 2014 - 1:23


    Assise en tailleur, sur un lit de feuilles virtuelles, Virginie observa Tony, avec un air presque choqué.

    - « T'abandonner ? Non. Je serais incapable de te laisser derrière. »

    L'altruisme, était souvent considéré, comme une faiblesse, dans une société, où absolument tout, poussait à devenir égoïste. Mais certaines valeurs avaient encore leur place au sein du Nouvel Institut. Ici, avant leur force, touts les élèves apprenaient à mettre en pratique, des principes fondamentaux. Parish faisait partie de ces jeunes. Elle était d'ailleurs d'un tempérament bien trop bon pour envisager, de se conduire autrement. Sans même l'avoir choisi, elle avait l'âme de ceux qui faisait passer la sécurité des autres, avant la leur.

    Tout cela n'avait plus rien à voir avec le scénario B89 lancé par Samantha. Les effectifs de l'armée avait presque doublé. La donne était clairement déséquilibrée. A croire que l'enseignant voulait les voir échouer. La lumière du soleil artificielle éclairait très bien la scène. Elle avait des allure de fin de film. Aussi Virginie tourna sa bouche vers le mircro et commanda des armes chargées de... tranquillisants. Une caisse apparue à leurs pieds. Elle lança un air entendu à Tony et mit encore quelques secondes avant de libérer sa main.

    - « Essayons d'en avoir quelqu'uns comme ça. Il faut économiser ton énergie. »

    Dans une autre bouche une telle remarque aurait pu passer pour de la vantardise. Mais quand on connaissait Parish, on savait que son estime d'elle-même était aussi basse, que celle qu'elle avait pour les autres était haute. Elle n'avait confiance en elle que pour des taches très claires et qu'elle avait eu le temps d'assimiler avec précaution, pour les exécuter à la perfection. Elle se baissa pour saisir une carabine très simple de maniement. Une fois la bandoulière passée, elle se positionna pour assurer le maximum d'équilibre et prit l'arme en main.

    - « Je prends la droite. »

    Virginie du quand même prendre une grande inspiration pour contrôler son hésitation. Elle n'était pas trop mauvaise en tir. Mais l'idée de se servir d'une arme lui était encore très compliquée à accepter. Elle chercha au fond d'elle de quoi nourrir sa motivation. Elle se souvint du visage des attaquants sur la Trans Atlant', de ceux de la zone 52, de ceux du show. Toutes ces personnes qui avaient mis la vie de ses amis en danger. Enfin, elle visa sa première cible mouvante. La flèche s'enfonça au niveau de la gorge. L'hologramme se dématérialisa.

    3 min 49.

    Quand un soldat visa Tony, Parish le tira vivement vers elle, la balle siffla tout près d'eux. Ils avaient eu chaud cette fois-ci. La balle suivante rebondit sur l'épaule de la jeune mutante. Elle abatit le tireur en visant la cuisse. Le deuxième coup avait été moins dure à faire que le premier et le serait plus que le suivant. Enfin, l'exercice prenait la forme de ce qu'il était, un jeu d'adresse. Le fusille de Parish s'enraya, était de sa faute, où une triche de Baldwin, impossible de savoir.


    - « Je n'irai pas à son prochain cours. »

    - « Tiens donc ? »

    - « Zut. »

    Les deux recrues s'échinèrent, ensembles, pendant le temps impartis. Lorsque l'image se défit, la situation était clairement en leur avantage. Le nombre des soldats n'avait pas réussi à les décourager. Là se trouvait la vraie victoire.

    - « Simulation terminée. Objectif didactique atteint. »

    La voix métallique était tellement neutre que cela en était déroutant. Le silence était tout aussi déstabilisant après cette immersion en plein combat. Virginie fixa la salle entièrement blanche et vide. Elle redoutait un nouveau rebondissement. Mais l'exercice semblait fini pour de bon. Une porte latérale s’ouvrit pour laisser passer Baldwin, qui s'approcha d'un pas de conquérant. Il les regardait, avec un sourire au coin de la bouche, mais ne lâcha pas un mot avant d'être près d'eux.

    - « débriefing jeudi avant le début du cours. Soyez ponctuels. Surtout toi Parish. »

    Virginie salua poliment son aîné, puis le fuya, pour rejoindre le vestiaire. Elle ne cachait pas son envie de mettre fin à l'entrevue. Elle retrouva son casier et le bien qu'elle était venue chercher. Voyant le bazars accumulé sur l'étagère, elle en vida une partie, dans le sac qu'elle avait avec elle. Il y avait dans le lot, un sweat noir, dont elle avait jusqu'ici oublié la présence. Un vêtement que Luc ne lui avait pas réclamé avant de s'en aller. Après un court instant d'hésitation, la demoiselle, entreprit de le replier et le reposa soigneusement dans son casier, dont la porte claqua de façon un peu plus prononcée que d'ordinaire.

    Arrivée sur le palliée la blondinette, bu un bon quart de bouteille en attendent le nouvel arrivant. Elle voulait au moins lui dire qu'il s'était défendu comme un lion. Quand il apparu Résilience lui adressa un petit sourire d'excuse.

    - « Je suis désolée d'avoir fuit. Mais, j"avais peur qu'il nous provoque encore. »



........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Ven 27 Juin 2014 - 21:07

Pour Tony, le temps sembla s’arrêter lorsque la sublime blondinette plongea son regard dans le sien. Il n’aurait su dire combien de temps il resta perdu dans les limbes de ces prunelles brillantes, pétillantes. Une seconde ? Une minute ? Une heure ? Peu importe, il aurait donné sa chemise pour que cet instant dure une éternité. Un léger pincement lui étreignit le cœur lorsque Virginie lâcha sa main pour se saisir d’un fusil. Mais quant elle parla, c’était avec une douceur infinie, pour lui demander de se ménager. Reprenant ses esprits, il l’imita et se saisit à son tour d’une de ces étranges armes. Des tranquillisants ? Ma foi, quant on ne veut pas tuer, on pousse le réalisme au maximum, n’est-ce pas ? Tony en choisit une qui lui parlait, qu’il reconnu aussitôt : Une carabine .22 long rifle, la seule arme qu’il avait jamais manié, en des circonstances bien différentes il fallait l’admettre. Il fit sauter le verrou, chargeant la chambre. C’est vrai qu’ils avaient comme un léger problème sur les bras…

- « Je prends la droite. » 

-  « Bon… ben je prends tous les autres alors. »

Et de partir d’un franc éclat de rire. Les jambes flageolantes, les bras tremblants sous le poids du canon, le punk à bout de souffle tenta de mettre ses assaillants hors d’état de nuire. Mais sa bravade ne fit pas illusion longtemps, car la fatigue se fit très vite sentir : il ne réussi pas à toucher, contrairement à sa coéquipière, qui le sauva d’ailleurs d’une balle qui fut privée d’une rencontre avec le front emperlé de sueur du blondin. Se rendant soudain compte qu’il était debout et immobile au milieu d’un terrain dégagé, il mit à couvert derrière la petite femme qui, elle, ne craignait pas les projectiles. Ce qui n’était pas facile, étant donné leur écart de taille. Quel idiot ! On ne reste pas à découvert sur un champs de bataille, c’est pourtant une règle de survie évidente !

Il entendit la douce Virginie pester contre son fusil enrayé. Tony lui passa le sien et, d’une roulade, vient en récupérer un semblable dans la caisse avant de revenir derrière son auguste abri. En entendant le « zut » de Virginie, qui venait du cœur, il eut tout juste la force de rire.

*Allez, reprends toi !!! Tu vas pas la laisser se débrouiller toute seule quant même !! *

Non, il n’allait pas. Il eut l’initiative de s’accroupir pour consolider sa stabilité, facilitant la visée. Il descendit tous les hologrammes assez fous pour se présenter devant lui et le duo de choc poursuivi sa campagne avec brio jusqu’à la fin des hostilités, jusqu’à ce que la voix synthétique sonne la fin du match. Avec un grognement de soulagement et d’épuisement, Tony lâcha son arme, ferma les yeux et s’écroula comme une masse dans l’herbe humide qui se dématérialisait comme le reste du décor, reprenant son souffle en ricanant faiblement. Ils l’avaient fait !!!

Tony rouvrit les yeux. De la façon dont il s’était allongé, sans le vouloir, il avait soudain une vue imprenable sur la petite culotte blanche de la jolie Virginie. Il se releva aussitôt afin d’endiguer un afflux sanguin qui jaillit de son nez…

Baldwin se pavanaient avec des airs de conquérant, comme si c’était lui qui était venu à bout de l’épreuve sadique qu’il leur avait infligé. Dans son dos, il sentit plus qu’il ne vit Virginie tourner les talons et évacuer les lieux. Sans doute pour se soustraire aux commentaires de l’infernal enseignant aux méthodes plus que discutables. Se trouvant alors seul, le jeune punk se remit sur ses jambes juste à temps pour voir la cascade de cheveux blonds disparaître par la porte. Il avait pensé balancer ses quatre vérités au vieux Baldwin, mais sans l’indestructible jeune fille, il avait perdu son public, la seule dont l’avis pourrait lui importer. Il comptait l’impressionner, prendre sa défense… Et ben non, à l’eau le plan ! Le français déçu se contenta donc de marmonner des imprécations en se dirigeant vers les vestiaires.

-  « Eh mec ! La prochaine fois, tu seras gentil de te renseigner sur le niveau des participants avant de les lancer dans une merde pareille… »

- « Pas par là, DiFury… »

- « Parce que… Quoi ? »

-  « C’est les vestiaires des filles par là… »

- « Oh… »

Toussotant pour masquer sa gêne, il corrigea sa trajectoire pour rallier les bons vestiaires.

Complètement lessivé, Tony se laissa tomber sur un banc dans la salle déserte. Retirant son t-shirt, se passant la tête sous l’eau pour se rafraîchir, il ne pouvait s’empêcher de penser que, en situation réelle, il serait probablement mort. De véritables militaires n’auraient pas attendu aussi longtemps avant de tirer. Ils ne se seraient pas autant exposés à une contre attaque. Ils auraient lancés des grenades. Et surtout, lors de l’ultime avancée, ils n’auraient pas hésités à les descendre à distance à grands coups de fusil de précision. Heureusement que Virginie résistait aux balles… Pourquoi s’était elle enfuie si vite, d’ailleurs ? Il ne pouvait s’empêcher de penser à elle. Avait-il fait quelque chose de mal ? C’est vrai qu’il s’était ridiculisé plus souvent qu’à son tour pendant ce dernier quart d’heure. Elle l’avait sûrement trouvé pitoyable. Mon dieu, qu’elle était jolie… Il chassa ces pensées troublantes avec un autre jet d’eau glacée.

Aussi, il fut complètement pris au dépourvu quant il franchit la porte et la vit là, toute fraîche et pimpante, qui l’attendait.

- « Je suis désolée d'avoir fuit. Mais, j’avais peur qu'il nous provoque encore. » 

Il resta abasourdi, complètement perdu, à la contempler pendant quelques secondes de trop.

- «Ah, oh, euh… C’est pas grave ! T’as eut raison… »

Tony rit. Il se rendit compte que sa voix était bien plus aigue que d’ordinaire. C’était courant chez lui, lorsqu’il se trouvait face à une jolie fille qui le prenait au dépourvu. Il corrigea cet erreur de tonalité en toussant dans son poing, remit en place ses cheveux raides.

- « Ahem… Merci. Pour tout ça. J’veux dire… C’était la première fois que j’me retrouvait dans ce genre de galère. Et sans toi, j’me serai probablement fait pulvérisé ! Enfin, j’veux dire… Désolé d’avoir été un tel boulet… »

Il se gratta nerveusement l’arrière de la tête, en détournant le regard. Il avait un peu honte de toutes les erreurs qu’il avait commises.

-« Bon, eh bien… Tu fais quoi maintenant ? »

*Bravo pour l’inspiration, Casanova !! Du grand art, une perle à rentrer dans les annales de la séduction !* Tony se reprit dans la foulée. Il était couvert de sueur. Il lui aurait bien proposé d’aller boire un coup, mais le seul coup dont il avait absolument besoin dans l’immédiat, c’était un coup de déodorant doublé de vêtements propres. Il réussit à faire un grand sourire à l’aimable mutante.

- « Enfin j’veux dire… Faut vraiment que je change de fringues après une telle séance de sport… J’vais me changer, et on va se le boire, ce chocolat chaud ? »

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Jeu 3 Juil 2014 - 19:46



    Hors de portée de Baldwin l’atmosphère pu redevenir respirable et tranquille. Virginie avait eu le temps d’éloigner le sourire de Treanez de ses pensées, quand elle retrouva le nouveau inscrit. Pendant, un court instant, elle se demanda néanmoins, si elle n’avait pas été maladroite en étant totalement honnête avec le jeune homme, qui restait muet. Il est vrai que ça ne pouvait pas être très bien vue de parler comme cela d’un membre de l’enseignement. Mais, elle ne voulait pas que Tony pense qu’elle le fuyait lui aussi.

    La blonde sourit de l’entendre rire, heureuse de le voir prendre aussi bien cette entrée en matière, un peu brutale. Cela la soulagea de voir qu’il n’était pas rebuté et à son tour elle le rassura dés qu’elle remarqua qu’il était un peu mal à l’aise. Ils avaient tous commencé un jour. Chacun avait à faire son propre parcours. La compétition, ici servait majoritairement de stimulateur, sans être obligatoire. Il avait fallu des mois à Résilience ne serait-ce que pour accepter de tenir une arme. En tout état de cause, ils s’en étaient vraiment pas mal tirés, tous les deux. Ce sur quoi, elle se devait d’insister avec des encouragements.

    - « Oh mais non, tu n’as pas été un “boulet” ! Sans tes encouragements, je n’aurais pas osé tirer… On dirait qu’on s’est touts les deux soutenus. C’est chouette… ça ne marche pas souvent comme ça du premier coup pendant les simulations. On va faire une bonne équipe, je crois ! »

    De toutes les manières Vivi était plutôt une pro pour voir le positif dans toute situation imposée. Cet entraînement improvisé était un exemple concret de sa philosophie. Grâce à lui, Di Fury avait déjà pu s’immerger dans le programme de l’Institut et Parish rencontrer un nouveau camarade d’apprentissage. Ce n’était pas un si mauvais hasard qui les avaient réunis. La demoiselle, étudia son partenaire de pied en cape, puis elle jeta un coup d’oeil à sa robe chiffonnée, avant de rire à son tour et d'acquiescer avec bonne humeur. Tant pis pour les dossiers, ils pouvaient attendre quelques heures de plus.

    Virginie avait besoin de se changer les idées. Depuis peu, elle s’était enfin décidée à vivre pleinement sa vie et ce malgré touts leurs problèmes. D’un sourire éclatant elle approuva le plan, ravie d’avoir une occasion de bouger.

    - « Bonne idée, tu as raison… je dois me changer aussi vu l’état de ma robe, c’est même obligatoire. On fait comme ça alors ! On se dit, dans une demi-heure, en bas du perron ? Ma voiture est opérationnelle on pourra aller dans un petit pub sympa vers la frontière d’Exsses, ça te va ? »

    Après avoir obtenu l’accord de Tony, la blondinette fila vers la cage d’escalier la plus proche, pour rejoindre le deuxième étage du manoir. Tandis qu’elle entrait dans l’aile est, réservée aux étudiants, Parish se demanda qu’elle pouvait être la chambre de cette nouvelle recrue. La sienne était toujours à droite au fond du couloir des filles, la n°248. Rien n’avait bougé, malgré la rupture avec Luc, comme si cela pouvait l’encourager à revenir plus facilement. Mais, cet après-midi là, alors que l’anglaise posait son mp7 sur son bureau, une soudaine envie de changement, modifia sa façon d’observer l’espace. Elle le trouva encombré, mal agencé, et se promis de réfléchir à une autre façon d’organiser cette chambre.

    Sortie de la douche, propre, coiffée d’une longue tresse africaine qui dégageait ainsi sa nuque, Virginie troqua une robe contre un short en jean et un débardeur rouge, qui étaient plus confortables si jamais elle devait conduire. La rudesse de l’entraînement n’avait pas laissé une seule trace sur sa peau dorée. En fait, son corps tout entier respirait la santé tout comme le calme dans chaque mouvement qu’il faisait. La mutation avait tout de même quelques avantages.

    Une fois le porte-clé accroché au short, Parish quitta la pièce et descendit avec énergie vers le point de rendez-vous. Ses pieds donnaient l’impression de bondir sur les marches du perron avant d'atterrir sur le gravier. Elle s’approcha du jeune punk et lui lança souplement l’une des barres énergisantes qu’elle avait embarqué avec elle, tout en se dirigeant vers le parking.

    - « Elles sont à la pomme. Ils en ont des cartons entiers dans la réserve. Hésites pas à en demander. Tu verra, Olga est adorable, elle nous chouchoute tous, c’est la cuisinière en cheffe. »

    Vivi ouvrit une voiture, visiblement datée, banale, d’un vert métallisé fatigué, et s’installa à la place du conducteur avec aisance. Elle boucla sa ceinture, tandis que l’auto radio relançait une paylist enregistrée dans la mémoire de l’appareil. Un duo entamait un air de pop estival du début des années 2000. Les fenêtres s’ouvrir pour faire circuler un peu d’air dans l’habitacle. Virginie baissa la musique avant de d’enclencher la première et de les embarquer en direction du village voisin. Très vite, son bras gauche alla s’étendre sur le bord de la fenêtre, sans perturber la conduite. Aisance acquise pendant la période où la blondinette avait vécu à New York et fait des centaines de kilomètres sur les routes.

    Ses yeux bleus clairs se posèrent un instant sur le passager avant qu’elle ne demande avec curiosité :

    - « Alors ? D’où est-ce que tu viens ? »

    Le plaisir qu'elle avait à s'éloigner du manoir était presque palpable. Celui de faire connaissance avec une nouvelle personne aussi. Elle ne voulait pas se morfondre un jour de plus. Parish était moins introvertie, tout de même moins timide aussi, qu'à son arrivée parmi les X-men. Elle avait enfin pu reconstruire son estime d'elle-même. Même si la disparition de Luc dans sa vie avait momentanément stoppé le processus le progrès était notable. Il permettait à ces deux jeunes gens de profiter de l'instant ! Sous le beau soleil de printemps, à rouler de la sorte, ils pouvaient presque oublier ce qui se passait en centre ville. C’était l’effet bénéfique de vivre en dehors de l’agitation londonienne.

........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Lun 21 Juil 2014 - 22:09

Les paroles réconfortantes de Virginie furent comme un baume bienfaisant pour le cœur et l'ego blessé de Tony. Une bonne équipe ? Oui, un jour peut-être… Pour l’instant, si l’on s’en référait uniquement aux capacités et à l’efficacité sur le terrain, il ferait tout juste un « bon faire-valoir »… Mais un jour, lorsqu'il aurait apprit à dompter sa mutation et à se battre correctement, qui sait ? Pour l‘heure, le français était soulagé d’avoir fait bonne impression. Mieux que tout, la blondinette acceptait son idée d’excursion (et de changement de tenue, soit dit en passant). Il fila donc dans sa chambre.

Sous le torrent de gouttes tièdes qui ruisselait sur son corps, le grand punk sentit un soudain une douleur lui cisailler le dos, comme un coup de poignard au creux des reins. S’observant dans le miroir, il se rendit compte qu'un gros hématome faisait son nid le long de son flanc gauche. Il était probablement dût à l’un des nombreux chocs qu'il avait subit, chutes ou coup de crosse évités de justesse, et l’adrénaline l’avait sûrement empêché de s’en rendre compte plus tôt. Il se sécha, s’aspergea de déodorant et entreprit de choisir ses vêtements les moins pourris pour être relativement présentable au bras de la jolie jeune fille qu'il accompagnait.

Ce qui lui prit un peu moins de cinq minutes : la majorité de ses jeans étaient troués aux genoux, et la plupart de ses hauts étaient recouverts de clous ou d’épingles à la mode artisanale. Mouais… Plus tard la tenue punk hein ? Il opta donc pour un jean banal et un t-shirt noir orné d’un crâne flamboyant, histoire de rester sobre. Il se releva et ressenti encore ce vicieux tiraillement dans la colonne. Il fit quelques étirement, faisant craquer ses articulations fourbues.

« Ouh, j’v’ais être tout raide demain matin… »

Lorsque Virginie arriva sur le perron, Tony terminait sa cigarette. Aussi rincé que semblait le grand blond (aux yeux bleus… heu non, plutôt verts), la petite blonde était pimpante et fraîche comme la rosée du matin. Il rattrapa au vol la barre qu'elle lui lança. Elle semblait vraiment montée sur ressort…et ce mini short failli le faire à nouveau saigner du nez !

Il écrasa sa clope dans les graviers et rangea le mégot dans son paquet, histoire de ne le jeter plus tard dans une poubelle prévue à cet effet et non dans la pelouse impeccable. Il suivit Virginie jusqu'à sa voiture, essayant tant bien que mal de ne pas zyeuter de trop près le short et son contenu. Il crut un instant que la petite allait le laisser conduire, puis il se rappela que le volant était à droite dans ce pays. Décidément, il ne s’y ferait pas. Il embarqua donc du côté passager.

Une fois le cortège parti, Tony se permit d’ouvrir la fenêtre et apprécia un instant l’air frais qui fouettait ses cheveux. Il s’accouda, recula le siège pour avoir la place d’étendre ses longues jambes et déballa la barre de céréales en répondant à la question de la blonde toute guillerette qui les conduisait en terre inconnue.

« Prépares toi à un nom barbare : je viens de La Tour du Pin… »

Il l’avait dit en français, et le « u » était réputé pour être un son inconnu de la langue de Shaekspaere.

« Une petite ville entre Lyon et Chambéry… C’est dans le Sud-Est de la France. Y’a rien à part des vaches et des immeubles, un seul bar qui vaut le coup… Et même pas l'holofibre à haut débit ! Un coin paumé, pour faire court… »

Il croqua dans sa barre de céréales, et le regretta aussitôt puisqu'il manqua de s‘y casser une dent. Il n’était pas spécialement difficile sur la nourriture, mais le goût atrocement chimique et la consistance à la fois pâteuse et graveleuse de cet chose le firent grimacer de dégoût. Il se força à mastiquer et à avaler avant de commenter ce désastre de l’alimentation lyophilisée.

« Gweuark… Y’as d’la pomme… Pas que ça, mais y’en a aussi… C’est marrant parce qu'en général les pommes, quant on leur fout la paix, elles sont consommables. Mais là, par un procédé miraculeux que j’arrive pas à m’imaginer… On dirait des gadins. »

Il massa sa mâchoire meurtrie et rangea précautionneusement l’arme d’étouffement massive dans emballage avant de la glisser dans le vide poche. Il n’aimait pas la musique non plus, maintenant qu'il y pensait. La pop, ça lui filait de l’urticaire. Pas autant que le RnB, mais pas loin. Mais quelque part, il s’en foutait. Il ne voulait sous aucun prétexte critiquer les goûts musicaux de la si gentille (et jolie!) Virginie, pas avant d‘avoir écouté toute la playlist pour se faire une idée plus précise… Et puis il se sentait bien avec elle, ce n’était pas le moment de plomber l’ambiance. Il décida donc de faire diversion en la questionnant à son tour. Plus il l’observait, plus il hésitait. Il brûlait d’envie de lui demander des détails sur sa mutation, mais il ne saurait pas le faire sans qu'elle pense qu'il la prenait pour une bête curieuse.

Pourquoi ne pas s’intéresser à la femme derrière la mutation, à la place ? Oui, c’était tout aussi bien, sinon mieux. Il retrouva instantanément le sourire.

« Et toi alors, ça fait longtemps que tu es à l’Institut ? D’où est-ce que tu viens ? »

En y réfléchissant bien, la situation n'était pas très loin de la perfection, entre le soleil qui chauffait juste ce qu'il faut, le vent dans les cheveux, et une jolie fille qui les emmenaient vers un endroit sympa pour boire frais et au calme...

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Lun 1 Sep 2014 - 13:02


    Virginie eu une expression amusée lorsque Tony la mit en garde sur la langue française. Avoir eu un amoureux français, lui avait au moins permit de mieux appréhender la langue de Molière. Elle visualisa mentalement la carte de la France et situa à peu près de quelle région il lui parlait. Pour sa part, elle ne connaissait que Nantes et ses alentours, mais ce qu'elle avait vue lui avait plut. Elle hésita un instant à en parler. Mais aborder ce sujet impliquerait de parler aussi du breton et elle n'en avait aucune envie. Elle se sentait de bonne humeur et n'avait pas envie que sa change.

    - «  Ça doit être ... tranquille, comme coin. Tu t'occupais des vaches ? »

    Après avoir dépassé un 4*4 leur véhicule fila sur une ligne droite, pendant quelques kilomètres. La demoiselle en profita pour quitter une seconde la route des yeux, et se contorsionna pour sortir de derrière le siège une bouteille d'eau. Il y avait toujours de quoi tenir le choque dans cette caisse, comme ça elle pouvait partir sans se préoccuper des éléments techniques. Elle tendit l'eau au mutant et se réinstalla confortablement devant le volant.

    - «  C'est vrai que ce n'est pas terrible. Je te ferais goûter les chaussons aux pommes d'une petite boulangerie en Ville. Tu verra, tu oubliera tout de suite cette mauvaise expérience. » Promit-elle dans un sourire.

    A cette heure, il n'y avait pas encore trop de circulation. Vivi avait donc une conduite plus relâchée. Elle ralentie avec souplesse juste avant un feu et se tourna vers son interlocuteur. La bonne humeur sur les traits de DiFury était agréable à observer. Il allait rapidement se faire une bande d'amis à l'Institut et oublier, ce petit fantôme blond avec qui il avait du parcourir une forêt piégé. Tout allait si vite dans le manoir. Il y avait tellement de monde. On avait parfois pas le temps de croiser un nouveau avant qu'il change de ville.

    - «  Ça fait environ un an que je suis arrivée. C'était ça ou retourner à New-York, chez ma tante... »

    Un court silence la replongea dans des souvenirs personnels. Moly Black Carter, la parente de Virginie n'aurait certainement pas apprécié de voir sa nièce revenir squatter chez eux. Comme pour beaucoup des jeunes ici, l'Institut avait servi de belle échappatoire dans un contexte familial compliqué. La jeune mutante, ne regrettait pas d'avoir quitté ses parents, et d'avoir prit son envol. Elle était beaucoup mieux loin d'eux. Se rendant compte qu'elle ne parlait plus, elle reprit sur un ton tranquille.

    - Mais j'ai grandi à Notting Hill à la base. Un bus et on y est. Mais je préfère être ici. On y est bien. »

    Si au début Parish faisait l'effort de rendre visite à ses parent, au moins une fois par semaine, elle avait rapidement distancé ses venues, jusqu'à les arrêter, depuis sa dernière dispute avec sa mère. Ca n'avait pas été une décision facile pour elle. Elle aimait ces personnes et se sentait redevable envers eux. Mais, ça ne fonctionnait pas. Vivre avec tout ces gens, lui avait progressivement ouvert les yeux sur la relation qu'elle entretenait avec eux. Harold et Alison Parish ne voulaient pas vraiment, qu'elle soit présente dans leur vie, et enfin de compte, c'était probablement mieux comme cela pour tout le monde.

    - «  Tu as de la famille là bas ? » Demanda-t-elle curieuse.

    Clignotant enclenché, elle prenait la direction du petit bourg, qu'elle avait évoqué plus tôt. Sachant que la route était tranquille, elle laissa la voiture tourner, tenant à peine le volant d'une main. Son oreille repéra les dernières notes de la chanson, elle eu un sourire en songeant à la chanson qui allait suivre. Quand Virginie était en déplacement, elle aimait avoir de quoi se défouler. Sur la l'extérieur de la portière ses doigts frappaient la mesure par anticipation.

    - Si tu veux je te présenterais ceux que je connais bien au manoir. Y en a pas tant que ça. Mais ils sont sympas. »

    Certains partaient d'autres, pour des raisons inconnues, s'éloignaient. C'était le jeu de la vie en communauté. Vivi étant aussi instable qu'un lutin, ne prenait pas toujours le temps de nouer des liens. De toute façon sa timidité la décourageait souvent à faire l'effort. Elle se reposait donc sur de rares amitiés, pour lesquelles elle s'investissait avec énergie.

    D'un coup d’œil, elle observa à nouveau Tony avec un air amusé. Depuis le début, elle était intriguée par ce style. Ça avait quelque-chose de décalé, et d'osé, qui lui plaisait bien. Elle se demanda, s'il n'y avait pas d'autres élèves dans son genre là bas se rappelant du petit groupe, qui restait souvent dans un coin du parc à une époque.

    - T'es un punk ? Un vrai ? J'ai fais la serveuse dans un bar punk à New-York. La clientèle était adorable. Des vrais nounours. Ils avaient presque réussi à me convertir à la fin. »

    Au souvenir de ses mèches de couleurs dans les cheveux la blondinette eu un petit rire.

........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Dim 7 Sep 2014 - 0:15

Plus Tony écoutait, plus il trouvait que Virginie avait une jolie voix. Il rigola d’aise à sa pique sur les vaches.

« Même pas ! Elles se contentaient de me réveiller à des heures pas possible, les garces ! »

Il mit son rire au diapason du sien. Il était vraiment bien dans cette voiture. Allongeant ses longues jambes, il fit craquer son cou avant d’accepter la providentielle bouteille d’eau. Il but goulument, et au prix d’un effort surhumain, parvint à empêcher un vilain rot de sortir de son œsophage. L’alerte étant levée, il se détendit. Elle lui promettait des pâtisseries dignes de ce nom. Olga était bonne cuisinière, ça pour sûr, mais son orgueil de Français doutait toujours de trouver un quelconque exploit culinaire dans ce pays. Rien de méchant ou de méprisant, juste les petites piques habituelles que se lançaient les deux voisin de paliers, ces deux frères ennemis depuis des siècles.

Tony était détendu, Tony était bien tandis que la voiture filait sur l‘asphalte en toute sérénité. Tout allait pour le mieux, et rien n’aurait put changer cela.

Jusqu’à ce que Virginie mentionne New-York.

L’intonation presque dure avec laquelle elle acheva sa phrase , et le silence de profonde réflexion qui suivit, firent aussi bien passer le message que les mots eux-mêmes. L’amertume et la tristesse. Le silence qui suivit lui permit de réaliser une chose : il ne connaissait pas cette fille, il ne savait pas ce qu’elle avait pu vivre. Et elle avait dut en voir, la pauvre…  Ce que les mutants subissaient en Europe, ce n’était rien par rapport à ce qu’ils pouvaient endurer aux Etats-Unis.

Voilà tout ce qui traversa l’esprit du jeune punk quant il entendit Virginie lui dire qu’elle avait vécue à New-York. Et bien qu’elle affirma dans la foulée avoir grandi à Notting Hill (sérieusement, les gens ont un coup de foudre pour cette ville… ), il ne doutait pas qu’elle soit passée par bon nombre d’épreuves.
À la façon dont elle prononça «je préfère être ici. On y est bien.», il se fit une idée plus précise de ce que l’Institut représentait pour cette jeune fille. Il était probable que pour elle, l’Institut représente le substitut de foyer, de sanctuaire sécurisant que recherchent ceux qui ont eut une relation compliquée -sinon conflictuelle- avec leurs parents.

Quant ce fut elle qui l’interrogea sur sa famille, il resta silencieux quelques instants. Il regarda par la fenêtre, répondant sans la regarder.

« Oui… »

Ses parents à lui, ses grands-parents, ses oncles et tantes, ses cousins… qu’il avait quittés du jour au lendemain, presque sans explications. Cela fera bientôt un mois qu’il n’avait pas donné de nouvelles. Quant il y pensait, ça lui donnait le cafard… Sous peu, il allait devoir donner de ses nouvelles, sans quoi sa mère était bien capable de traverser la Manche à la nage pour se renseigner elle-même ! C’était déjà admirable de sa part de ne pas avoir inondé son holomail de messages… Qu’allait-il pouvoir leur dire ?

Il se contenta de sourire brièvement à la jolie blonde quant elle proposa de lui présenter du monde à l’Institut. De nouveaux amis ? Pourquoi pas… Il aurait bien le temps de rencontrer du monde. Peu lui importait en fait, du moment qu’il était avec ce petit fantôme blond si craquant…

«- T'es un punk ? Un vrai ? J'ai fais la serveuse dans un bar punk à New-York. La clientèle était adorable. Des vrais nounours. Ils avaient presque réussi à me convertir à la fin. » 

Elle reconnaissait le style ! Et en plus, elle aimait bien ! Mais ça se présentait plutôt bien, cette journée !!!
Chassant sa déprime latente instantanément, il se tourna vers la conductrice, un sourire admiratif sur les lèvres. Difficile de croire qu’un aussi jeune fille ait été barmaid. Mais après tout, il ne fallait pas se fier aux apparences.

« Serveuse ?? C’te classe… Ouaip, on peut dire que j’suis un punk. Pas punk à chien -oh non, ça vraiment pas- mais punk quant même… Après, tout dépend de ce que t’entend par punk, ma jolie… »

En Anglais, « punk » signifie littéralement « sale gosse / emmerdeur ». Et le concept en lui-même sonne différemment selon les oreilles qui l’entendent et les bouches qui le prononcent. Le sourire de Tony se fit mutin.

« Les gros lourdauds racistes qui se gavent de bière par exemple, c‘est pas mon style… Bon d'accord, sauf pour la bière … »

Il parti d’un franc éclat de rire.

« Non en fait, c’est surtout la musique et l‘esprit qui m‘éclatent… Ni Dieu, ni maître ! »

Il continua à rire jusqu’à ce que le poste envoi les premières mesures d’un morceau qu’il aimait particulièrement. Virginie et sa playlist venaient encore de gravir des échelons dans son estime. Un sourire encore plus large se dessina sur son visage.

« Oh ouais, c’est bon ça ! »

Fermant les yeux, il se mit à battre le rythme, soit en jouant la partie de batterie sur ses genoux noueux en frappant du pied, soit en mimant la partition de basse.
Le tout en chantant à tue-tête, évidemment.


Oh oui, c'était une bonne journée.

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1171


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Mar 18 Nov 2014 - 13:56


    Sous le regard appréciateur de Tony la demoiselle se sentit rougir. Elle ne cherchait pas provoquer l’admiration en parlant de son parcours. En fait, elle gérait assez mal tout ce qui avait attrait au compliment, quelque en soit la forme. Cette introversion était revenue en force avec son retour au célibat. Alors, Virginie se déroba rapidement à son regard et rebondit, sur ce qu’il venait de dire pour faire une diversion.

    « Oui, y a quelques bières qui valent le détour je suis d’accord. »

    Très vite le rire et les pitreries du jeune mutant transformèrent la fin du trajet en franche partie de rigolade. Vivi lui lançaient des regards, quand elle pouvait quitter la route des yeux sans danger. Elle n’en revenait pas d’être assise à côté d’un clown pareil. Elle avait croisé des personnes très différentes. Mais jamais jusqu’ici de personne aussi décomplexée. Ce n’était pas désagréable de pouvoir rire, sans se demander, si on allait passer pour une idiote. Encouragée par ce petit grain de folie ambiant, elle finit par l’accompagner dans le chant. Elle ne cherchait pas à chanter juste, mais juste à s’amuser et c’était complètement différent de son attitude habituelle.

    Ils purent poursuivre leur affreux concert jusqu’à ce que Parish les fasse entrer dans un village. Les quelques passants dans la rue principale se retournèrent sur la voiture dont le bruit était vite repérable. Pour une fois, Virginie n’y fit pas du tout attention. Elle parqua la voiture sur un petit parking et coupa le moteur, un grand sourire aux lèvres. Le son fût coupé, mais elle termina la dernière phrase avec énergie, avant de se laisser retomber contre le dossier de son siège. Elle tourna ses yeux brillants vers lui et déclara, avec le rire, encore dans la voix :

    « Eh bah, on peut dire que tu donnes la pèche ! »

    Virginie sortit de la voiture et la ferma à clé. Elle désigna le carrefour qui était à une trentaine de mètres et alla à hauteur de Tony pour marcher près de lui. Il faisait encore suffisamment jour pour pouvoir observer le village sans lumière électrique. Il ressemblait à tous les villages anglais. Les plus jeunes marchaient eux aussi en parlant de la prochaine fête du jeudi soir. Parish les observait parfois, les dépasser avec une pointe d’envie. Elle aurait adoré n’avoir que ce genre de questions en tête.

    Le pub promit, ne payait pas de mine de l’extérieur. L’enseigne était cassée. Les murs étaient usés. À l’intérieur il faisait chaud. Il y avait peu de lumière. Des affiches de concerts décoraient les murs. Un groupe indi mettait une ambiance rock psychédélique dans la salle. Il y avait un peu de monde, sans que ce soit encore trop étouffant, pour les nouveaux arrivants. Ils arrivaient justes au bon moment pour avoir encore une bonne place. Accoudé au bar, un groupe d’habitué lança un salut de la main à la blondinette, qui leur répondit sans pour autant aller vers eux.

    « J’ai bossé ici y a quelques mois. Ils ont une carte pas mal tu vas voir. Ça te va ? On s’assoit là ? »

    La table accolée contre banquette était tournée en direction de l’estrade, sans être trop proche. L’emplacement était plutôt bien. Vivi se glissa la première pour atteindre la place la plus au fond et croisa les jambes, visiblement à l’aise dans cette atmosphère masculine. D’ailleurs, elle gagnait en assurance à mesure qu’elle était sur un terrain familier. Ses yeux se dardèrent automatiquement sur le français. Elle lui mit la carte dans les mains avec un air malicieux et le laissa découvrir la cave du lieu. Il y en avait pour tous les goûts, du doux, comme du fort, de l’authentique comme du bizarre.

    « Alors, qu’est-ce qui te ferait envie ? C’est ma tournée ! »

    Au bout d’une minute, Parish se pencha au-dessus de la carte, pour la lire à l’envers et indiqua une ligne de l’index. Il y était écrit : chocolat chaud « maison ».

    « C’est lui dont je te parlais tout à l’heure. Je vais en prendre un. Je te ferais goûter, si tu prends autre chose. »

    En se calant au fond du siège, la jeune mutante se rendit compte qu’elle n’avait pas été boire un verre depuis des lustres. Elle était contente d’avoir croisé quelqu’un capable de la motiver pour le faire. Elle observa le groupe jouer, voyant comme si elle était au premier rang, avant de reporter son attention sur Rocket. Alors qu’elle allait lui demander s’il était un musicien, une serveuse se dessina devant eux afin de prendre la commande. Penny travaillait dans cet endroit depuis des années. Elle reconnut Virginie, lui lança un salut, puis à Tony, visiblement surprise de ne pas voir le grand brun des dernières fois. Commande prise, la femme partit vers le bar, en rangeant son stylo.

    « Je suis contente qu’on soit sortie de l’Institut. Alors, que faisais-tu avant d’arriver dans le coin ? »


........................................................................................................................................................................................................


L'amour à la machine... Faite le bouillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ] Jeu 5 Fév 2015 - 14:12

« Eh bah, on peut dire que tu donnes la pèche ! »

Le français continua à rire de bon cœur en détachant sa ceinture de sécurité.

« La vie est trop courte ! Autant rire un maximum ! »

Il continua de rire. Mais à moitié sorti du véhicule, son regard fut comme happé par la gravité : la jolie Virginie sortait elle aussi, permettant un panorama imprenable sur son délicieux fessier...

Bong !

« Aïe ! »

Crâne contre montant de la portière. Inattention : 1 – Crétin : 0.

Se reprenant in extremis en feignant de se recoiffer, son dérapage passa inaperçu. Il chemina donc gaiement avec sa comparse, profitant du trajet pour se griller une cigarette. C'était une petite bourgade sympathique, comme il en avait vu à télé. Et le pub indiqué par son guide semblait lui aussi sorti d'un téléfilm.

L'intérieur du bar était (heureusement) plus calme que celui du Soul of Ireland. Tant mieux, songea t'il.  Bercé par la musique, il se laissa conduire entre les tables par la mutante.

« J’ai bossé ici y a quelques mois. Ils ont une carte pas mal tu vas voir. Ça te va ? On s’assoit là ? »

Hochant la tête pour exprimer son approbation, il prit place, après avoir tirée la chaise pour Virginie. Galanterie oblige. Une fois installé, le blondin se perdit dans les yeux de la belle qui lui tendait la carte.

« Alors, qu’est-ce qui te ferait envie ? C’est ma tournée ! »

« Eh bien... »

Il réfléchissait avec difficulté. Et d'ailleurs, il s'en rendit compte. Mais qu'est-ce qui lui arrivait, à la fin ? Il était pas foutu de se concentrer plus de deux minutes, et il ne pouvait s'empêcher de faire le clown... Pourquoi?!?

Quant Virginie se pencha par dessus la table pour lui indiquer une boisson, elle lui offrit par mégarde une vue plongeante sur son décolleté.

C'est là qu'il comprit le nœud du problème : soit il était un fichu obsédé, soit son cœur lui préparait des lendemains difficiles...

« C’est lui dont je te parlais tout à l’heure. Je vais en prendre un. Je te ferais goûter, si tu prends autre chose. »

Il déglutit avec difficulté, sentant déjà un magistral saignement de nez se pointer à l'horizon.

Se giflant mentalement, le français libidineux parvint à reprendre le dessus sur lui même. Allons, un peu de tenue ! Il venait tout juste de la rencontrer. Ce n'était ni le lieu ni le moment... Lorsque la serveuse se pointa pour prendre les commandes, il réussit à articuler :

« Je... vais prendre une bière, s'il vous plait ! »


… d'une voix trop aigüe et parfaitement ridicule. Il toussa dans son poing pour rectifier son timbre défaillant, et répéta sa commande normalement. La serveuse partie, il ricana nerveusement, faisant diversion en se concentrant sur le groupe. Les oreilles écarlates, il aurait donné cher pour aller se cacher dans un trou de souris. Mais encore une fois, la voix mélodieuse de la blondinette le rappela à la réalité.

« Je suis contente qu’on soit sortis de l’Institut. Alors, que faisais-tu avant d’arriver dans le coin ? »

Il reporta son attention sur elle, lui rendant son sourire. Il fixa quelques instants le plafond en grattant sa barbe naissante, cherchant ses mots. Comment répondre sans passer pour un parfait débile ?

« Hmm... Psychologie. À la fac, je veux dire... Enfin, je suis venu ici avant de finir ma troisième année, à cause de... tu sais, le contexte et tout... et je voulais pas risquer de perdre le contrôle... »


Mouais, c'était pas trop mal expliqué... pour un gosse de maternelle !

Mais qu'importe ! Ils en étaient à la phase « racontes moi ton histoire », alors autant en profiter.
Il sourit, réfléchit une seconde. La performance incroyable de la mutante lors de leur entraînement lui revint en mémoire. Et il ne put retenir un soudain élan de curiosité sincère.

« Et toi alors, dis moi... »

Il se pencha vers son interlocutrice, baissant légèrement la voix pour ne pas être entendu de tout le pub.

« Où est-ce que t'as appris à faire tout ces trucs de kung-fu, là ? »

Il se recala au fond de sa chaise, un sourire admiratif sur le visage.

« Parce que c'était vraiment carrément trop cool ! J'avais jamais vu ça, tout ces … woosh, blam, ka-pow !! »


Emporté par sa fougue, il mima les mouvements d'arts martiaux pour illustrer son propos. Tout à sa démonstration, il se cogna le genou contre le coin de la table. Quelques yeux se tournèrent vers eux. Il ricana pour faire diversion.

Massant son articulation, il interrogea Virginie du regard, levant un sourcil interrogateur dans l'attente de sa réponse.

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [RP] Drôles de présentations ! [ Tony ]

Revenir en haut Aller en bas

[RP] Drôles de présentations ! [ Tony ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Demande d`avatar et signature pour Tony
» Tony Stark ~
» ? Tony Stark n'est pas là pour le moment. Veuillez laisser un message après le BIP sonore ! ?
» Harley Dowkins " Le Iron Man " miniature : ont est liée Tony !
» Tony Stark | Genius, billionaire, playboy and philantropist [Fini]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Generation-X :: ~Angleterre : Londres et Environs~ :: -Comté de l'Essex : Le Nouvel Institut- :: -Le Manoir-
 :: -Salles privées- :: -Salle d'entraînement-
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com