Forum de Jeux de Rôle Futuriste - Inspiré des Mutants de Marvel (X-Men)
 
--In Game (mars/avril/mai 2052) : Votre personnage peut évoluer librement en mode vie--
-- IRL (NOVEMBRE 2016) : Nos personnages prédéfinis cherchent une plume pour leur donner vie !--
N'hésitez pas à nous rejoindre !

//

[Attaque] Groupe 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Miss Lemington

Type Omega

Type Omega

avatar

Alias : Psyché
Race : Mutante
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 38 ans
Profession : Cerbère de l'Institut
Affinités : Abîme sans fond, gouffre des âmes tourmentées
Points XP : 1535


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Psychokinésie et télépathie
Type: Omega
Niveau: 7

MessageSujet: [Attaque] Groupe 4 Dim 15 Nov 2009 - 22:53

[Valérie, Virginie, Luc, Alex, Jack]

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/fiche-sama
Luc Treanez

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Alias : Dark Rock
Race : Mutant
Clan : Aucun
Age du perso : 22
Profession : étudiant
Affinités : Un peu tout le monde: institut comme confrérie

Un lien plus profond: Virginie

Ennemis: Le Cercle et ses humanoïdes
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Géokinésie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Mer 18 Nov 2009 - 22:22

La danse venait de se finir, les quelques notes qui résonnaient n'étaient qu'une sorte de baroud d'honneur. Luc était essoufflé, tellement les deux jeunes gens avaient tournés et encore tournés ensembles, l'étudiant tentant tant bien que mal de suivre le rythme effréné de Virginie qui l'entrainait dans cette danse regarda malicieusement Virginie.

J'espère que je n'ai pas été trop mauvais. Ce genre de danse c'est pas ma tasse de thé. Et puis ...

Luc fut interrompu par une jeune femme qui venait de prendre la parole au micro qui était sur l'estrade. Elle semblait... dangereuse... Luc ne savait pas pourquoi il avait ce sentiment, mais elle ne lui disait rien qui vaille. Sentiment confirmé par le vigile qui venait de voler à travers la baie vitrée.


Je ne sais pas pour vous, mais tout ça… ce luxe… ces mensonges… ça me laisse un arrière goût amer. Vous pensez sérieusement que ces beaux discours et une danse endiablée entre un mutant et une humaine vont arranger les choses ?

Luc se rapprocha un peu de Virginie, par réflexe, comme pour placer son corps en bouclier. Le ton de cette femme devenait agressif, et ses yeux reflétaient une rage qu'il avait rarement observée. Mais qui était elle? Il ne tarda pas à savoir, quand il entendit le mot humanoïde. Il en avait entendu parler, quelques rumeurs qui faisait état d'humains modifiés par la BCGDCA pour affronter les mutants à "armes égales"

L'instant d'après, cinq hommes en tenue de commando entrèrent avec fracas, et se mirent à tirer dans la foule à l'aide d'armes automatiques. Luc saisit Virginie et l'entraina vers la sortie de la salle, alors qu'une puissante montée d'adrénaline commençait à se répandre dans son corps.

Vient vite!! Il faut qu'on se barre!!

Ils devaient a tout prix sortir de ce piège. Et s'il avait fait attention, le mutant aurait sentit un picotement au niveau de son omoplate droite. Picotement qui commençait à se répandre dans toutes les directions. Mais ils n'étaient pas les seuls à vouloir faire de même, et un afflux de personnes apeurées bloquaient la sortie. Luc changea de direction et avisa le bar où il alla s'abriter des balles, entrainant la jeune fille avec lui.

P***** de bo**** de me****!!! Ils sont complètement tarés ceux là!!

Luc réfléchissait à toute vitesse, essayant d'observer la scène en évitant de prendre une balle en plein front. Il vit plusieurs personnes rester faire face à la bande d'humano. L'un d'eux arrêta les balles comme si de rien n'était, et se permit même de les menacer. Un autre homme se tenait à ses cotés, tandis que deux femme, dont l'une d'elle était Maria, étaient un peu retrait, bien que la fille aux cheveux noirs semblait préparer quelque chose.

** Qu'est-ce qu'il va se passer? Ils vont quand même pas les affronter? **

........................................................................................................................................................................................................
Les choses les plus simples sont souvent les meilleures

Souffle de la nuit
sur les cendres de l'espoir
larmes maudites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie France

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Tata (impressionnant pas vrai ?)
Race : Mutante
Clan : Aucun
Age du perso : 35 ans
Profession : Commerçante militante, sympathisante du Fil
Affinités : Edgard, Virginie, Lina Léolagus
Points XP : 375


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Troubles ondulatoires
Type: Alpha
Niveau: 2

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Jeu 19 Nov 2009 - 19:29

Le choc fut terrible. Arrachée à la table, je percutai le sol avec la grâce d'un bœuf malade. Dans d'autres conditions, j'aurais surement admiré le marbre que je venais de bouffer. Hélas seule la couleur inhabituelle du sol attira mon regard : il était rouge. Rouge ? « Merde ! », hurlais-je tout en me faisant piétiner par la foule. Je portai la main à mon bras : Criblé de balles, le muscle laissait transparaitre le cubitus. A cette vision, je failli m'évanouir. Je ne ressentais pourtant rien si ce n'était de l'horreur, l'adrénaline me droguant bien mieux encore que la fumette. Dans le brouillard, je me mis à ramper.



« Virginie, le louche où vous êtes merde » balbutiais-je.

Mon corps sur le sol lubrifié couinait, dansait, tombait, se rattrapait, tombait à nouveau pour se relever encore : j'avais l'impression de danser sur Coppelia. Moi, à la « couineuse », j'accompagnais le ballet précipité des paniqués, la danse macabre. Ils s'effondraient, les uns sur les autres gracieusement, parfaitement synchronisés au moment de toucher le sol. Les mutants encore debout remplacèrent le son plaintif de ma couineuse par l'orchestre apocalyptique de leurs pouvoirs. Et pour parfaire ce mouvement de La Symphonie du Chaos, l'agressive mélodie des tirs s'enrichit du rugissement des flammes. ( sons et lumières, un spectacle complet ! )

Je ne voyais ni Virginie, ni son amant.
J'espérais qu'ils eussent fuis, surtout la Poulette, si maigrichonne. Je me cachais derrière la table. Mais contrairement à un film hollywoodien, l'ennemi cessa de tirer sur la table.
Tout à coup, il me lança un petit cylindre argenté. Une puissante odeur fouetta mes narines. En reconnaissant le projectile je fut glacée d'effroi : lors de la conférence de Luxembourg l'année passée, j'avais condamné les actions du BCGDCA. Voilà qu'à présent je me retrouvais nez à nez avec l'arme que j'avais précisément condamné. C'était un véritable retour de flamme, dans tous els sens du terme. Car au bout de trois secondes la petite cellule m'exposerait au visage.
Poussée par la peur, je me jetai jusqu'à une autre table. Malheureusement le souffle du feu happa mon manteau qui s'enflamma aussitôt.

« Salopards de putains de merde ! » hurlais-je en me débarrassant du vêtement immolé.

Soudain je fut prise de vertige. Ma vision se troubla et mes muscles s'engourdirent. Alors que j'avais atteint les toilettes, glissant tel un phoque obèse sur la banquise, je me retournai vers l'estrade. Là, un homme s'approcha. et de sa plus belle voix tonna : « Je suis Keitapo Omokiiiiii le teeeeerrriiiible maaaangeur d'electriciiiiité, moooouuuurrez mécrééééééants de mes maaaiiins destructriiiii... ».
L'âme insolente n'acheva pas sa phrase, car l'on éclata généreusement la poudre sur son minois arrogant, lequel fut réduit en une masse de viande informe.

........................................................................................................................................................................................................
Thème de Valérie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1145


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Jeu 19 Nov 2009 - 22:26

En accord presque parfait avec la mélodie, la jolie blonde fit un dernier pas enragé, avant que les instruments prennent enfin le pouvoir, pour l’agonie du morceau. Luc en face d’elle, Virginie ne quittait plus ce sourire enchanté. Dans ces instants, elle était aussi libre qu’un oiseau de paradis, pleine de couleur et de malice. Le bleue de sa robe se mouvait encore autour d’elle dans la dernière impulsion de son corps. Sa silhouette ne montrait aucun signe d’effort ou de désagrément. On aurait dit qu’elle venait de regarder le groupe plutôt que de l’accompagner.

La blondinette était fière du jeune mutant. Il avait relevé le défi. Et il s’était vraiment bien débrouillé. Un rire joyeux s’échappait de ses lèvres en l’observant. Il ne s’était pas dégonflé et rien que pour ça elle était un peu plus charmée. Elle s’inclina devant lui, avec amusement, laissant une main dans la sienne sans même y réfléchir. Tout ceci n’était pas sa tasse de thé disait-il, eh bien…

Quoi ? Pourquoi s’arrêtait-il ? La jeune fille le regarda, intriguée. C’est ainsi que son oreille perçue enfin la voix rageuse qui inondait la salle. Son visage changea lentement, alors qu’elle intégrait toute la haine, déversée par le micro. Elle se retourna lentement pour étudier sa propriétaire. Cette fille devait être à peine plus âgée qu’elle. Et pourtant, elle ne tremblait pas, devant toute cette foule interdite. Qui était-elle ? Pourquoi son regard donnait des envies de fuite à la petite mutante ? Virginie perçue la complication à venir avant de vraiment la comprendre.

Cette inauguration était une excellente occasion de se montrer. Et ça, pour tout les groupuscules, toutes les voix… quelques soit leur discours. Mais cette jeune fille ne semblait pas attendue vu la tête du personnel de sécurité. Virginie ne comprenait pas pourquoi, cette intruse était aussi venimeuse, envers un couple visiblement amoureux. Bien sûr la danse avait été un calcul, mais tout le monde avait besoin de rêver. Personne n’était dupe non. Tout le monde savait que cette soirée était en toc. Même elle au fond si elle osait se l’avouer…

L’euphorie de l’instant avait disparue pour une angoisse sourde et grimpante. Pourquoi maintenant ? Maintenant, alors qu’elle avait été sur le point d’avouer son seul secret à ce jeune homme ? Oui sa pensé était primaire et égoïste. Mais zut ! C’est la première qui lui vint en sentant Luc se rapprocher d’elle. La peur vint avec la menace directe de cette inconnue. Son intuition lui hurlait de partir, là, toute de suite. Et en même temps, ces paroles sonnaient qui un peu trop juste, pour la faire bouger d’un pouce. La méthode n’était pas dès plus douce, mais le propos était fondé.

Le fracas du verre la fit sursauter de toute sa petite taille. Virginie mit une seconde à comprendre qu’ils étaient plusieurs. Qu’ils étaient armés. Armés et qu’ils tiraient déjà. Impossible ! Une onde électrique lui parcouru l’échine. Elle regarda tout autour d’elle et vit les gens commencer à hurler et à courir dans tous les sens. Son regard scrutait l’espace à la recherche de Valérie nul part. Son corps avait déjà disparu sous la foule hystérique. L’adolescente se sentit entrainée malgré elle dans une direction. L’inquiétude nouait ses entrailles. Il y avait bien trop de gens pour qui son angoisse s’éveillait brutalement.

Virginie entendait les détonations sans même songer à s’en protéger. June avait disparue un peu plus tôt, elle serait surement en sécurité. Mais il y avait Miss Lemington, Dekan, Maria, non cela lui donnait le tournis rien que d’y songer. Son âme pacifiste se révoltait devant tant de bêtise mortelle. Une violence gratuite ! En plus de la panique, le fait d’être entourée de personnes affolées, mettait à mal la gamine. On lui avait dit une foi, que le meilleure moyen de se débarrasser d’une phobie, était de l’affronter de force. Eh bien non ! Aucune guérison ne vint la secourir, au contraire.

Le son des balles, s’atténua un peu, dans un coin de la grande pièce. Juste le temps pour eux de se glisser derrière le bar. La meilleure protection en l’occurrence. Elle reconnue la voix vieilli du professeur de science. Lui aussi était là se dit-elle un peu plus peinée. Même si elle admirait son geste, Virginie le trouvait bien téméraire. Il avait un pouvoir formidable oui. Mais ce n’était pas le cas de tous les mutants justement… Comment Luc allait il réagir devant tout ça ?

Tremblante, Virginie se plaqua contre le bois rare de leur barricade improvisée. Ses cheveux dissimulaient son visage. Elle se tenait les mains en les malmenant sans même sans apercevoir. Elle sentait Luc à sa droite se dissimuler pour observer. Pour sa part la demoiselle ne voulait pas voir. La simple idée de voir un corps mort la rendait malade. Une boule de désarroi lui prenait la gorge avec hargne. Qu’allait-il faire ?

Elle ne put voir Maria se dissimuler derrière une porte. Ni Twikjeya devenir l’apologie d’une amazone moderne plantée sur sa table. Ni Daniel agir en fou impétueux et pédant. Ni Valérie repliée et blessée en dessous d’une table. Il fallait qu’elle calme son cœur complément désordonné. Ses pensés s’embourbaient sans fin dans l’adénine et la peur. Ils étaient attaqués. Ils étaient bloqués par des hommes armés. La BCGCDA. C’était sa première hypothèse. Le cercle était derrière tout ça. La jeune pigiste les connaissait assez. En plus de l’angoisse, une colère sourde, se pointa au fond de son ventre. Ces monstres ! Elle avait vu le corps de Wind. Ils étaient capables du pirs.

-« Luc, Luc c’est le Cercle… Ils vont s’en prendre aux Mutants. »


Les genoux repliés contre son torse la mutante ne savait que faire. Elle mit sa tête dans ses mains pour contrôler ses émotions. Sa voix était assourdie pleine de retenue. Il ne fallait pas qu’elle craque. Plus tard !

-« Mademoiselle Elkash, Maria, Fanel… ils vont tous être les cibles… il faut faire quelque chose. Luc, on ne peut pas les laisser faire… »

Cette certitude surpassa tout le reste pendant une seconde. Aussi terroriser qu’elle était, Virginie ne pouvait accepter de regarder les autres être en danger, sans réagir. Et cette pauvre Miss France qu’elle avait perdue de vu ! Ses yeux bleus, un peu trop brillants, se levèrent vers le jeune mutant. Est-ce que lui aussi serait en danger ? Comme elle…

L’élève de l’institut se redressa doucement. Elle concentra son regard droit devant elle sur le mur immaculé. Une inspiration… deux… Elle avait du subir tous ces exercices. Ce n’était apparemment pas pour rien. A la première occasion il faudrait essayer. Ne serait ce que par respect de tout ce qu'elle avait comprit. Ne serait ce que pour être utile et solidaire avec les siens. De la résolution ma vielle !

........................................................................................................................................................................................................


Je reviendrais !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Luc Treanez

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Alias : Dark Rock
Race : Mutant
Clan : Aucun
Age du perso : 22
Profession : étudiant
Affinités : Un peu tout le monde: institut comme confrérie

Un lien plus profond: Virginie

Ennemis: Le Cercle et ses humanoïdes
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Géokinésie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Dim 22 Nov 2009 - 23:30

Luc observait ce qu'il se passait dans la salle. Il essayait de trouver un moyen de mettre Virginie à l'abris. Il ne pouvait se permettre de la laisser ici, elle allait surement se faire tuer s'ils ne bougeaient pas. Il la vit se lever comme si elle voulait retourner dans la salle, voulant tenter quelque chose. Il la saisit par les épaule et la força à s'accroupir.

Tu es complétement folle? Si tu fais quelque chose là, on va tous se faire tuer. Reste calme et évitons de faire des bêtises ok?

En parlant de bétises, Luc sentit une main se poser sur son épaule. Il n'avait pourtant vu personne approcher. Il se retourna d'un geste, armant son poing, prêt à frapper. Il s'arreta au dernier moment quand il vit le visage d'un homme apparaitre, essayant d'être rassurant. Il reconnu le visage, bien qu'il ne l'ai rencontré qu'une ou deux fois, dont une à la confrérie alors qu'il y était passé.

Nohlann?? Tu t'appelle bien Nohlann c'est ça? Putain tu m'as foutu une frousse.

Luc l'écouta attentivement. Son cerveau réfléchissait à toute vitesse. Aller intercepter quelqu'un? Luc jeta un nouveau coup d'oeil, et aperçu les deux personnes dont il parlait. Mais ils étaient à l'opposé de la pièce, et les humano tiraient dans tout les sens. Luc poussa un soupir.

Je peux toujours en intercepter un et lui dire de se mettre à l'abri au lieux de tirer sur ces humanoïdes. Mais...

Luc s'interrompit. Les armes venaient de se taire. Luc risqua un nouveau coup d'oeil. La situation s'annoncait encore plus mal. Les humanos s'étaient séparé pour rassembler les survivants, et trouver ceux qui s'étaient planqués comme eux. Luc revint vers Terry.

Il y en a un qui vient vers nous. On est mal.

Luc essayait de trouver une idée, n'importe laquelle. Soudain il sentit quelque chose remonter le long de son bras. ll passa une main sur son bras, et sentit quelque chose de dur avancer et prendre place sur son bras. Le phénomène se poursuivit jusqu'à que sa main droite finisse par être recouvert par une couche de roches noires. Luc retint un juron. Comme si c'était le moment où cette saloperie devait se manifester.

Mais en même temps, il était doté d'une arme maintenant. Il regarda Terry, droit dans les yeux.

Est-ce que tu as un moyen de neutraliser celui qui arrive? Si tu peux le ralentir ou le stopper ne serait-ce que deux secondes, on sera déjà débarrassé d'un de ces salopards.

Il leva la main pour montrer.

J'ai de quoi lui faire voir trente six chandelles.

........................................................................................................................................................................................................
Les choses les plus simples sont souvent les meilleures

Souffle de la nuit
sur les cendres de l'espoir
larmes maudites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1145


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Lun 23 Nov 2009 - 9:16

Résistante voilà ce qu’elle été censée être. Alors comment expliquer, que les mains de ce jeune adulte, la firent plier dans la seconde ? Un regard panoramique sur la salle, l’avait d’ors et déjà confrontée, à son malveillant imaginaire. Des morts. Virginie n’avait vu la mort que dans les livres. Ou à l’hôpital ce dernier mois. Mais ainsi ! Fulgurante et mesquine. L’odeur du sang se mêlait à celle des cannons et du champagne. Etait-ce ainsi sur les fronts ? Voyait-on son espérance partir en fumée, sans pouvoir les retenir ?

Elle se laissa ramener vers le sol. Son esprit était saturé de pensé contradictoires. Comment pouvait-on arracher des vies ? Les paroles de Luc, lui arrivaient assourdies, par sa confrontation au réel. Comment pouvait-elle croire en l’être humain ? Après ça … Elle était jeune ! La vie aurait dû la préserver un peu plus, un peu mieux, de tout ça ! Elle n’avait jamais trahit l’espèce humaine. Personne ne cherchait ce combat. Excepté les fous peut être ? Était-elle folle, comme Luc le lui soufflait ? Car devant tant de cruauté la jeunette sentait ses tripes se glacées de détermination.

Silencieuse, comme une nonne en deuil de l’humanité, la petite mutante ne put qu’hocher du menton. Oui, elle avait comprit. Les vivants avaient besoin d’aide, pas de raison de plus de paniquer. Pour le moment elle était la spectatrice involontaire d’une chute infernale. Une certitude s’ancrait dans son esprit. Le temps de la passivité était révolu. Si elle s’en sortait, vivante elle poserait son propre pion, sur cet échec du diable.

Ses pupilles s’agrandirent en voyant son compagnon de mal chance se préparer à frapper. Non ! Sa respiration s’arrêta alors qu’elle envisageait de l’arrêter. Heureusement pour eux deux, il eut un regain de lucidité, avant de faire sa bêtise. Virginie se décala pour offrir un peu d’espace protégé au confrériste. Elle ignorait de qui il s’agissait. Mais le changement d’attitude de l’étudiant parlait pour lui. Un allié. Et c’est tout ce qui comptait pour le moment.

La blondinette reconnue le dit « crétin » comme l’un des danseurs de rock. Il avait un jumeau. Ils faisaient les cowboys. Alors que le trio échafaudait un plan de secours Nakor s’écroula au sol. Un sanglot fût étouffé par sa propre main. Son regard glissa vers le coupable. La fille ! Cette… aucun mot agréable ne lui était destinée. Cette ! Si l’anglaise avait une chance. Alors ce petit gabarie assassin, allait affronter la colère, d’une ado révoltée. Mais avant il fallait passer la ligne de défense. Il était massif. Une représentation terrifiante de la faucheuse du XXIème.

Gray venait de se faire sonner… deux fois. Virginie détourna le regard. Trop tard pour lui. Le bon côté, était que plusieurs mutants étaient encore absents de la salle. A l’abri ? Elle l’espérait. Pour le moment elle s’inquiétait surtout pour Valérie. Le sol parsemé ne… mais si… là bas. Prés de la porte. Se pouvait il que tout ce rouge soit sorti de son corps ?

-« Miss France ! »

Le silence fût aussi frappant qu’une balle échouée. Un son étrange après tant de cacophonie. Virginie entendit l’avertissement du français. La jeune élève regarda numéro 3 approcher de leur cachette. Ou était Twikjeya ? Virginie l’a devinait assez altruiste, pour faire une véritable bêtise, elle aussi… Un peu plus loin sur cette table. Une nouvelle onde d’inquiétude parcouru son flux sanguin. Tant de facteurs à envisager. La remarque de Luc lui fit tourner la tête. Un moment la jeune fille resta complètement statufiée face à l’image. Un bras de roche. Lui. Ici. Maintenant.

Malgré toute l’horreur de la situation Virginie ne put que sourire de soulagement. Ils étaient du même groupe. Mutants. Voilà qui allait lui faciliter les choses. Dans ce futur qu’elle attendait. Cela lui donna une nouvelle dose adrénaline. Son regard passa d’un homme à l’autre. Comment procéder ? Une diversion ? Oui mais… Elle pouvait faire mine de se rendre. Aussi fort l’assaillant était-il, elle le serait encore plus. Ses capacités allaient de paire avec ses émotions. Comme beaucoup de personne. Une mère qui voyait son enfant coincé sous une voiture devenait capable de la soulever.

Dans son esprit tout s’agença clairement. Faire une diversion. Et… attendez… du sable était entrain de grimpez le long de l’attaquant. Il était dépossédé de sa protection. Mr Fanel ! Ou était-il ? C’était le moment ou jamais ! Elle lança un regard aux deux mutants. Un seul et furtif signe. Avant que le soldat de comprenne totalement ce qui lui arrive, Virginie attira son attention. Debout, fine, à la mine trop blanche, elle glissa les mains derrière sa nuque. Il n’était pas difficile de faire la demoiselle en détresse. Sa voix était parfaite pour le rôle.

-« Je me rend. »

L’arme partait en morceau. Les vêtements résistaient un peu plus. La blondinette contourna le bar pour passer dans l’espace principal. Elle se forçait à le regarder dans les yeux. Le garde la suivrait elle dans son déplacement ? En tous les cas ses sens étaient un peu occupés. Que Terry et Luc en profitent. De son côté il fallait qu’elle se rapproche de l’épi centre. Valérie… puis cette ennemie. Celle du cercle. Virginie n’avait pas souvent haï dans sa vie. Mais ce soir elle en découvrait la saveur acide.

Maintenant bien en vu, la pigiste se laissa « guider ». Elle avait abandonné son sac derrière le barrage. Ses pas frôlaient le sol avec une élégance enfantine. Dés qu’il tournerait le dos au bar. Voilà la seule pensée qu’elle essayait de communiquer. La peur qui lui tiraillait les côtes ne lui était plus destinée. Il fallait que les deux garçons esquissent leur plan. Il fallait que Valérie soit soignée. Elle, elle pouvait un peu mieux s’en sortir. Si… Jessie devenait son otage. Un objectif. Ca pouvait marcher. Ca devait marcher.

........................................................................................................................................................................................................


Je reviendrais !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Jack Ortiz

Humanoïde

Humanoïde

avatar

Race : Humanoïde
Clan : BCGDCA
Age du perso : 28 ans
Profession : Agent de terrain
Affinités : Ennemis: les mutants en général
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Cables dans les bras
Type: Aucun
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Mar 24 Nov 2009 - 13:23

Jack était resté debout pendant toute la soirée, n'aillant aucune envie de se mélanger à ces monstres génétiques et ceux qui les soutenaient. Une réunion entre les mutants et les hommes, quelle hérésie. L'humanoïde s'était invité à la fête, devant repérer les nouvelles têtes des institutions, ainsi que les mutants potentiels, qui deviendraient plus tard les cibles prioritaires du Cercle. Malgré tout ce mouvement et cette agitation, il avait déjà repéré certains qui s'amusaient à utiliser leurs pouvoirs à la vue de tous. Jack retenait avec précision leurs visages, devant plus tard les indiquer aux traqueurs.

La fête continua en bal, où Kenjiss, le directeur honnis de cette Confrérie tant détestée dansait avec une humaine dont Jack ne connaissait pas le nom. Leur danse ravit tout le monde, et bien que la prestation était de qualité, l'humanoïde ne perdait pas de vue qu'il avait en face de lui l'une des cibles n°1 de son organisation.
Il repéra également une femme connue, Valérie France, une mutante reconnue depuis qu'elle avait fait du grabuge sur un plateau d'holovision. Jack nota qu'elle essayait surement de se rendre au Canada pour y trouver un peu de tranquillité. Tranquillité qu'elle ne trouvera pas de sitôt dès que le Qg serait informé de sa présence.

Mais il y eu un grain de sable. Jack aperçu du mouvement du coté de l'estrade. Fronçant les sourcils, il se désintéressa du bal pour se concentrer sur elle. Il la vit neutraliser un des hommes de la sécurité sans aucun soucis, d'une façon typique des militaires. Elle monta sur l'estrade et prit la parole au micro, interrompant la cérémonie. Son ton, tranquille au début, se fit de plus en plus venimeux. Elle se mettait à invectiver toute l'assistance. Jack se déplaça, et trouva un coin pour observer tranquillement la scène. Il avait reçu l'ordre de ne pas agir à bord. Un deuxième agent partit valdinguer par la baie vitrée, alors que cinq ombres arrivèrent en rappel pour se jeter aux coté de la femme. La dernière phrase le fit tiquer. Des humano?? Ici? Le cercle ne l'avait pas avertit!!

Il resta à l'abri dans les toilettes, bien que c'était pas l'endroit le plus approprié pour observer la bataille. Les humanoïdes firent feu sur l'assistance, tirant sans distinction sur les mutants ou les civils. Un vieillard tenta de s'opposer en utilisant ses pouvoirs pour stopper les balles des armes à feu, et se fit rapidement abattre d'un coup de pistolet à plasma. Les autres se mettaient à l'abris et attendaient le bon moment pour riposter. Un homme tira sur les humanos, aidé par son... jumeau? Clone? Mais ils se firent rapidement envoyer ad patres par l'un des attaquants

Les humanoïdes cessèrent le feu sur l'ordre de la femme, qui semblait être le chef de ce petit groupe. Jack était perplexe. Jamais le cercle n'avait autorisé un tel massacre indifférencié, car son image en aurait pâti. Pourquoi aujourd'hui? L'ouverture de la Transatlantique était un bon moyen de faire passer un message, mais là ils allaient plus passer pour des terroristes que des sauveurs. Jack se posait de plus en plus de questions sur l'origine de cette opération. Il fallait qu'il sache, sans se mettre à découvert pour le moment.

Les hommes masqués se séparèrent, rassemblant les survivants au milieu de la pièce, et débusquant ceux qui s'étaient planqués. L'un d'eux vers les toilettes. Jack se déplaça et rentra dans l'une des cabines. Il retira sa veste qu'il planqua, afin de se libérer le haut du corps de toute entrave, et laissa la porte légèrement entrouverte afin d'observer l'entrée. Une femme se trainait au sol tout près, visiblement blessée. Il reconnu Valérie France, et se désintéressa d'elle. L'humanoïde lui se mit juste derrière elle, et s'alluma une clope alors qu'il tenait négligemment son flingue. Quel idiot. Silencieusement, il activa son arme planquée dans son bras. Un cable s'engagea dans le mécanisme, prêt à réagir au moindre ordre. Jack attendait le bon moment.

Ce moment vint lorsque qu'une mutante de la confrérie s'attaqua à un humano. Entre eux s'engagea un combat de vitesse qui distrayait tout le monde. En même temps une fillette se rendit, attirant l'attention d'un autre côté. Jack en profita pour passer à l'action. Il s'approcha de la porte et lança son cable vers le cou de l'humano. Il s'enroula autour du cou, et se serra instantanément, lui coupant la respiration et la voix. Jack saisit son flingue pour l'empêcher de presser la détente pas inadvertance, et le plaqua contre le mur.
Il vérifia que personne ne l'avait vu faire. Valérie était juste à coté, elle n'avait pu le louper. Il murmura, un regard froid à vous glacer le sang en une milliseconde.


Si tu tient à vivre ne serait-ce qu'une journée de plus, met ta langue dans ta poche.

Ceci fait, Jack rengea l'arme dans sa ceinture, et il approcha son visage de l'Humano qu'il tenait toujours plaqué contre le mur, les pieds décollé du sol, avec le cable qui l'étranglait.

J'ai une petite question pour toi mon gros. Qui vous a envoyé?

Jack desserra le cable mais plaqua aussitôt sa main gauche sur son cou, et y appliqua une très forte pression.

Si tu cris pour les avertir, je te brise le cou. Maintenant, répond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie France

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Tata (impressionnant pas vrai ?)
Race : Mutante
Clan : Aucun
Age du perso : 35 ans
Profession : Commerçante militante, sympathisante du Fil
Affinités : Edgard, Virginie, Lina Léolagus
Points XP : 375


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Troubles ondulatoires
Type: Alpha
Niveau: 2

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Mer 25 Nov 2009 - 19:57

AGONIE : nom féminin. Souffrance extrême précédant la mort.
Exemple : « je me suis fais salement plombé le bras et je me vide de mon sang, quelle agonie ! »

C'était la meilleure définition en ce qui concernait mon état actuel. Péniblement, j'avais ouvert la porte des toilettes pour que finalement une silhouette me devance. Je cru apercevoir son regard, furtivement, se poser sur moi avant qu'il ne rentre.
Une pellicule translucide, mélange salé de sang et de larmes, s'était formé sur mes yeux. Ainsi, mon environnement ressemblait à une agencement chaotique de couleurs et de formes : j'évoluais dans une peinture abstraite et mouvante. Pestant et suffoquant, je clignais des yeux en espérant la fissurer. Mais rien n'y fit. C'est dans cette état larvesque, que je me trémoussais vers l'intérieur des toilettes.

La silhouette semblait m'attendre à l'intérieur. Elle s'affairait dans la pièce et cacha quelque chose dans une cabine. Trop assommée pour y faire attention, je rampais en direction des lavabos.
Tout était flou. Je remarquais cependant une seconde silhouette, postée derrière moi. Sans prévenir, la première silhouette agressa la seconde. J'arrêtai de ramper et portai ma main valide à mes yeux. La pellicule se morcela et tomba en poussière, tel de petits flocons rouges sur le carrelage. Alors je découvris la première silhouette : un homme massif, doté de puissant câbles qui jouxtaient ses avant-bras. Lesquels serraient le cou de la seconde silhouette. Sauvagement il se débattu, mais en vain : les câbles le tenaient fermement.
Soudain, l'agresseur parla. Ses mots m'apparurent comme une fanfare lointaine qu'on avait séquestré dans un frigidaire. En résumé, c'était incompréhensible :

« _mmhummbuummmuupppmmmm mmu mbbuppp, sembla-t-il articuler à mon intention. »

Dans un dernier effort je soulevais mon bras, interpellant la « silhouette câblée ». Je désignais mon bras gonflé par la masse rouge coagulée, puis le lavabo. Je ne savais pas de quel camp était l'étranger et d'ailleurs je m'en foutais, ce n'était pas mon problème. Ce qui l'était néanmoins, c'était que l'inconnu se foutait royalement de mon appel.
Lassée de causer à un mur, je m'agrippais au lavabo. Une fois debout, j'actionnais le robinet. Quelle conne ! De l'eau brûlante en jailli et pénétra mes plaies à vif. A bout de force je ne pu hurler ma douleur. Bien heureusement ! Car alors, l'homme aux câbles n'aurait pas hésité à me descendre.
La douleur me projeta à terre. Mais, courageuse, je me relevais à nouveau. Saisissant des serviettes posées là, je fabriquais péniblement un bandage de fortune.

........................................................................................................................................................................................................
Thème de Valérie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Treanez

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Alias : Dark Rock
Race : Mutant
Clan : Aucun
Age du perso : 22
Profession : étudiant
Affinités : Un peu tout le monde: institut comme confrérie

Un lien plus profond: Virginie

Ennemis: Le Cercle et ses humanoïdes
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Géokinésie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Sam 28 Nov 2009 - 22:45

Luc attendait la réponse de Nolhan , ou Terry plutôt, mais Virgnie les devança. Les mouvements ralentirent dans la vision de Luc, il vit Virginie se lever, passer devant eux comme si elle ne les voyait pas. Il eu le temps de voir son regard, déterminé comme jamais. Il savait qu'elle allait faire une bêtise, mais pas un seul instant il n'essaya de l'en empêcher. Pourquoi? Peut être qu'un jour il le saurait, mais c'était pas pour tout de suite.

Il savait qu'elle avait vu son bras, et que maintenant il se montrait officiellement comme un mutant. Il préférai ne pas penser aux futures conséquences que cette action aurait plus tard sur sa vie. Mais pour l'instant, il avait bien l'intention de s'en servir pour se sauver lui, sauver virginie, sauver tout le monde. Il avait des pouvoirs, autant les utiliser pour aider les autres.

Luc entendit Virgnie dire qu'elle se rendait. Il revint à la réalité. Mais qu'est-ce qu'elle faisait? Il devina qu'elle essayait de distraire l'humanoïde qui approchait, ce qui laissait le temps et la possibilité à Terry et Luc de passer à l'action, mais il ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle faisait une belle connerie. Et si ils s'en sortaient, ce qui pour l'instant était loin d'être évident, il n'oublierait pas lui faire savoir ce qu'il en pensait.

Terry de son coté lui dit qu'il agirait en même temps que lui, et il disparu, comme ça d'un coup. Le temps qu'il s'y habitue, Luc d'aperçu vite que c'était plutôt un camouflage plutôt qu'une disparition du corps. Il se rendait invisible, par un processus inconnu. Luc suivit avec attention son déplacement, même quand Terry grimpa aux murs comme si lui même grimpait une parois. Il se retrouva vite au dessus de l'Humano, prêt à passer à l'action.

Là c'était au tour de Luc. Il risqua un premier coup d'oeil. L'humanoïde lui tournait le dos, occupé par Virginie. Il ne faisait pas attention. C'était le moment. Il leva le regard vers Terry, toujours à la même place, essayant de le prévenir qu'il allait y aller.
Son coeur battait à cent à l'heure, et son taux d'adrénaline explosait tout les taux possibles. Son pouvoir y était sensible, et une nouvelle plaque s'étendit, cette fois vers le bas, vers ses jambes. Pour l'instant ça s'arrêtait au bas de son dos. Ca ne serait pas gênant.

Il s'accroupit, comme dans un départ dans les startings blocs. Il fallait y aller. Son corps était tendu comme jamais, ses poings serré à en blanchir les jointures, du moins celle qui n'était pas encore recouverte par la roche noire. Sa main gauche elle était désormais recouverte, et des surépaisseurs s'étaient rajoutées.


** Maintenant! **

Comme la boule de nerf qu'il était, il jaillit de derrière le bar, arma son bras, et frappa juste à la base du dos, entre le bassin et la colonne vertébrale, un endroit qu'il savait sensible pour tout homme. Il avait déjà vu des amis paralysés car blessé à cet endroit, véritable centre névralgique des nefs moteurs du bas du corps.

........................................................................................................................................................................................................
Les choses les plus simples sont souvent les meilleures

Souffle de la nuit
sur les cendres de l'espoir
larmes maudites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Ortiz

Humanoïde

Humanoïde

avatar

Race : Humanoïde
Clan : BCGDCA
Age du perso : 28 ans
Profession : Agent de terrain
Affinités : Ennemis: les mutants en général
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Cables dans les bras
Type: Aucun
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Dim 6 Déc 2009 - 2:56

Jack maintenait une poigne de fer sur la gorge de l'humanoïde quand il vit un mouvement étrange sur son corps. Le temps qu'il comprenne, il sauta en arrière afin d'éviter les piques qui sortirent de son corps. L'humanoïde en profita pour alerter les autres, et chargea sur l'agent afin de l'empaler ou de le découper à l'aide de ses lames qui venaient d'apparaitre sur ses poignets.

La situation ne pouvait pas être pire. Jack se trouvait dans un endroit confiné, avec en face de lui un humanoïde qui semblait être un spécialiste du corps à corps vu son amélioration. Il était en positon d'infériorité pour le moment. Il n'avait à sa disposition qu'un flingue de calibre moyen et ses cables.

Jack se regroupa, et sauta au dernier moment pour éviter la charge de la boule de piques. Il sentit quelque chose de froid passer près de sa jambe, et en se relevant il vit que son pantalon était déchiré. C'était pas passé loin. Il regarda l'humano un sourire narquois en coin de la bouche.


J'imagine que ta réponse c'est va te faire voir hein... ça tombe bien, ça faisait longtemps que j'avais pas buté un mec aussi méprisable que toi.

Jack réfléchissait tranquillement, gardant son esprit au calme. Il devait trouver le point faible de cette boule de piquant le plus vite possible pour aller s'occuper des autres sans tarder. Le problème étant qu'il ne disposait pas d'une puissance de feu suffisante pour leur faire réellement face. Il avait remarqué qu'ils avaient ramené de la quincaillerie dans leurs sacs, mais il fallait encore qu'il réussisse à s'en approcher sans se faire empaler... l'autre solution étant de le dézinguer avant.

L'agent du cercle se reconcentra, le deuxième assaut allait arriver. Il avanca un peu de facon à se mettre juste devant l'entrée des toilettes. Une petite idée venait de germer dans son esprit. Il placa le pistolet dans sa ceinture, prêt à être utilisé.

Il attendit que l'humano fonce à nouveau sur lui pour lancer son attaque. Il lanca son cable qui s'enroula autour de son cou et de plusieurs de ses piques, tandis que lui même sortait des toilettes et d'un saut en arrière il dépassa une colonne. Là il tendit son corps, attendant le choc, qui ne tarda pas. Il se fit tirer en avant, emporté par l'élan du porc épic. Jack réussit à mettre un pied sur la colonne pour opposer une résistance, et tira sur le cable de toutes ses forces, grimacant sous l'effort et la douleur du choc, tout en activant l'enrouleur. Les deux forces combinées ramenèrent l'humano en arrière, le propulsant droit contre le mur des toilettes, l'explosant au passage.
Jack libéra le cable pour le réenrouler entièrement, tout en dégainant le flingue et le pointer sur la tête de l'humano.


Tchao connard.

L'agent tira sans hésitation deux balles, visant pile poil entre les deux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1145


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Lun 7 Déc 2009 - 1:42

Virginie sentit les coups et uniquement cela. La douleur, qu’ils auraient dût provoquer sur sa peau, était pour ainsi dire inexistante. En plus de cela, ces mouvements de violence, la laissaient totalement indifférente. Il pouvait la rudoyer tant qu’il le voulait la petite n’accélérerait pas. Parce que chaque seconde prise à ce bourreau, offrait une chance de plus aux mutants. De nouveau à hauteur d’homme, la jolie résistante eut le temps d’apercevoir la slave, à l’autre bout de la salle. Son cœur se serra, en la voyant en guerre contre une machine à tuer. N°5 était bien trop fort pour être humain… non ? A chaque mouvement Virginie attendait de la voir tomber avec une angoisse sincère.

Mais bien vite, le bruit du corps qui s’effondre, la fit se retourner d’un seul mouvement. Ses yeux bleus rencontrèrent alternativement le Caméléon et l’homme de pierre unis dans un acte de brutalité primaire et efficace. A cet instant la blondinette se contenta d’espérer. Oui, un espoir spontané et instance. C’était « un » en moins, déjà. Diable mais à quoi pensait-elle ? Voilà qu’elle se réjouissait de la chute, d’un être humain, ce N°4. La violence avait un effet pervers que l’adolescente ne supporterait jamais. Elle aurait voulu, faire ou dire quelque chose, aux deux vainqueurs. Mais ils étaient déjà bien occupés par la dépouille. Sur ses doux traits, flotta ce qui semblait être un sourire. Avant que l’optimisme de l’instant s’évapore face à la réalité.

Déjà tournée vers la salle elle ne put prendre la mesure de la menace qui peusait sur le jeune homme. Le feu allait être déclenché alors que les sons environnement empêchaient Virginie de connaître le danger. Il fallait qu’elle donne le change, pour avoir une chance, de rester libre de ses mouvements. Lentement elle se dirigea vers le groupe de retenus. Affectant la mine d’une jeune fille paniquée, elle marcha vers eux, les yeux rivés sur l’épaule du surveillant armé. Son rôle de captive volontaire devait être convaincant. S’il la pensait peureuse, au point de rappliquer d’elle-même, Parish avait une change de les avoir. Sa petite silhouette offrait l’image même de l’innocence en repentie. Alors que sous sa corole blonde se bousculaient milles pensées. Luc avait il eut le temps de se cacher ? Ou était June… Maria… ?

Immédiatement, la jeune fille s’était tournée en la direction de la porte. Celle où elle avait aperçu Valérie quelques minutes plus tôt. Il n’y avait plus personne. Sa bouche se crispa une seconde, alors que son esprit, laissait défiler toutes les hypothèses. Peut être la française s’était elle réfugiée là bas ? C’était la seule idée que l’imprudente acceptait de retenir. Dans les toilettes la blessée serait probablement plus à l’abri que… Deux coups de feu dans cette direction même N°2 avait il était le plus fort ? Son sang se glaça. Une seconde plus tard sa silhouette passait tel un éclair bleu prés du groupe de prisonnier. N°1 était là à les menacer sans mot. Le hurlement d’avertissement augmenta la pression artérielle de la gamine. Les humanoïdes. Mais… si la bande massacreuse n’était pas de ce groupuscule…

Virginie ne savait plus quoi penser. Mais qui était ces ennemis ! Elle se mêla à la troupe centrale, parfaite reproduction d’une orpheline, soulagée de retrouver les siens. Et ainsi placée elle étudia soigneusement la situation. Comment pouvait-elle avancer sans risquer de réaction ennemie ? Il fallait faire le point. Revoir chaque changement et agir calmement. Des belles paroles oui ! La gamine n’avait jamais été aussi ballotée entre la panique et la rage. Elle ne rêvait que d’une chose, courir, tout à la fois vers Valérie, Twikjeya, et Luc. Il était assez indépendant pour s’en sortir. Mais peut être pas elle…

Ses yeux vifs suivirent la silhouette de Jessie qui disparaissait telle une ombre. Pouvait-elle l’atteindre en évitant le garde ? Tout à ses calculs, l’étudiante, put voir tous les corps effondrés autour d’elle. Nakor était encore vivant ! Une bouffée de soulagement se déversa dans le cœur excité de l’enfant. Tout n’était pas perdu ! La mort aurait encore à tricher pour gagner. C’était sans compter sur deux événements quasi simultanés, qui bousculèrent ses plans, pareil à un ouragan sur la mer. D’abord la silhouette de Maria, que Virginie aperçu, dans le dos du bloc de muscle. La blondinette se concentra pour ne rien trahir. Peut être pourrait elle-même l’aider. Si sa supposition était exacte. Alors elle observa le manège de la confrériste le plus discrètement possible. Rien ne lui échappa…

Et cette fois son cri ne put être étouffé. Le bruit des lames avaient cessées. Twikjeya baignait dans le sang. Une blanche neige auréolée d’enfer, qui avait emporté avec elle le danseur de la mort. Au moins son meurtrier n’aurait pas le temps de souffrir une quelconque vengeance. Virginie sentit ses entrailles la brûler. Elle se laissa glisser vers le sol. Indifférente au reptile espion, ou aux murmures de ses voisins. Elle venait de voir… une allier. Une connaissance… quelqu’un de bon, s’évanouir dans une marre de globule rouge. Au-delà, de l’horreur de l’image, c’est sa signification qui acheva ses restes d’espoirs. Son estomac n’était plus qu’un volcan, la nausée remontait à ses lèvres pour extirper ce qui aurait put rester. Son teint fît lamentablement miroir à celui de la confrériste. Alors c’était ça ! La vie mutante !

Valérie avait peut être reçu une balle, non deux, et Nakor était au bord du précipice, Dekan avait disparu, Samarah aussi… Une larme coula sur sa joue. Elle ne la retint pas. C’était trop. Bien trop, pour une vie si hasardeuse que la sienne. Virginie se laissait aller dans l’abîme de l’abandon. Elle ne voulait plus voir le sang entendre les coups. Plus rien ! Jusqu’à y entendre raisonner la voix d’une femme pleine d’assurance. Quoi ? Ses perles mouillées se levèrent doucement vers la propriétaire. Maria ! Une lueur infime passa dans son regard attristé. Mais que faisait la mutante ? Et là trois éclats d’argent lui ôtèrent toute possibilité de raisonnement. Trois dagues envolées vers N°1.

Le choque d’abord, puis l’analyse. Le seul rempart tombé prit d'aussaut par la surprise. Et la compréhension tirailla violemment sa conscience. L'enfant se leva d'un bond. En quelques pas elle avait rejoint la blonde provocatrice. Ses mains menues, puissantes, assaillirent la confrériste pour l’appeler à elle. Debout en face de cette image destroye, Virginie ne songeait même plus à s’étonner. En une seconde, deux pensées, bien distinctes éclatèrent dans son crâne. Telle une naïade sortie de son conte, la demoiselle parla d’une voix pleine de déchirement. Ses larmes continuaient de couler, une rivière naïve et qui paraissait inépuisable. Sans le vouloir ses doigts se crispaient sur les épaules de son homologue blonde.

-« Maria ! Tu vas bien ? Je suis heureuse de te voir ! Si tu savais ! Il faut aider les autres ! Ton amie… regarde ! Il faut faire quelque chose. Et il y a Valérie aussi quelque part. Elle est blessée, je l’ai vu. Il a peut être un Humanoide avec elle. On ne peux pas la laisser non plus ! Nakor aussi. Il y a un garde qui a disparu. Il faut le trouver. Et puis Monsieur Fanel je ne sais pas où il est. Mais il est là j’ai vu son pouvoir. Luc et l’un des tiens ne sont pas loin. Il faut rattraper cette fille ! Elle va peut être en amener d’autre. Peut être… peut être qu’on à une chance Maria ! »

........................................................................................................................................................................................................


Je reviendrais !!



Dernière édition par Virginie Parish le Jeu 10 Déc 2009 - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Luc Treanez

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Alias : Dark Rock
Race : Mutant
Clan : Aucun
Age du perso : 22
Profession : étudiant
Affinités : Un peu tout le monde: institut comme confrérie

Un lien plus profond: Virginie

Ennemis: Le Cercle et ses humanoïdes
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Géokinésie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Lun 7 Déc 2009 - 22:24

Il avait réussit. Il l'avait abattu. Il avait réussit à envoyer l'humanoïde au tapis, avec l'aide de Terry. Avec le coup qu'ils lui avaient mit, il ne pourrait jamais se relever. Luc se redressa, souriant. C'était un danger en moins pour lui, pour Terry, pour Virginie, pour tout le monde. Ils avaient une chance de battre ces salopards.

Luc cherchait du regard Virginie, ne sachant pas où elle était passée. Il cru la voir du coté des otages qui avaient été rassemblés, mais il n'en était pas sûr. Soudain un mouvement au bord de son champs de vision lui fit tourner la tête, juste à temps pour voir l'humano se retourner et tendre vers lui ses mains. Luc vit deux tubes qui en sortaient, avec une lueur peu rassurante.

Par réflexe, il mit ses bras devant lui afin de se protéger le visage. Bien lui en prit quand il sentit le souffle brulant l'atteindre. Il se jeta en arrière, orientant son coté gauche vers la source des flammes. Mais il sentit le feu prendre sur ses vêtements, et il roula au sol, tentant de se mettre hors de portée.

Luc se releva tant bien que mal, s'appuyant contre le mur. Il grimaça en sentant la douleur se répandre dans son corps, alors qu'il tirait ses vêtements brulé. Le haut avait brulé en partie, laissant entrapercevoir de la peau cloquée et des traces rouges sur toute les parties à nue. Il se retrouva torse nu, alors que la couche de roche s'étendait encore. Elle avait atteint le visage, recouvrant toute la partie gauche, alors qu'elle commençait à recouvrir la partie droite du corps. Si la situation n'était pas aussi dramatique, Luc aurait bien plaisanté en disant qu'il ressemblait maintenant à un Danette choco vanille.

Mais la situation n'était pas à l'humour, et Luc devait trouver pour l'instant un moyen de survivre face au lance flamme sur patte. Il fit quelques mouvements de bras, et observa la roche noire qui recouvrait maintenant une bonne partie de son corps. Comme au Canada, quand lui et Maria étaient tombé sur le béhémot incontrôlable. Mais là c'était pas un duel de force qui l'attendait, mais bien un affrontement contre un élément redoutable, le feu.


Tssss, comme si j'avais besoin de ça en ce moment. Je me suis déjà fait assez remarqué au Canada, voilà qu'il faut que je me batte dans un lieu public maintenant.

Il fit craquer la croute sur ses doigts, réfléchissant à ce qu'il pouvait faire. La peau de roche continuait son chemin incontrôlable. Il ne savait absolument pas comment l'arrêter sans utiliser la méthode bourrin de l'arrachage général. Mais là à la limite il préférait laisser faire, sentant qu'elle pourrait lui sauver la vie... encore une fois.

Luc essaya de faire bouger un peu son bras droit, ignorant la douleur de la peau cloquée et desséchée. Il allait devoir faire avec, pas le temps d'aller passer de l'eau fraiche sur ses plaies et de la pommade. L'heure était à la bataille. Il allait devoir faire face à la mort sur patte.

Soudain une voix de femme résonna dans la salle. Luc reconnu la propriétaire. Elle était barbouillée de maquillage qui avait dégouliné, sa robe n'était plus aussi resplendissante qu'au début de la soirée, mais Luc pouvait reconnaitre la russe blonde sans aucun problème. Elle attirait tout les regards sur elle.

Son étonnement passé, le mutant revint à son adversaire. Il le vit distrait un instant par l'esclandre, et en profita. Il fonca comme tout à l'heure, comme un bélier, mais cette fois ne se contenta pas d'un coup de poing. Qu'il balance ses flammes ou pas, il irrait au contact. Juste avant l'impact, il se ramassa un peu sur lui et se propulsa lourdement contre l'humanoïde, profitant de son armure de pierre pour le tamponner comme une lance irait transpercer une côte de maille. S'il l'atteignait, il comptait bien le ruer de coup jusqu'à qu'il ne s'en relève plus jamais.

........................................................................................................................................................................................................
Les choses les plus simples sont souvent les meilleures

Souffle de la nuit
sur les cendres de l'espoir
larmes maudites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie France

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Tata (impressionnant pas vrai ?)
Race : Mutante
Clan : Aucun
Age du perso : 35 ans
Profession : Commerçante militante, sympathisante du Fil
Affinités : Edgard, Virginie, Lina Léolagus
Points XP : 375


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Troubles ondulatoires
Type: Alpha
Niveau: 2

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Sam 12 Déc 2009 - 0:48

Je bandais mes plaies à côté de deux machines à tuer, mais bien heureusement on ne s'occupait pas de moi. Quelle étrange sensation : ma sécurité ne tenait qu'au fait que j'étais insignifiante et ça me laissait un goût amer.
Debout face à la glace, j'observai cette femme à l'élégante robe que le sang durci avait rendu rêche. Mon regard se posa sur son bras droit, recouvert d'une épaisse couche de serviettes solidement attachées. Je lui souris et en reflet fidèle elle me gratifia du même sourire rassuré. Oui, je l'étais à présent : J'avais certes un bras hors d'usage mais mes secondes n'étaient plus comptées. Après tout les deux seuls dangers se chamaillaient loin de moi.

Alors calmement je pris le temps de m'arranger. J'avais perdu mon maquillage (qui avait du s'étaler sur le chemin de ma fuite quand mes lèvres jouaient au balais). Je me rinçais le visage à l'aide de mon bras valide, puis une fois séchée, je tartinai généreusement mes lèvres de rouge. J'appliquai soigneusement le cerne noir autour de mes yeux dont les iris retrouvèrent leur puissante couleur noire.
Pendant ce temps, dans le reflet, se déroulait un duel monstrueux entre les deux inconnus. Absorbée par ma pause coquette, je n'y prêtais pas attention.
Lorsque j'eus fini je pris le temps de me contempler. Je rangeai pieusement mes ustensiles (100% issus de l'agriculture biologique !) dans mon sac et époussetai ma robe.
Je lançai alors à la Valérie du miroir :

« _C'est important l'image en politique ma poulette ! Si on t'prend en otage au moins tu seras belle pour tes ravisseurs. C'est utile pour pas crever d'fois. »

En me retournant, je vis que mes deux amis se battaient violemment. Quel duel ! On aurait cru voir ces films hollywoodiens où les personnages marchent sur les murs alors que le sol est libre d'accès. Tout de même effrayée, je me plaquai contre la lavabo : mon bras me rappela douloureusement combien je m'étais pris de balles.

Furtivement, mes amis me faussèrent compagnie. Bien ! Il fallait en profiter. Quittant mon appui, je rejoignis la porte des toilettes.
Soudain un choc terrible me cloua au sol : le mur venait d'être éventré et un nuage de poussière envahi les toilettes.
Me dissimulant, je vis l'homme aux câbles enjamber les morceaux du mur qu'il venait de défoncer à coups d'humain. Je ne pris pas le temps d'observer la suite et me plaquant au sol je sorti avant que le nuage ne s'estompe.

Dehors, c'était l'hécatombe. On pensait voir une recette de cuisine :

1. Écrasez les parpaings au pilon et les jeter ci et là dans la pièce.
2. Trouez les convives, les vider et conserver le sang dans un récipient à part.
3. Disposer cadavres et mourants de façon harmonieuse dans la pièce.
4. Badigeonnez généreusement la salle du sang prélevé, de poussière et de poudre.
5. Laissez agoniser une trentaine de minutes.
6. Enfin, laissez un zombi femelle confrériste aux cheveux crasseux prendre l'initiative.
7. Enfournez l'orgueil des humanoïdes et attendre qu'ils fassent feu.

Régalez vous bien !

[HRP]Comme me l'a dit Nathaniel ça ne fait rien avancer. Il n'empêche que ce post m'a sauvé des griffes de Jack alors zut Very Happy ![/HRP]

........................................................................................................................................................................................................
Thème de Valérie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1145


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Sam 19 Déc 2009 - 23:03

Spoiler:
 

Le méchant avait soudain disparu. Aucune trainée rouge ne le suivit. Il n’avait rien eut…


Daniel le regarda filer comme l’éclaire avec un sourire mauvais accroché au visage.rien de tel pour amener des rides précoces et disgracieuses. Il vit les deux blondes s’éloigner et comprit juste à temps pourquoi. Le clone apparu juste à côté de lui, pour regarder Kenjiss débarquer, sous le verre et l’attaque. Pas de bol…. Eh bien ! Le patron, pas trop tôt. Les deux jumeaux échangèrent un regard. Okay. Rien à faire de ce côté-là. Ils se tournèrent chacun dans une direction opposée. Alors, soit la mourante, soit les deux mutants entrains de cramer.


Sa silhouette se laissa guider sans la moindre résistance. On eut dit que son esprit avait totalement décroché. Toute la machine fonctionnait avec le seul carburant inépuisable de son système central : La panique. Ainsi elle ne remarqua pas que la mutante évitait le contacte. Que celle-ci la préservait d’un duo mortel. Que la salle était le paysage d’une apocalypse grandissante. Qu’elle échappait à chaque seconde à une blessure. Il n’y avait que sa peur et cette femme hallucinante.

Maria utilisa avec elle ce ton posé et si efficace. Virginie se remémora tout de suite le talant de la jeune femme pour tout ce qui était du domaine de la rhétorique. Son esprit se mit donc en devoir de prendre chaque mot avec une attention démesurée. Sa volonté, dévora une parcelle de son angoisse, à renfort d’imprécations silencieuses. Ce stimulus fût probablement le seul qui put la préserver de la folie environnante.

A chaque affirmation la pigiste vérifiait ses propres données. Oui, oui, et oui. La confrériste disait vrai. Mais Luc pouvait bien être entouré de Samarah et de Sinéad que ça ne changerait rien. Elle prit garde de ne pas attraper la main de son interlocutrice. Un contact avec la vie, lui paraissait terriblement nécessaire, dans ce moment de crise mortelle. Mais la jeune femme s’occupait déjà d’autre chose. De… Nakor… oui Nakor. Ses grands yeux bleus le cherchaient également. Maria lui avait dit qu’il allait bien. Il allait bien. C’était au moins ça. Quelqu’un allait bien. Oui.


Daniel de sa place eut un hochement de tête. Bonne idée la blonde. Il vérifia que son arme perso était en service. Il avançait déjà vers le bar ou tout semblait assez bourrin. Son clone ne disait mot. Il cherchait quelque chose pour aider. Une bouteille brisée. Heures d’ado en réminiscence. Ca sera parfait.


Mais pourquoi Maria parlait elle d’arme ? De déblocage…. Son esprit cherchait. Cherchait. Comme un fou, qui essai de comprendre le monde, sans jamais y arriver. Il fallait qu’elle se reprenne, au fond elle le savait. Il y avait cette petite voix. Celle qui ressemblait tant à cette femme, qui était sa mère, et qui l’adjurait à se contrôler. Oui. Elle était Virginie : une jeune mutante capable de faire le marathon sans entrainement. Et… surement beaucoup de chose…. Mais quoi ? Quoi ? Non elle se trompait. Elle n’était qu’une gamine, trop petite pour « ça »… Et puis…

Une poigne lui attrapa les épaules à son tour. Geste vif et salvateur qui l’extirpa de son tourbillon infernal. Un regard l’emprisonna. Virginie la dévisagea et observa les lèvres bouger doucement. Oui. D’accord… l’infermière elle allait s’en occuper. La gentille infermière de la confrérie. L’amante de Maria. Elles allaient prendre soin l’une de l’autre. Bien. Oui très bien. Le soulagement effleura son cœur à cette nouvelle. La suite ? Elle écouta. Aller chercher Luc… les autres, oui les autres aussi. Valérie aussi… Et puis ? Trouver la fille ! Cette peste ! Cette mauvaise. Oui, ça elle pouvait le faire. Elle voulait le faire même !

-"D'accord oui... je vais...

Quelque chose de lourd se glissa entre ses doigts. Quoi ? Ses grandes prunelles cherchèrent un indice dans la silhouette de Maria. Mais la confrériste fuyait déjà vers sa protégée. Virginie resta là. Sa main se referma sur le pistolet. Elle l’étudiât comme elle aurait regardé une pierre précieuse. Une chose si irréelle dans son univers. Bizarrement, avoir ça ne lui faisait pas peur. Elle avait déjà trop de peur en elle. Une arme. Virginie Parish avec une arme capable de tuer. C’était presque risible. L’objet ne pesait rien pour elle. Ce n’était qu’un morceau d’argent inactif. Quelques secondes, un tour lent sur elle-même, pour se reconnecter. Jessie était partie de l’autre bout de la salle.


Daniel avançait en évitant tout obstacle.


Soudain elle aperçut le riche double à quelques pas de n°4. Juste à ce moment un bruit de tonnerre raisonna dans l’espace. Logique, quand le corps de N°2 s’encastrait dans la colone. Virginie sursauta de tout son long, hésita. Miss France était là bas. Tiraillement. Ce truc ignoble qui vous pousse à l’inaction. Maria lui avait dit qu’elle avait besoin d’elle. Elle lui avait confié une mission. Il fallait qu’elle retrouve cette damnée ! Mais laisser une innocente en plein danger…


Alors que la blondinette était encore à ses délibérations Daniel arrivait dans le dos de l’humano. Il jeta un œil aux deux mutants. Une grimace détendit sa face en voyant l’état de Treanez. La copie allait déjà d’un côté de l’adversaire. L’arme au point prés à faire sauter une jugulaire. Soudain, la voix calme et toujours un peu moqueuse de Gray, sonna dans l’atmosphère brulée.


-« Un coup de main peut être ? »

Deux iris bleus un peu plus loin virent enfin le visage du jeune étudiant. Alors l’adolescente avança vivement vers le quatuor sans plus se préoccuper de sa sécurité. Juste après elle rejoindrait Valérie. Oui juste après elle aiderait la gentille française… Ses doigts tremblants cherchaient le mécanisme du pistolet. Est-ce que c’était comme dans les films ? Enlève la sécurité Parish. Fonce Parish.


Daniel la sentit arriver dans son dos et fit un signe invisible à son clone. Celui-ci recula et s’interposa tranquillement entre la mutante et le reste du groupe. Son hystérie n’allait pas une deuxième fois tout compliquer.

........................................................................................................................................................................................................


Je reviendrais !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Luc Treanez

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Alias : Dark Rock
Race : Mutant
Clan : Aucun
Age du perso : 22
Profession : étudiant
Affinités : Un peu tout le monde: institut comme confrérie

Un lien plus profond: Virginie

Ennemis: Le Cercle et ses humanoïdes
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Géokinésie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Dim 20 Déc 2009 - 16:54

Luc frappait de toutes ses forces. Ses poings visaient au hasard toute partie du corps de l'humanoïde, privilégiant plus la force de destruction que la précision. Ses gestes étaient saccadés, imprécis, ses yeux ne voyaient plus rien autour de lui. Seul comptait l'ennemi. Son univers s'était réduit à un seul homme. Les tirs, les hommes qui volaient ou qui tombaient sous les coups, les murs qui explosaient autour de lui, le combat aérien qui s'était engagé, les vies que l'on tentait de sauver, les blessés qui se trainaient, rien ne l'atteignait. Ses oreilles étaient sourdes, ses narines bouchées par le sang qui coulait et qui avait coagulé dedans, ses mains écorchées et son corps recouvert à présent de pierres.

Ses coups atteignaient de moins en moins leur cible, celle ci parant de mieux en mieux, et commençant à riposter. Il sentit un coup atteindre sa mâchoire. Le sang commença à couler, envahissant sa bouche, répandant un gout cuivré qu'il avait rarement connu, diffusant une douleur qu'il commençait à connaitre. Il resta un instant immobile, le visage tourné vers le centre de la pièce.

L'étudiant contempla ce qui ressemblait à une peinture. Tout était immobile, les lumières des explosions et des tirs figés comme capté par un appareil photo, qui immortalisait l'instant, les otages qui s'étaient regroupés comme pour se protéger les uns des autres, d'autres qui étaient debout et qui affrontaient les ennemis, ou qui essayaient de soustraire à la mort les vies fuyant les corps. Il vit Virginie, à coté de Maria, une arme à la main. Une scène invraisemblable, et pourtant si réelle.

Son visage revint à sa position originale, comme si son cou était en caoutchouc, et reprenait sa forme normale. Il vit le visage de celui qui était responsable de ce massacre, de cette horreur. Il avait à portée de main le meurtrier, celui qui avait fait que des hommes et des femmes qui n'avaient rien à voir devaient aujourd'hui se battre... par leur faute.

La colère prit le dessus. Dans un cri de rage, il abattit son crâne sur le visage de l'humanoïde, une fois, deux fois, trois fois. Il lui martela le torse et les bras de coups plus puissants les uns que les autres. Sa rage décuplait son envie de le tuer. Il saisit un de ses bras qui essayait de l'empêcher de frapper, et abattit son avant bras bardé de roche sur le coude droit de l'humanoïde, lui brisant l'os.

Soudain il se releva, et saisit par les vêtements N°4, le forçant à se relever. Toutes les douleurs qu'il subissait depuis tout à l'heure à cause des brulures avaient disparu. Un voile rouge lui masquait tout autour de lui. Il ne voyait plus rien d'autre que l'homme en face de lui. Il lui assena un coup de poing dans le sternum, le faisant reculer. Son visage à présent entièrement recouvert de roche n'exprimait plus qu'une seule chose: une colère si grande que son regard semblait littéralement bruler de fureur, et une expression figée dans la rage la plus totale.


Tu... nouveau coup de poing ... ne ... coup de boule dans le visage ... tuera ... coup de genoux dans le bas ventre ... plus... saisit les vêtements et le propulse contre la grande porte ... PERSONNE !!!!!!!!!!

Luc se projeta comme une masse contre l'humanoïde, le percutant dans le ventre, et explosant la porte principale sur son passage. Les deux corps entremêlés, percutèrent les escaliers qui menaient au Hall, par lesquels les invités étaient arrivés dans la grande salle.

........................................................................................................................................................................................................
Les choses les plus simples sont souvent les meilleures

Souffle de la nuit
sur les cendres de l'espoir
larmes maudites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Ortiz

Humanoïde

Humanoïde

avatar

Race : Humanoïde
Clan : BCGDCA
Age du perso : 28 ans
Profession : Agent de terrain
Affinités : Ennemis: les mutants en général
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Cables dans les bras
Type: Aucun
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Dim 20 Déc 2009 - 17:21

Et un en moins... Jack souriait tranquillement. Ces bâtards faisaient les fiers avec leurs joujoux intégrés, mais ils étaient loin d'avoir le niveau d'entrainement des véritables humanoïdes. Un vrai agent n'aurait pas perdu ses esprits avec un tel choc, et aurait pu éviter de se prendre deux prunes entre les deux yeux. D'ailleurs Jack doutait qu'il puisse affronter un agent bien entrainé avec un armement comme celui qu'il venait de rencontrer.

Il rejoignit le corps en enroulant dans sa bobine le câble micrométrique. Il plaça son arme à sa ceinture, et s'agenouilla. L'agent de la BCGDCA vérifia que son adversaire était bien mort, et fouilla son corps. Il sentit sous les vêtements une plaque dure. En arrachant le haut Jack comprit qu'il portait un gilet pare balle. Mais celui ci était troué par les piques. Leur pouvoir de perforation était bien au delà de celui des balles d'arme à feu.
Il trouva un couteau de combat qu'il prit et attacha à sa ceinture, après avoir vérifié le tranchant.

Voyant qu'il n'y avait plus rien sur le corps, il s'attaqua à la fouille du sac que l'humanoïde comme tout ses confrères portait sur le dos. Il trouva une corde, une mine anti char, dont Jack ne voyait pas l'utilité dans ce genre d'endroit. Il récupéra également des munitions pour son pistolet, ce qui était bien plus utile pour le moment, ainsi que des chargeurs pour les armes automatiques qu'ils avaient utilisés auparavant. S'il en trouvait une il aurait de quoi faire.
La dernière chose qu'il trouva dans le sac, ce fut des rations, et un pistolet à plasma. Il avait vu la chef en utiliser un pour éliminer l'un des mutants qui s'était opposé à elle. Jack le manipula et vérifia la charge de l'arme. Maximale. C'était parfait.
Jack trouva un étuis pour le pistolet à plasma, qu'il s'attacha à la taille de son coté gauche. Il glissa deux chargeurs de pistolet dans sa poche, laissant le reste dans le sac. Il s'affaira à enlever au cadavre le gilet pare balle, qui même trouvé pouvait être utile. Il passa sa chemise par dessus pour le camoufler, et finalisa ses préparatifs en attachant le couteau à sa cheville droite.

Ceci fait, il se concentra sur la scène qui se déroulait à coté. L'un des humanoïdes était aux prises avec un mutant fait de sable, alors qu'un autre affrontait un golem de pierre. Le troisième était au contact avec le directeur de la confrérie. Un dernier était à terre, visiblement mort. Avec le sien, tous les humanoïdes étaient ici. Mais il manquait quelqu'un. Dans toute cette confusion, Jack n'arrivait pas à voir la chef de cette bande de fou furieux.

Il la vit se dérober par une porte discrète, avec visiblement un projet en tête.


** elle a quelque chose d'urgent à faire visiblement. Elle laisse ses hommes se faire massacrer comme si ce n'était que des pions sacrifiables. Attend moi ma jolie. **

Jack quitta sa position pour arriver jusqu'à la porte. Au passage il tomba sur un fusil laissé surement tombé par le n°4 qui était au combat avec l'armure ambulante. Qui visiblement avait pété un câble. Il passa à coté de Valérie en l'ignorant complétement. C'était pas une petite mutante qui allait l'intéresser ici. Il ouvrit la porte, arma le fusil qu'il épaula et s'élança à la poursuite de Jessie dans les couloirs de la TransAtlantique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie France

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Tata (impressionnant pas vrai ?)
Race : Mutante
Clan : Aucun
Age du perso : 35 ans
Profession : Commerçante militante, sympathisante du Fil
Affinités : Edgard, Virginie, Lina Léolagus
Points XP : 375


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Troubles ondulatoires
Type: Alpha
Niveau: 2

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Dim 27 Déc 2009 - 22:57

Soudain, le sol vibra. Mes pieds, les corps, enfin tout ce qui touchait le marbre, se mit à trembler. Une légère secousse, mon cœur s'accéléra. Puis le sol se morcela. Mon cœur me remonta dans la gorge. Boum boum, boum boum. Pétrifiée je fixais le sol se dérobant sous les invités. Les âmes encore vivantes crièrent en chœur. Je l'avoue, j'eus d'un coup l'envie de rire. Mais terrifiée à l'idée d'y passer à mon tour je joignis mes hurlements à la chorale.

« Vite ! Je dois m'barrer ! Un moyen, vite je veux pas r'ssembler à une crêpe bio ! »

Mais alors que la faille grandissait, un vieil homme vint voltiger au dessus de moi. Ni une ni deux. Me relevant prodigieusement, je l'attrapai à la ceinture alors que le sol quittait mes pieds. Mon poids ne le dérangea pas, je crois qu'il ne me remarqua même pas. Je me mis à rire, au fur et à mesure que je m'élevais, pensant au danger grandissant de m'écraser durement en bas :

« _HOUHOUHOU Quel merveilleux voyage AHAHAHAH !! »

Nous nous envolions et je regardais la pièce immense défiler devant moi. Je fixais les pieds du gentleman, puis souri aux angelots peints au plafond. Voler, quelle sensation merveilleuse. Euphorique, je sifflotais la Valse des Fleurs, me débarrassant d'un coup de jambe de mes chaussures. La peur s'était envolée plus haut que je ne l'était encore. Et nous montions. J'étais tellement émue que ma chair chauffa. Je frissonnai, réalisant que mon gène-x s'emballait.
Heureusement mon compagnon de croisière se posa. Sur la poutre où il se tenait tranquillement je du me hisser. Mon bras gauche s'étira et m'arracha un cri.
Stabilisée, je ri timidement, les yeux fixés sur les serviettes qui s'imbibaient de rouge. Je souri au gentleman :

« Très romantique comme endroit mon poulet. Merci pour le voyage, un space cake n'aurait pas fait meilleur effet ahahah... »

Mon rire s'étouffa dans un gémissement ridicule.

........................................................................................................................................................................................................
Thème de Valérie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virginie Parish

Type Sigma

Type Sigma

avatar

Alias : Résilience
Race : Mutante
Clan : Le Nouvel Institut
Age du perso : 18 ans
Profession : Employée de la LC et Membre du Contrepoison
Affinités : Ami(s): Institut
Ennemi(s): Anti-mutants
Points XP : 1145


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Résistance physique et sens hyper développés
Type: Sigma
Niveau: 5

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Mar 29 Déc 2009 - 0:54

Ses yeux bleus se détournèrent au second coup de tête. Luc lui donnait l’impression d’être littéralement possédé. Une haine infernale brillait dans son regard. Celui là même, qui montrait d’habitude, un rire toujours sur le point d’éclore. Cette passion destructrice inquiétait la demoiselle. Jamais, elle n’aurait imaginé qu’il puisse être aussi dévastateur. En revenant vers lui, elle avait espéré, retrouver le garçon calme qu’elle connaissait. Il avait prit un visage nouveau. Virginie ne savait comment réagir. Chaque coup lui rappelait son dégoût de la violence. Pourtant chacun d’eux, lui rappelait aussi, ce que ces humano étaient entrain de faire. Au fond ce qui la perturbait le plus c’est que le jeune mutant puisse ainsi oublier les limites de la raison. Il voulait tuer et à la vérité ce désir la terrifiait.

Elle savait qu’une telle situation devait impliquer une réaction. Que face à l’adversité l’homme était capable du pir. Mais ce n’était encore que de la théorie, ce que les livres disaient. Elle se refusait à croire qu’un extrême put être trouvé. Il lui fallait, chaque seconde, se souvenir que ce massacreur était avant tout son… était lui. Alors que l’autre, qui lui bloquait le passage, ne fit pas mine de bouger. Le cri de Luc la secoua toute entière. Elle craignait après chaque respiration, que l’adrénaline le quitter, sonnant ainsi sa fin. Car il ne pouvait s’agir d’autre chose. Rien ne pouvait créer un comportement aussi paradoxal… si ce n’est l’envie de vivre. Voilà ce à quoi se raccrocha Virginie pour accepter pareil spectacle.

Il prenait l’aspect d’une divinité vengeresse qui obligeait chaque mortel à reculer. D’ailleurs son garde fou ne put faire autrement que de s’éloigner. Le duo de choc se déplaçait sans se soucier du reste du monde. Ils ne s’arrêteraient qu’aux premier glas. La demoiselle regarda son arme. Pouvait-elle écouter cette horreur ? Déjà l’ennemi était tiré vers son exécuteur. Déjà debout, en morceau, touts les deux évoluaient avec acharnement. La sentence de Luc remua les entrailles de l’enfant. Il ne laisserait aucune chance. Virginie, dans un soudain éveil de conscience, voulu l’arrêter. Tuer. C’était un acte irréparable. Un acte qui entacherait son âme et sa vie Lui dont elle voulait le bien.

A peine prit elle cette résolution que les deux corps chutaient vers les marches de l’escalier. Dans une monter d’angoisse phénoménale, la jeunette, traversa les derniers mètres en peu de secondes. Elle cria son prénom en attrapant la rampe de métal. Elle ne pouvait discerner, ce qui était la pierre, de ce qui était l’amure. Ils trop mêlés. Un chaos mouvant. Et Virginie pensa qu’une descente aux enfers, devait se rapprocher de cela. Il lui était tout simplement impossible d’attendre l’apparition du diable. C’est au premier pied posé que le sol commença à frémir. Malgré toute son agilité corporelle elle n’eut le temps de rien.

Tandis que son cerveau, analysait ce nouveau danger, le sol se déroba sous ses pieds. Le cri, cette fois, resta coincé dans sa gorge. Elle n’eut pas le temps de penser aux autres. Ou bien si, elle y pensa, mais dans une et unique seconde de fin d’équilibre. D’ailleurs les bruits autour d’elle l’empêchaient de réellement connaître la fin de cette chute. Il n’y avait que des images floues, des sensations brouillées. Les cris bien sûr, tous, ces cris horrifiés. Ils l’entouraient avec une puissance mortelle. Un voile maléfique qui étreignait trippes et réflexions. Le premier obstacle la rappela aux lois de la gravité. Sa tête fût la véritable perdante. Ce qui ajouta un peu plus encore à sa désorientation.

Virginie s’effondra dans ce qui devait être un décor de théâtre. Des petits anges avaient pour une fois fait couler le sang. Puisque c’est, de son front blanc, que venait ce liquide poisseux et vital. Les archanges avaient pris la place des démons. Ils lui souriaient en silence moqueurs. Le rouge devenait leur étendard. Il était moins fluide qu’on aurait put le crainte. En vérité, la plaie, n’était rien d’autre qu’une petite écorchure. Mais… la mutante savait, à quelque point son corps devait être malmené pour protester comme cela. Alors son angoisse fût décuplée. Sa mutation l’avait sauvée. Elle avait la possibilité de résister… mais les autres.

Cette interrogation, primaire, totalement instinctive, lui permit de repousser la nausée. Car oui elle pouvait survivre à l’effondrement d’un étage, mais quelques gouttes de sang pouvaient la rendre malade. Au lieu de s’attarder, d’attendre sagement, que ses repères spacieux lui reviennent, Virginie essaya de se lever. Elle était sur le sol, où plutôt, sur quelques planches de bois unies pour former une scène. Une petite scène de théâtre, qui donnait l’impression, de débarquer après un bombardement. Virginie tanga entre les accessoires mourants. Elle recula d’un pas, jouant avec ses muscles, pour les obliger à se stabiliser. L’équilibre était la muse de la danseuse. Elle savait l’amadouer.

Mais s’était sans compter sur l’autre chute. Celle de l’appareil dans lequel ils se trouvaient tous. L’océan, appelait à lui, ce vaisseau d’hommes. Poséidon était l’un des plus colériques. Alors la machine triompherait-elle de la nature ? Virginie ne voulait pas entendre raison. Après avoir survécu, à une baisse instantanée, ce serait finalement l’eau qui l’emporterait. Parce que cela annonçait bel et bien la mort. Et la mort était la fin. Il n’y aurait plus rien d’autre à craindre alors, puisque rien d’autre ne serait possible. Il fallait… il fallait quoi ?

Trouver la salle de contrôle… quelqu’un qui puisse les sauver du désastre. Elle marcha, lentement, sur la scène des crimes. Qui avait fait cela ? La fille ? Alors sa petite silhouette progressa entre les cadavres et les débris. Chaque regard posé lui donnait envie de fondre en larme. Chaque dépouille de se laisser aller pour de bon. Mais son envie de vivre, celle de voir les autres, la poussait… Sa silhouette bleue, auréolée de poussière et de vermeil avait la familiarité d’un esprit errant. A chaque pas elle espérait et redoutait de voir le visage de chacun.

........................................................................................................................................................................................................


Je reviendrais !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/nouvel-institut-f54/virginie-p
Luc Treanez

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Alias : Dark Rock
Race : Mutant
Clan : Aucun
Age du perso : 22
Profession : étudiant
Affinités : Un peu tout le monde: institut comme confrérie

Un lien plus profond: Virginie

Ennemis: Le Cercle et ses humanoïdes
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Géokinésie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4 Mar 5 Jan 2010 - 19:40

L'impact avait été violent. Malgré son armure, Luc ressentit dans tout son corps le choc contre les escaliers. Les deux corps roulèrent l'un contre l'autre, s'arrêtant en plein milieu du grand escalier. Le mutant essaya de reprendre son souffle avant de redresser le buste à l'aide de ses deux bras. Mais son effort fut coupé par l'effondrement du sol sous ses mains. Il sentit ses doigts s'enfoncer dans une matière semblable à du sable, ce qui était impossible dans un vaisseau aérien.

Mais avant qu'il comprenne ce qu'il se passait, les deux corps chutèrent d'un coup dans un immense trou noir. L'humanoïde s'écrasa le premier, et Luc lui atterrit dessus, amortit cette fois par le corps sans vie de son ennemi. Mais cela ne l'empêcha pas de sentir la force de l'impact contre le sol. Luc était complétement sonné. Il roula sur le coté, le corps secoué par des convulsions et une toux caverneuse. Ses yeux ne distinguaient rien, son sens de l'équilibre était complétement retourné dans tout les sens, le toucher neutralisé par l'épaisse couche de roche, ses oreilles qui bourdonnaient. Il mit quelques minutes avant de commencer à récupérer.

Il commença à récupérer sa vue, des lumières scintillantes dansant devant lui qui tourbillonnaient, ralentissant petit à petit avant de se stabiliser. Son oreille interne se remit en place également, se qui lui permit de trouver le sens du sol et de se redresser légèrement. Ses oreilles continuaient à résonner comme si on lui avait coller la tête contre la plus grande cloche de Notre Dame de Paris au moment du carillon.

Il se releva doucement, testant son équilibre jusqu'à qu'il réussisse à tenir à peu près debout. Les premiers pas furent hésitants, son équilibre se rétablissant petit à petit. Il redressa la tête et regarda au dessus de lui. De combien de mètres avait-il chuté? Qu'est-ce qu'il foutait là? Luc fut un ou deux pas à reculant, perdant un instant son équilibre, et buta contre un truc mou. Il se ramassa par terre, mais sans grand dégât. En regardant dans quoi il avait buté, il faillit vomir. Un cadavre ensanglanté gisait sous ses pieds. Plusieurs images lui revinrent à l'esprit, comme un défilement. Les tirs, les cadavres qui jonchent le sol, les humanoïdes qui rassemblent les survivants, Luc qui se jette sur l'un d'eux avec l'aide de Terry, le combat furieux contre son adversaire, sa colère qui éclate... ses poings qui s'écrasent sur son visage. Son regard remonta le long du corps pour terminer sur ce qui restait du crâne de son ennemis. Là le mutant ne put contenir la montée de bile.
Il se retourna et cracha, vomit tout ce que son estomac lui renvoyait, la bile brulante lui lacérant la gorge. La crise passée, il s'adossa un peu plus loin, les yeux posé sur le cadavre.


** C'est pas possible... c'est un cauchemar!! C'est ça, c'est un cauchemar, je vais me réveiller... **

Mais la douleur qui se répandait dans son corps lui rappelait que malheureusement ce n'était pas un cauchemar. Luc se prostra un peu plus sur lui même, complétement perdu. Des larmes coulaient sur la peau de pierre, sans qu'il les sentent. Ses sanglots lui semblaient rauques, comme si ses cordes vocales étaient rappées. Il se sentait au fond du trou. Lui détestait tant la violence, la guerre, il s'y était retrouvé mêlé. Tout ça à cause de la folie des hommes.

Et il avait tué. Il avait prit la vie d'un homme. Il était devenu un monstre. Tout ce qu'il exécrait au plus profond de son être. Il était devenu cela. Ce qu'il détestait le plus au monde.

En face de lui un miroir renversé et brisé lui renvoyait son image, un être noir couvert du sang de son ennemi. L'obsidienne qui recouvrait l'intégralité de son corps reflétait légèrement la lumière qui lui parvenait, et rendait l'image encore plus effrayante. Il ne se reconnaissait pas, bien qu'il sache que c'était sa propre image qu'il voyait dans le miroir.

Tout autour de lui il voyait des corps désarticulés et des blessés qui hurlaient. Soudain il sentit une secousse remuer le vaisseau, et celui ci qui commença à s'incliner. Il perdait de l'altitude. Luc le sentait. Les poutres métalliques de la structure grinçaient sous l'effort, et la gravité reprenait ses droits sur l'immense vaisseau volant.
Le mutant se releva et se dirigea vers une porte. Il faut évacuer.

L'armure ambulante parcouru plusieurs couloirs avant de tomber sur un groupe qui se dirigeait visiblement vers la sortie. Il leur emboita le pas, et couru comme il pouvait, ralentit par le poids de la roche de son armure, et par les blessures qui lui lancinait tout le corps. Il fallait qu'il trouve une sortie, et vite...

........................................................................................................................................................................................................
Les choses les plus simples sont souvent les meilleures

Souffle de la nuit
sur les cendres de l'espoir
larmes maudites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [Attaque] Groupe 4

Revenir en haut Aller en bas

[Attaque] Groupe 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Generation-X :: ~Administration & Préambule~ :: -Bibliothèque- :: -Le Fil Rouge-
 :: -Les Intrigues- :: -La TransAtlante- :: -L'Oiseau Blanc- :: -Les Etages de la Plateforme- :: -La Salle de Réception-
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit