Forum de Jeux de Rôle Futuriste - Inspiré des Mutants de Marvel (X-Men)
 
--In Game (mars/avril/mai 2052) : Votre personnage peut évoluer librement en mode vie--
-- IRL (NOVEMBRE 2016) : Nos personnages prédéfinis cherchent une plume pour leur donner vie !--
N'hésitez pas à nous rejoindre !

//

[RP] Appartement de Twikjeya Elkash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Mar 2 Fév 2010 - 22:58

Twikjeya rouvrit les yeux. Aucune lumière ne s'y engouffra. Évidemment. Les lumières du gigantesque appartement étaient éteinte. Il faisait nuit. Et surtout, elle était aveugle. Ses yeux étaient morts, effroyablement mutilés par les éclats de verre de la TransAtlante. La sombre mutante leva les mains, précautionneusement. Elle devait être prudente. En tant que médecin, elle savait qu'elle courait des risques inutiles en s'isolant ainsi, vingt quatre heures après avoir été blessée. Mais il était impossible, et elle se l'interdisait plus que jamais, de rester au milieu des autres confrères pour l'instant. Kenjiss lui avait assuré pouvoir l'isoler au calme tout en la gardant en observation mais elle avait refusé. Elle voulait être seule. Elle n'avait pas davantage accepté qu'il franchisse le seuil de sa porte. Tout était rangé chez elle. L'antre de la dame des ténèbres était construit à son image. Même aveugle, elle n'avait besoin de personne pour y régner en maitre.
La beauté des glaces se palpa, aussi précisément que possible. Elle ne portait aucun vêtement en dehors des multiples couches de bandages qui lui recouvraient la moitié du corps. Les bandes étaient particulièrement serrées et elles l'empêchaient de bouger avec fluidité, mais c'était un mal nécessaire. Ses doigts remontèrent le long de son cou, s'assurant que tout était en place. Parfait. Elle se trouvait dans sa chambre, à trois mètres très exactement de la porte qui donnait elle même sur la serre qui emplissait la moitié de l'appartement.
Il était hors de question de dormir davantage. Son corps le lui faisait clairement savoir. Elle inspira profondément, heureuse de pouvoir enfin réfléchir au calme. Elle pouvait enfin se détendre, se relâcher chez elle. A l'abri de tous, protégée malgré sa vulnérabilité. Twikjeya plia lentement une jambe, attentive au moindre crissement des bandages qui l'enserraient. Rien ne bougea. Elle roula lentement sur le côté, indifférente à la douleur qui lui coupa le souffle. Palpa doucement le matelas. Aucune trace de sang. Parfait. Aussi souplement que possible, elle posa sa main contre le matelas pour se redresser lentement. Une vague de nausées la saisit, mais elle n'en eut cure.
Se concentrer. Rester concentrer. Profiter de sa sécurité pour connaitre ses nouvelles capacités... Le silence était parfait. Son appartement était au dernier étage d'un luxueux building du centre ville, parfaitement insonorisé et peuplé de vieux grabataires riches, mais casaniers, surement silencieux à cette heure de la nuit. Elle huma l’air. Aucune odeur fétide ne la pris à la gorge. Aucune infection donc… Poings sur le matelas, elle se leva, doucement. Tangua légèrement en l’absence de points de repères. Puis elle avança, naturellement. Doucement.

Lorsqu’elle ouvrit la porte de la serre, Twikjeya ne put s’empêcher de sourire en recevant la masse d’odeur en pleine figure. Quelque chose qui ne lui était pas ôté. Elles étaient rares… Loin de s’apitoyer sur son sort, elle s’en contentait. Mais pénétrer ainsi dans sa serre était une joie sans cesse renouvelée, même aveugle. Elle effleura doucement les feuilles à sa droite, identifiant sans peine l’une de ses plus belles créations. Ses pieds nus ne produisirent aucun bruit en marchant dans l’humus humide qui remplaçait le plancher. Quelque chose fila entre ses orteils. Vraisemblablement une des lianes trainantes de son chef d’œuvre, l’arbre de trois mètres qui se dressait au sein de son biotope… Un léger sifflement retendit à sa gauche. La dame des ténèbres s’accroupit lentement. Elle faillit basculer en avant. Sans doute était il là, quelque part… Sans voir quoique ce soit, elle ne pouvait estimer sa hauteur au bruissement des feuilles. D’autant qu’il était vraisemblablement caché sous une des plates formes végétales, gorgées d’eau, comme à son habitude. Elle effleura les feuilles, l’agaçant. Il siffla davantage. Twikjeya s’assit dans la terre molle. Elle estima sa position à six mètres de la porte de sa chambre. La serre faisait quatre vingt dix mètres carrés. Il avait vraisemblablement sauté des fleurs tombantes qui constituaient son nid favori pour se laisser glisser sur les masses spongieuses de mousse…
Twikjeya lança sa main à travers les broussailles, indifférente au claquement sec des pousses luminescentes qui se replièrent aussitôt. Même aveugle, elle savait comment agir.

Ce fut un serpent fou de joie qui s’enroula autour de sa main. La dame de souffrance savoura le contact visqueux des écailles sur sa peau. Bien que génétiquement améliorée, cette espèce restait particulièrement rare en milieu artificiel, même dans un biotope aussi parfait que le sien. C’était à l’origine une espèce non venimeuse, acclimatée aux climats tropicaux. Un dictateur fou avait tenté d’éliminer son rival en les dotant de glandes à venin… Les serpents avaient été arrêtés et analysés par divers scientifiques avant d’être volés pour se retrouver sur le marché noir amérindien. En dix ans, ils avaient proliféré… Mais peu savaient s’adapter à la captivité. Ils se reproduisaient, puis mourraient. Aussi posséder un jeune mâle d'un mètre cinquante en pleine capacité de ses moyens demeurait un exploit remarquable. Le comportement joueur du serpent était un régal, à condition de savoir éviter une morsure généralement atrocement douloureuse, et bien souvent fatale. Il s’enroula lentement autour de son cou.

Twikjeya resta immobile pendant quelques instants, assise au milieu d’un décor paradisiaque. Elle le devinait, apaisant, tout autour d’elle. Puis bientôt cela ne suffit plus. Elle ne put réfréner davantage la vague de tristesse qui étouffait son cœur. Elle ne pouvait plus contrôler cette angoisse qui lui dévorait le cœur, l’éveillant en pleine nuit. Cette angoisse qu’elle tentait de contrôler en s’absorbant dans sa rééducation… Cette même tristesse qui fit couler des larmes sur ses joues habituellement si sèches.

Si Twikjeya voulait être seule, c’était pour pleurer.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Mar 9 Mar 2010 - 14:18

Il marchait sans manière, naturel, sans que personne ne puisse le voir à cette heure de la nuit. Il errait près de la route, fantôme silencieux plein de douceur nocturne. Emmitouflé dans un épais manteau, le visage dissimulé par une grosse écharpe en laine, seuls son nez et ses yeux dépassaient du tissu. Son regard était aveugle et fatigué. De grosses cernes cerclaient ses orbites, témoignant d’un manque de sommeil mais également de troubles bien plus profonds. L’air glacial le frappait de plein fouet, le faisant pleurer et inhibant son sens de l’odorat. C’est ce qu’il voulait, ne plus rien sentir, se libérer de toutes ces odeurs infernales qui ne lui laissaient aucun repos. Il n’avait pas dormi les deux dernières nuits et ses nerfs commençaient à lâcher les uns après les autres. Le monde puait, tout le temps, partout, chaque objet, chaque personne dégageait une odeur d’excrément. Se boucher les narines n’était d’aucune utilité, il avait tout essayé, mais ces remugles infectes étaient toujours là.
Peut-être qu’en se coupant le nez ? L’idée n’était pas si improbable au fond, séduisante même. Anesthésie locale puis des coups de machette à l’aveugle. Le résultat serait peu esthétique mais pourquoi pas ? Tout en marchant, il réfléchissait, et plus il pensait, plus cela lui semblait absurde. Ça ne marcherait pas à moins d’arracher complètement le cartilage. Le mieux serait d’utiliser des tiges en métal portées à incandescence qu’il s’enfoncerait dans les naseaux afin de détruire toute cellule olfactive.
C’était tentant, efficace, oui, brillant, peut-être qu’avec un zeste d’acide aussi ?

La silhouette de Nathaniel vacillait tout en avançant, les lumières de Vancouver étaient encore éloignées. L’homme était dans un état lamentable, s’il paraissait propres, ses habits froissés, ses cheveux en bataille et son regard vide contrastaient violemment avec son apparence habituelle. Et fort heureusement, personne à la Confrérie ne l’avait vu partir ainsi.
Il se gratta les joues d’un air las et constata la présence d’une barbe naissante. Il fallait qu’il se reprenne. Intéressante déduction pour sûr. Une perceuse réglerait tous ses problèmes, si seulement il en avait une sous la main…Peut être qu’en cherchant dans les buissons il pourrait en trouver une ? Mais comment la brancher après ? Il n’avait pas d’électricité, et sans ça le foret ne bougerait pas. Heureusement il y avait pensé avant de trouver la dite perceuse dans les fourrés (parce qu’elle y était, forcément), pas la peine donc de trouver une solution à un sujet qui ne se posait même pas !

Les heures passaient, et la ville paraissait à chaque pas un peu moins loin. Et lui continuait de réfléchir sur les différents moyens de résoudre ses soucis sans avoir utiliser de prise électrique. Il écarta l’image du sécateur de son esprit et s’interrogea sur l’efficacité d’une tondeuse.
La lune veillait au dessus de sa tête et guidait sa marche vers Vancouver. Un oiseau dissimulé dans un bosquet se mit à chanter, brisant le silence. L’homme hagard se figea et tourna la tête dans sa direction. C’était beau ce son unique au cœur de l’obscurité avec pour seuls auditeurs Nathaniel et la Lune.
Beau oui, mais pas autant qu’un bistouri aiguisé. Sa chair serait comme du beurre ! Il abandonnât l’oiseau et son pépiement car la route l’appelait. Peut-être serait-il arrivé vers dix heures ? Aura-t-il encore son nez à ce moment là ?

La lune avait laissé place au soleil qui brillait maintenant à son zénith. Mais la lumière du jour n’expliquait pas une chose. Pourquoi les gens s’écartaient de lui ? C’était le sang qui les effrayait ? Incompréhensible.
Il s’était simplement mit à saigner sans raison, ce n’était pas de sa faute ! Et bien plus important, il avait perdu son écharpe à cause d’un brusque coup de vent, mais tout le monde s’en fichait. Tout était à cause du vent en fait, c’était axiomatique, Nathaniel lui intenterait un procès dès qu’il aurait vu Elkash.
Twikjeya Elkash, « Twikounette » pour ses collègues, un nom ravissant. Elle n’avait pas été tendre avec lui jusqu’à présent, ranger les outils par taille, les médicaments par ordre alphabétique, laver le sol toutes les deux heures. Cette femme avait la formidable capacité de vous épuiser si bien qu’au final vos journées se résumaient à :
1- Se lever pour aller travailler
2- Travailler
3- Dormir pour retourner travailler le lendemain.

Un quotidien palpitant à peine ponctué de quelques irrégularités. Les événements du TransAtlantique comptaient parmi ces dernières. La cécité d’Elkash n’était qu’un détail, et pour ce même détail, Nathaniel s’était tapé dix kilomètres à pied pour vérifier qu’elle n’avait pas clamsé depuis son départ de la Confrérie.
La faute du vent encore c’était certain.
Il vagabonda dans Vancouver durant encore deux bonnes heures, ne se souvenant plus où habitait Elkash. Enfin il avait dû le savoir, Kenjiss lui avait forcément dit, mais il avait oublié, mais ça reviendrait de toute façon. Soudain il passa devant la vitrine d’un magasin et se vit. Il ne se reconnut pas de prime, cette chevelure ébouriffée , ce regard moite et ce sang, était-ce vraiment lui ? Il se passa la main dans les cheveux, l’air gêné et coupable. Un manque de contrôle impardonnable. Qu’est ce qui lui avait pris, il ne comprenait même pas son attitude, de simples troubles olfactifs pouvaient lui faire perdre toute maîtrise de lui-même ? Lui vivant, jamais !
Ce fut donc un Nathaniel un peu plus présentable qui sonna au vidéophone, certes il était encore un peu hagard, mais au moins pourrait-il tenir une conversation sans trop divaguer. Quant à son apparence, Elkash était aveugle alors pour ce que ça importait. Un déclic se fit entendre dans l’appareil suivit par quelques grésillements :

- Mademoiselle Elkash, c’est Nathaniel, dit-il d’une voix posée bien qu’un peu tremblante.
Et son nez qui continuait à le chatouiller…Il jeta un coup d’œil sur sa droite tout en attendant une réponse, et avisa près du portail un galet plat, splendide dans sa perfection meurtrière. Avec entrain, il le ramassa rapidement puis se redressa, un sourire ébahi aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Jeu 11 Mar 2010 - 22:08

Mademoiselle Elkash, c’est Nathaniel… L’infirmière fronça les sourcils après être enfin parvenu à activer son vidéophone. Plus d’une minute pour arriver auprès de l’appareil et trouver le bouton approprié. C’était très mauvais. En temps normal, elle savait pouvoir traverser la serre et arriver près du petit appareil en moins de vingt secondes. Et sa cécité n’excusait pas sa lenteur. Deuxième motif de contrariété, Nathaniel. L’infirmier avec qui elle travaillait depuis quelques jours à présent. Bien qu’elle ne le déteste pas, Twikjeya restait fort méfiante vis-à-vis de son aide. Cela ne se traduisait par aucune manifestation extérieure décelable, mais la sombre dame restait persuadée que le jeune homme cachait bien son jeu. Ce serait ennuyeux de devoir l’éliminer. Mais que faisait il donc là ? S’il y avait bien une chose qu’elle voulait en ce moment, c’était rester seule… Hélas elle ne pouvait refuser la visite de son aide. Elle l’aurait froissé. Mais moins que Nathaniel, c’était plus son état actuel qui la préoccupait. Elle n’avait pu se rendormir et avait donc erré dans son appartement une bonne partie de la nuit, tentant désespérément de s’accoutumer au voile noir qui semblait s’être abattu devant ses yeux. La dame de douleur avait pleuré. Deux fois. Elle s’était également évanouie une fois, après avoir vomi tout ce qu’elle avait été capable d’ingérer depuis vingt quatre heures.

En d’autres termes, Twikjeya n’était pas du tout en forme. Emmitouflée de bandages qu’elle avait soigneusement et patiemment serrés autour de ses plaies, éprouvant mille difficultés à estimer ne serais ce que la longueur correcte d’un pansement, la jeune slave vacillait à travers son appartement. Et voilà qu’un visiteur s’imposait… La sombre mutante inspira profondément en pressant le déverrouillage de la porte.


Neuvième étage. Ascenseur sur votre droite.

Un individu normal aurait rebroussé chemin illico presto en sentant des glaçons sortir de l’interphone mais ce n’était sans doute pas le genre de Nathaniel… La sombre dame entrouvrit la porte et revint s’assoir dans un des larges fauteuil qui parsemaient son salon, entourant une table basse de verre et de métal, un style très intime, très révélateur de la personnalité de sa propriétaire… Allez donc chercher une photo de famille ou un quelconque indice prouvant que la jeune femme avait une vie qui ne se résumait pas à se lever, boire un thé dans une cuisine immaculée avant de passer dans le salon aseptisé, où presque, et y travailler jusqu’à repartir dormir.
Twikjeya vérifia d’un doigt habitué que ses boucles d’oreilles tombaient comme il fallait sur ses épaules, que ses cheveux restaient soigneusement coiffés et que ses bandages étaient correctement disposés. Oui, plutôt que de s’allonger confortablement, ce qui était fortement conseillé dans son état, la prêtresse s’assurait de paraitre en pleine forme, bloc de glace inébranlable… Par réflexe, elle ferma les yeux, sachant parfaitement que cela ne masquait en rien les horribles entailles qu’elle sentait partout autour de son visage, de profondes estafilades à peine cicatrisées… Sans doute était ce pour cela que Twikjeya avait soigné sa tenue aujourd’hui. En d’autres termes, elle portait une robe plus longue que d’habitude, légèrement trainante (Elle pouvait se le permettre. Le moindre grain de poussière qui osait salir son sol était immédiatement éradiqué par une maniaque extrémiste. L’effet ramasse poussière n’était donc pas un souci). Un œil attentif aurait remarqué les boucles d'oreilles légèrement plus longues, plus lourdes... Dissimulait elle ses marques les plus atroces par dépit de ne pouvoir masquer les plus évidentes ?

Ce fut donc une dame stoïque, très droite dans un fauteuil confortable qui entendit la porte s’entrouvrir. Et Nathaniel eut le plaisir de savourer la suave voix de sa patronne…


Vous sentez la sueur et le sang Nathaniel.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Sam 20 Mar 2010 - 15:57

Ses pas vifs résonnaient dans le hall de l’immeuble. Il ne voulait pas faire attendre Elkash néanmoins l’odeur que dégageait tout le bâtiment pesait sur ses épaules comme une chape de plomb. Son allure en était considérablement ralentie. Si quelqu’un s’était tenu près de l’entrée à ce moment là, il aurait pu voir un homme avancer de mauvaise grâce, la tête basse et la mine déconfite.
Nathaniel n’avait aucune envie d’aller plus loin dans cet enfer sensitif, ça puait trop.
Pire que de la merde, le miasme odorant sentait mille morts. Si Nathaniel avait eu l’idée folle de se plonger le visage dans les entrailles putréfiées d’une charogne morte au soleil, il n’aurait pu éprouver davantage de dégout que maintenant.
Que faire, que faire ?
Son appréhension grandissante l’invitait à tourner les talons mais ses responsabilités le rappelaient trop violemment à l’ordre pour qu’il se laissa tenter par cette idée. Il serra si fort le galet dans sa poche que ses jointures craquèrent. Bah, il serrait toujours temps de se broyer le nez si cela venait à devenir trop insupportable.
L’ascenseur ou l’escalier ?
La boite en métal qui montait ne l’inspirait vraiment pas. Trop étroite et trop branlante, que se passerait-il s’il venait à manquer d’air ? Et puis l’escalier ressemblait à un gros ver qui s’entortillait dans les entrailles de l’immeuble.
Dilemme, dilemme.
Que choisirait-il ? Qu’est ce que les scénaristes avaient décidé pour lui ? Ah, il se sentait comme un de ces héros de série face à un choix des plus cornéliens juste avant que l’épisode ne se termine. Mais le bonheur qu’il avait à être au milieu de caméras invisibles ne devait pas supplanter son libre arbitre. Il ne laisserait personne lui ôter, il serait le seul détenteur de son destin et peu importe le script. Alors pour emmerder clairement les conventions et le type qui le manipulait sournoisement, il appela l’ascenseur mais emprunta les escaliers. Qu’il monta à reculons pour briser toute convenance et logique

C’est donc considérablement essoufflé qu’il parvint au dernier étage. Durant son ascension idiote, il était tombé plusieurs fois et c’était le corps couvert d’hématomes qu’il se présenta face à l’appartement d’Elkash. La porte était ouverte, parfait ! Il n’aurait pas à la défoncer pour entrer.
Il pénétra dans le gouffre obscure en se bouchant le nez, assailli par des senteurs qui ne déplairaient pas aux vautours et autres coyotes. Infecte, c’était pire que tout. L’odeur venait d’ici et embaumait tout le bâtiment, tout le quartier, la ville et peut-être même le pays. La source d’angoisse, de souffrance, de douleur et d’horreur était face à lui, assise dans un fauteuil, droite comme une impératrice et le regard vide.
Il se sentait comme intrus. Le néant avait élu domicile dans cette petite pièce et y régnait en maître. C’était si profond, si dense que ça ne ressemblait à rien d’humain. C’est comme si un océan de solitude s’était installé au dernier étage.
Si vaste, si grand.
Et l’origine de ce vide humain lui disait qu’il embaumait la sueur et le sang.
Nathaniel crût qu’il allait s’effondrer sur lui-même. En riant. Une telle femme qui asphyxiait les environs sur trois kilomètres, une telle femme venait lui faire des remarques sur ses propres soucis d’hygiène ?
Il dût se pincer pour ne pas exploser de rire et lorsqu’il parla, sa voix prit sans qu’il ne le voulut, les inflexions sarcastiques et joyeuses de ceux qui se retenaient de lâcher une plaisanterie :


- Le voyage a été long pour moi, mademoiselle Elkash. On m’envoie m’assurer que vous ne manquiez de rien et que vous ne vous étiez pas vidée de votre sang durant la nuit. Visiblement non, il posa sa main sur le cœur en souriant, j’en suis étonnamment rassuré. Mais passons, comme vous sentez vous ?

Il resta debout et ne laissa plus rien paraître de son trouble. Seule sa main était encore logée dans la poche et serrait fort, si fort, ce caillou béni.


Dernière édition par Nathaniel Albenco le Mer 26 Mai 2010 - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Lun 29 Mar 2010 - 23:35

Ainsi donc Kenjiss s'assurait qu'elle était vivante. Si elle n'avait pas autant de self contrôle, Twikjeya se serait permis un sourire amusé. Doutait il des performances de sa meilleure infirmière? A moins qu'il ne pense davantage aux tentatives de suicide qu'à l'hémorragie interne. Le tatoué la connaissait si mal par moment... Elle ne pouvait se tuer avant que sa tâche ne soit accomplie. Et ce même si la vue lui avait été ôtée pour un délai encore inconnu.
Toutefois, cela n'expliquait pas l'état de son aide de camps. Elle connaissait Nathaniel et il était habituellement soigné. Pas assez encore toutefois. Son apprenti ne cessait de disposer les flacons dans un désordre épouvantable, espacés de plus de deux centimètres et parfois même si reculés dans le placard qu'elle devait avancer d'un pas pour les saisir. Néanmoins, il s'améliorait, bien que toujours pourvu de cette détestable habitude de dormir plus de cinq heures par nuit.

La sombre dame se permit toutefois un infime froncement de sourcil qui ne pouvait échapper à un œil exercé. Dans cet océan de ténèbres, seul les sons, les odeurs et le contact parvenaient à percer. Et l'oreille exercée de Twikjeya, affutée par des centaines d'heures d'écoute attentive de toutes les musiques du monde n'eut aucun mal à déceler la détestable marque de la moquerie dans les paroles de Nathaniel... Elle redressa légèrement la tête.


Les voyages ne font habituellement pas saigner les voyageurs... Auriez vous été agressé Nathaniel?

Elle omit volontairement les questions qui la concernaient. L'infirmier était le plus souvent particulièrement perspicace et elle n'avait aucune envie de se plaindre devant lui. Twikjeya était aveugle, privée de sa famille et avait perdu trop de sang pour être encore vivante à l'heure actuelle, si elle n'avait pas été habituée à survivre avec trop peu de sang pour un être normal. Mais les douleurs physiques avaient toujours leur saveur si... particulière. Les souffrances mentales ne concernaient aucunement l'infirmier. Il était hors de question que Nathaniel, avec son pouvoir si particulier, se délecte d'une vague d'ombre telle qu'elle pouvait le tuer... Twikjeya ne bougea donc pas un cil.

La salle de bain est à votre droite, après la cuisine.

Si Nathaniel prenait à gauche, il aurait l'immense honneur d'être le premier à pénétrer dans la jungle tropical du biotope qui précédait la chambre. L'immense honneur également, d'être la première menace qu'identifierait un reptile au venin particulièrement violent. Twikjeya se leva doucement, non pas pour prévoir ce drame mais pour satisfaire son "invité". La petite silhouette maigre vacilla quelques instants avant de parvenir à se stabiliser pour saisir un long cylindre métallique. Cela n'avait pas été raisonnable de fabriquer cette canne, mais Twikjeya tenait absolument à éprouver ses capacités une fois aveugle. Cela lui avait pris moins d'une demie heure pour produire une canne parfaitement droite. L'engin ne servait pas tant à se repérer dans l'appartement qu'elle connaissait par cœur qu'à lui permettre de conserver son équilibre brutalement mis à mal par son handicap.


Je ne vois pas pourquoi j'irais mal Nathaniel. Désirez vous un rafraichissement ?

Chez Twikjeya, un rafraichissement se résumait à un verre d'eau minérale, voir, dans les cas extrêmes à un thé léger... Il n'y avait guère d'aliments ou de boissons dans le frigo de la cuisine. A quoi auraient ils servit alors que leur propriétaire mangeait son seul repas quotidien à la Confrérie ?

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Mer 7 Avr 2010 - 22:59

Les voyages ne font habituellement pas saigner les voyageurs. Cette phrase résonnait dans la tête de Nathaniel comme un écho. Une résonance douloureuse à vrai dire, comme si cette vérité était marquée au fer rouge dans son esprit et que, en étant évoquée de nouveau, cela suffisait à raviver la souffrance qui y était liée. Pourtant qu’était ce donc que cela ? Une affirmation erronée, une pseudo révélation fantasque et chimérique. Les voyages ne blessent pas ? Quelle idiotie ! Quel intérêt de voyager si c’était pour rester inchangé ? Cette femme ne savait pas de quoi elle parlait tout simplement, et à peine quelques éclats de contrées lointaines brillaient encore au fond de ses yeux morts.

- Je veux bien de l’eau.

Il omit de la même manière qu’elle les questions qu'elle lui avait posé. C’était de bonne guerre. Il se tenait toujours droit face à la dame de glace. À aucun moment quand celle-ci avait fait mine de s’écrouler mollement au sol, Nathaniel n’avait esquissé un geste.
Pourquoi était-il là déjà ?
Ça lui avait encore échappé. Décidément sa mémoire commençait sérieusement à flancher depuis quelques jours. Mais pourquoi ? Quelles étaient les raisons de son état ? Il était de plus en plus distrait et confus. Les lieux, les gens et lui-même parfois, lui paraissaient étrangers. L’homme se sentit mal tout un coup. Bien que son corps n’en laissa rien paraître, son esprit lui était en proie à la plus grande frayeur. Son identité s’affaissait sur elle-même, détruite par des figures inconnues :

- Je crois que je vais me rincer le visage oui.

Sa voix lui parut tremblante. Sans attendre de réponse toutefois, l’infirmier fila se réfugier dans la salle de bain indiquée par Elkash. Les convenances auraient voulu qu’il ne quitte pas son hôte si rapidement, mais il ne pouvait pas rester auprès d'elle sans se livrer plus qu'il ne l'aurait voulu.
La pièce était spartiate et uniforme, à l’image même de sa propriétaire. Une douche, un robinet et le coin des commodités. Rien de plus, rien de moins. Nathaniel se rapprocha du miroir mais ne se vit pas. Maria avait pris la place de son reflet. Ses cheveux blonds auréolaient son visage d’ange et son sourire était toujours étincelant. Son image se troubla et se fut Virginie qui la remplaça. L’éclat innocent dans son regard ne laissait aucun doute quant à sa pureté d’âme. Puis vint Sophia et sa chevelure de feu, suivit par Lou et ses tâches de rousseur. Apparu alors Jay, puis Karl, puis Fanny et Laura, Simon, Kathleen et d’autres encore. Tous défilèrent devant lui, et chacun leur tour ils refirent surface des méandres de sa mémoire tels des spectres du passé venus le hanter. Quel fracas qu’était sa conscience à ce moment là, déchirée entre tous ces visages d’étrangers. Où était-il parmi eux ? Qui était Nathaniel si ce n’est un autre ? Il n’avait plus de nom ni trait, et pourtant dix milles masques s’imposaient à lui. Et surtout elle venait et il le sentait. Son angoisse se fit plus lancinante. Il ne voulait pas la revoir, pas elle la seule qui l’avait vraiment sondé. La retrouver intacte serait tellement atroce qu’indubitablement il deviendrait fou. Définitivement.
Il vit Julie, une de ses camarades de lycée, une fille jolie comme une fleur poussant au milieu d’un coin de verdure. Elle était la deuxième à avoir partagé ses souffrances avec lui. Brutalement son visage se modela, ses petits yeux tristes laissèrent bientôt place à un regard inquisiteur et meurtrier.
Nathaniel brisa la glace d’un coup de poing. Le sang se mit à perler au milieu des débris de verre. Les phalanges de sa main droite avaient été mise à nues par la violence de l’impact. À travers la chair déchirée, on pouvait aisément voir l’os.

« C’était donc cela ? C’était donc si simple ? Si idiot ? Comment aurais-je pu croire que le bout du chemin se présenterait sous cette forme là ? Car j’avais atteint mes limites tout simplement. Rien d’autre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Ven 9 Avr 2010 - 23:57

Twikjeya ne mit que quelques secondes à trouver la bouteille qu'elle cherchait. Attraper le verre ne fut pas particulièrement compliqué non plus, mais la sombre dame eut en revanche à se livrer à une minutieuse opération pour verser correctement le liquide dans le petit récipient. La bouteille d'eau pleine à ras bord était lourde et le jet aléatoire qui sortait du goulot compliquait singulièrement la tâche... Aussi Twikjeya mit elle près d'une minute à verser correctement, estimant à l'oreille le remplissage du verre. Même dans son état de faiblesse et de cécité, il était absolument impensable qu'elle renverse la moindre goutte sur le carrelage immaculé de sa cuisine qui faisait plus penser à un bloc opératoire qu'à autre chose.

La sombre dame reboucha soigneusement la bouteille avant de la ranger, s'assurant qu'elle était à égale distance des autres. Plus que jamais, la précision était importante. Si elle ne pouvait voir, elle pouvait deviner et tant que rien ne changeait, elle pourrait conserver une efficacité à la limite du tolérable.

Ce fut le moment que choisit son miroir pour exploser sous la poigne de Nathaniel. Avant même que les bouts de verres ne finissent de tomber, Twikjeya avait saisit sa canne et fait volte face... Vacillante, elle se rattrapa à la table. La sombre dame soupira, son équilibre laissait encore franchement à désirer. Mais qu'avait pu donc faire son invité ? La jeune slave appartenait à une catégorie de personne relativement rare, ceux qui avaient une confiance absolue en leurs biens personnels. Concrètement, son miroir ne pouvait pas se décrocher sans une intervention extérieure, ses livres ne glissaient pas sur le sol, et surtout, surtout, tout était toujours à sa place. On ne pouvait pas trouver un objet ailleurs que l'endroit où on l'avait posé, c'était un fait.

Ce fut donc en moins de vingt secondes que la silhouette de l'icerberg sur pattes fut devant l'entrée de la salle de bain, les deux mains serrées autour de sa canne. Et la voix froide mordit à nouveau, sans prêter garde à la faiblesse qui lui autorisait à peine à rester debout. Elle ne faiblirait pas... Et même dans cet océan de ténèbres, elle n'entendait pas se résigner à être une assistée.


Nathaniel, si vous êtes sous l'emprise d'une drogue quelconque bien qu'aucune odeur ne m'interpelle, je vous prierais de le signaler. Je n'apprécie guère que l'on endommage mon mobilier.

Veuillez ouvrir la porte du placard, ou ce qu'il en reste après votre agression, et saisir les compresses stériles. Je doute que vous ayez brisé du verre sans vous couper, d'autant que je sens l'odeur caractéristique du sang frais. J'espère que vous ne vous êtes pas entaillé une artère ou pire, votre crâne.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Ven 16 Avr 2010 - 22:33

« Alors c’est ici que commence ma fin ? Dans une salle de bain ? Quelle ironie. Je me refuse à croire que quelque chose m’ait guidé jusqu’ici, toutefois je peux bien concéder que mon sort était écrit par avance. Non pas par quelque main divine, mais simplement car c’est logique. Un enchainement d’événements m’a amené ici, des circonstances malheureuses rien de plus. J’ai foncé tête baissée dans un piège et je m’impute la responsabilité de mon sort. Car comme tout récipient qui est sur le point de déborder, il me suffisait d’une goutte pour perdre tout contrôle. »

Le sang avait barbouillé ce qu’il restait du miroir. Les débris de verre avaient chu au fond du lavabo tachant ainsi son blanc autrefois immaculé. Nathaniel se dressait face à son reflet brisé. Il avait retrouvé en partie son calme, car comprenant enfin sa situation. Ce qui n’empêchait toutefois pas celle-ci d’être dramatique. Nathaniel serra les poings au risque d’ouvrir davantage ses plaies, et il sentit une colère froide naître en lui. C’était vraiment trop bête et l’impression que tout ceci aurait pu être évité ne disparaissait pas.
La voix désagréable d’Elkash claqua derrière la porte. Il ne fut pas vraiment surpris de l’entendre bien que la vitesse à laquelle elle l’avait rejoint depuis le salon avait de quoi surprendre. Après tout ça aussi c’était logique ; une maniaque qui entendait un bruit inhabituel dans son monde bien rangé ne pouvait réagir qu’avec une certaine violence. Aussi l’accusa t’elle d’être drogué. C’eut été préférable et ça se tenait comme possibilité, mais la drogue n’avait rien à voir avec tout cela.
Nathaniel ne dit mot pendant de longues minutes, laissant Twikjeya savourer son silence. Puis d’un geste vif il ouvrit l’infirmerie et se saisit des compresses comme lui avait indiqué son hôte. Avec professionnalisme, il banda sa main droite qui ne ressemblait alors plus qu’à un morceau de chair martyrisée. Lorsqu’il eut fini, il referma la porte du placard qui grinça et donna l’air de vouloir s’effondrer. Elle n’en fit rien toutefois et resta accrochée à ses gonds. Puis un peu hésitant, Nathaniel se rapprocha de la porte, et plutôt que de l’ouvrir et se présenter face à Elkash, il s’affala lourdement au sol et s’adossa contre le battant en bois. La tête penchée légèrement en arrière, il réfléchissait. Grâce à son austérité, la vue de cette pièce entièrement blanche facilitait la réflexion. Ces odeurs qu’il sentait depuis quelques jours, existaient bel et bien mais seul lui pouvait les percevoir. Les gens sentaient mauvais car ils souffraient. À la manière d’un malade grave, ils dégageaient les relents de leurs douleurs. Twikjeya empestait littéralement et au vu du personnage, il doutait qu’une telle femme puisse être heureuse et épanouie. C’était forcément ça. Il poussa un long soupir avant de s’éclaircir la gorge :


- Et bien…c’est plutôt cocasse comme situation, dit-il d’une voix de nouveau posée, j’étais venu pour vous prodiguez vos soins et au final, c’est vous qui êtes à mon chevet.

Il s’appliquait à parler bien et assez fort pour qu’elle puisse l’entendre malgré la porte qui les séparait.

- De nous deux, je ne sais vraiment pas lequel est le plus à plaindre. Vous qui vivez seule et êtes maintenant aveugle ou moi qui suis sur le point d’imploser. Oh, nos soucis sont différents bien sûr mais au final aucun de nous prend plaisir à vivre. Il marqua un temps, laissant ses mots faire leur effet puis il reprit. Je ne me drogue pas. Enfin pas tout à fait.
Savez vous que ma mutation consiste à transférer le mal-être des autres dans mon propre corps ? Chaque souffrance ne se mesure pas qualitativement, un deuil ou une égratignure, c’est la même chose, toutes se valent. Une amie m’a dit un jour que je ne serai entièrement rassasié qu’après m’être dévoré moi-même. C’est ce qui arrive. J’ai passé quinze ans à engloutir des maux à la manière d’une boite de Pandore, et aujourd’hui mon corps ne peut plus le supporter.

Il se mit à rire : - Vous pardonnerez donc mes égarements, j’ai toutes ces vies dans ma tête qui se mélangent. Puis il reprit son sérieux et continua, vous comprenez ? Ma mutation crée une addiction, et celle-ci me pousse vers ma propre destruction. Je vais exploser Elkash !, finit-il presque en criant. Et presque tristement, il ajouta : - Je crois que j’ai besoin d’aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Ven 23 Avr 2010 - 16:47

Twikjeya s’interrogea un instant sur le choc sourd qui résonna dans la salle de bain. Les plaies de Nathaniel l’avaient elles donc vidé de son sang en si peu de temps ? Sa mort n’était pas en soit dérangeante mais s’il devait maculer sa salle de bain d’hémoglobine, elle préférait agir immédiatement. Fort heureusement ( ?) il n’en fut rien et bientôt la voix de l’infirmier retentit à nouveau dans la salle de bain. La sombre slave fronça les sourcils. Qu’y avait il de cocasse dans cette situation ? Il était évident qu’elle n’avait besoin d’aider. A quoi s’attendait son assistant en venant chez elle ? A la trouver, alanguie sur son lit, joues striées de larmes et implorant son aide ? Il était hors de question de quémander. Tout problème avait sa solution et bien des problèmes seraient résolus pour les mutants s’ils cessaient leur auto apitoiement permanent. Les humains adoraient ça, et réclamaient toujours plus d’aide lorsque vous leur en apportiez la première fois. C’était une drogue… Cette manie de se considérer plus malheureux que tout le monde… La jeune slave ne répliqua pas lorsque Nathaniel compara leurs deux situations. En quoi était ce désespérant d’être seule ? Et pourquoi s’apitoyer sur sa cécité maintenant qu’elle était effective et que les premiers émois étaient passés ? A nouveau, Nathaniel réagissait comme un humain. Il se considérait, il s’assumait en tant que pleurnichard dans une vie qui ne voulait pas de lui. Cependant le jeune mutant refusait de l’aide, il se complaisait visiblement dans son malheur, tout en prenant soin de l’afficher et de lui en parler.

Prendre du plaisir à vivre, c’était autre chose. Twikjeya se recoiffa machinalement. Voilà où les païens en étaient rendus. Ils ne pouvaient reconnaitre le plaisir de l’existence, la joie simple de rendre service à autrui… Si la dame de glace était réellement malheureuse, elle ne le montrerait de toute façon pas.

Le rire de Nathaniel fut l’élément déclencheur. Lui pardonner ses égarements ? Comment pouvait elle pardonner à celui qui paraissait si fort, si sûr de lui-même à présent qu’il s’effondrait, sa vanité évaporée ? Twikjeya riposta, tranchante.


Je ne vous pardonnerais rien. Vous vous lamentez sur vos faiblesses au lieu d’y remédier et ce comportement est déplorable. Vous en paraissez presque humain.

Sa mutation…. C’était autre chose. A l’instant où Nathaniel avait apporté des précisions sur son pouvoir, Twikjeya s’était instinctivement détachée de la porte. L’infirmier avait précisé que les douleurs n’étaient pas différentes en terme de « qualité » si toutefois le terme pouvait être utilisé, mais elle tenait à garder ses distances. Que ce soit en qualité ou en quantité, il était probable que la jeune slave renferme assez de souffrance pour surcharger définitivement Nathaniel, au bord de l’explosion. Ainsi donc son infirmier était il drogué à la souffrance… La jeune slave haussa un sourcil, brusquement intéressée. Ses mains se serrèrent sur sa canne tandis qu’elle inspirait lentement, tentant de garder le contrôle de son esprit pour ne pas perdre l’équilibre. Une partie de son cerveau vagabondait déjà sur les possibilités inouïes de Nathaniel et ses applications pour la médecine. Pour ces douillets qui hurlaient lorsqu’on leur chatouillait un peu trop les nerfs…

Que puis je donc pour vous Nathaniel ? Un cliquetis métallique retentit alors que la sombre dame secouait la tête, amusée. Dois je donc vous fournir suffisamment de substances diverses pour annihiler vos souvenirs ?

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Lun 3 Mai 2010 - 19:27

Tu pleures ?...Tu as mal par toi-même ?...Pas à la place d’autres ? Humain, tu es humain ?
Humain, tu es humain.
Tu pleures, tu souffres, toi et non d’autres, et ça te surprend et tu n’aimes pas ça. Pourtant c’est bien plus pur, bien plus vrai, mais tu ne t’en émerveilles pas. C’est bien moins drôle que de ne pas être simplement spectateur, n’est-ce pas ? Tu te ronges par folie et non par imprudence. Combien de deuils, combien de malheurs, combien d’excuses, combien de regrets, combien de déchirements, combien de suicides, combien de colères, combien de meurtres, combien de vies volées possèdes-tu ?

- Neuf mille deux cents soixante treize, répondit Nathaniel, adossé à la porte, c’est le nombre de personnes que j’ai « mangé » en quinze ans.

Il marqua une pause, savourant son effet. Néanmoins il n’avait aucun plaisir à révéler un tel nombre. À dire vrai, cela sonnait plus comme une confession que comme un exploit prononcé avec fierté. L’homme regarda le mur face à lui, puis ses yeux dérivèrent et ils s’attardèrent quelques instants sur le bout de ses chaussures usées. Il baissa un peu plus la tête, il vit ses jambes, puis son tronc et enfin ses mains. Paumes tendues vers le plafond, ses doigts étaient maculés de sang.
Était-ce le sien ? Non. Il ne s’était jamais blessé au point de saigner, son propre sang n’avait jamais coulé. C’était le leur. À eux tous. Pourquoi lui souffrirait alors qu’ils étaient là pour endurer sa souffrance. Tel était leur rôle. Nathaniel était intouchable, car neuf milles deux cents soixante treize personnes encaissaient à sa place.

- Je ne m’attends pas à ce que vous compreniez, mademoiselle Elkash. Un prédateur sur le point d’achever sa proie ferait preuve de bien plus de compassion.

Il se sentait revivre maintenant que le dialogue était engagé. Derrière la porte, il entendait la présence de Twikjeya vibrer. Elle riait de lui. Les sarcasmes dans sa voix ne laissaient aucun doute. Quelle femme superbe ! Une vraie machine, coupée de toute humanité, extérieure aux hommes et à leurs bas désirs. Pourtant elle empestait elle aussi, malgré ses propos distants, elle n’était pas si différente. Avec peine, Nathaniel se leva, légèrement étourdi par le contre coup de sa blessure. Il tourna la tête de quelques degrés et vit le miroir fissuré. Son reflet était fragmenté et son visage se divisait à l’infini. Quelle peinture singulière que cet homme aux mille images.
Nathaniel se reprit et tendit la main vers la poignée de porte. Délicatement il s’en saisit, comme s’il s’agissait d’un fruit fragile ou d’un objet précieux. D’un geste lent, il déverrouilla l’accès à la salle de bain. Toutefois, il n’ouvrit pas tout de suite, préférant se cacher derrière le battant en bois encore quelques secondes.

- Je ne crois pas que vous puissiez m’être utile mademoiselle Elkash, ce genre de problèmes vous n’y entendez absolument rien. Il me faudrait l'aide d'un mentaliste ou d'un empathe expérimenté, quelque chose dans ce genre.

Brutalement il se demanda ce qui pouvait pousser quelqu'un à se fermer autant aux gens. L'attitude de la confrériste révélait un mal-être profond, caché et sous terrain. Il était si curieux et si...affamé. L’idée de faire une neuf mille deux cents soixante quatorzième victime lui effleura l’esprit. Il sentait croître en lui la faim, celle qui jamais rassasiée, l’avait poussé à sa propre perte.

« Mais je veux être le maître de mes pouvoirs, et non l’inverse. Je veux exercer un contrôle absolu sur eux, ne rien leur concéder, juste m’en servir. Le jardinier marchande t’il avec sa pelle pour creuser un trou ? L’ouvrier avec son marteau pour planter un clou ? De la même manière, je ne les laisserai plus prendre le dessus. Être leur esclave ne m’apporte ni plaisir, ni un quelconque avantage. Je suis mou, mais au moins suis-je un mou pragmatique.
»

Nathaniel ouvrit la porte, se présentant à Elkash sous les traits d’un homme fatigué. Mais sa lassitude ne l’emporterait pas. Il avait ce mépris commun avec Twikjeya pour l’auto apitoiement. Il trouverait une solution pour évacuer ce surplus d’existences. Et c’est avec un ton plein d’ironie qu’il demanda à son hôte où pouvait bien être son verre d’eau.



Dernière édition par Nathaniel Albenco le Sam 10 Sep 2011 - 23:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Dim 9 Mai 2010 - 23:11

La faculté que possédaient certaines personnes à s'épancher sur leur vie était réellement fascinante. Nathaniel lui imposait le récit de ses aventures, comme si elle pouvait y attacher un quelconque intérêt. Sans doute était ce une manifestation de souffrance. Devant la douleur qu'ils ressentaient, ils se plaisaient à la raconter en espérant un apitoiement qui, à défaut de contrer la sensation intolérable, réparerait leur égo blessé par le constat brutal qui s'imposait à eux. Leurs semblables n'avaient que faire de leurs souffrances, et les malheureux perdaient tout intérêt une fois hors d'état de continuer leurs tâches quotidiennes, perturbé par la sensation de "douleur" qui les attristait tant.
Le chiffre était néanmoins impressionnant. Il n'y avait rien d'étonnant à ce que le jeune infirmier soit au bord de l'explosion. Comme tous les drogués, il s'était empiffré jusqu'à perdre le contrôle de son corps, et venait maintenant geindre que son être ne le servait plus comme il l'espérait.

Twikjeya ne put toutefois retenir un nouveau sourire amusé lorsqu'il la compara à un prédateur, établissant définitivement son sadisme au dessus du plus féroce des animaux. La jeune slave n'était pas sadique. Elle n'exprimait tout simplement que rarement son sa compassion pour la souffrance qu'on lui apportait. Ce n'était pas pour autant qu'elle n'y apportait aucun remède, faisant fi de ses propres convictions pour aider les intolérants à cette savoureuse sensation. Même auprès des individus comme... Nathaniel. Comme eux.

Elle ne lui était néanmoins pas utile. La dame de glace haussa les épaules, non sans noter du coin de l'oreille le verrou qui se dégageait du mur. Cela, elle le savait déjà. La femme aux tourments n'était pas utile lorsqu'il s'agissait de soulager la souffrance mentale d'autrui, à plus forte raison lorsque cette souffrance était causée par un vampirisme émotionnel. Une soif qu'elle savait être à même d'anéantir à jamais, dans une cascade aux flots si impitoyables qu'ils emportaient toute volonté, toute résistance, avec des hurlements prompts à anéantir n'importe quel tympan, à plier n’importe quelle âme tant ils étaient chargés de sensations que nul vivant ne pouvait supporter.


Pourquoi vous écroulez vous dans ma salle de bain, non sans avoir brisé mes biens, si je ne vous suis d’aucune utilité Nathaniel ?

La porte s’ouvrit lentement. Et ce fut comme une vague en pleine figure. Une vague délicieuse, aux savoureux parfums âcres. Ce goût métallique, inimitable. Twikjeya sentait l’odeur du sang. Oh Nathaniel était blessé, nul doute n’était possible. Il lui semblait presque effleurer du bout de la langue le vermeil encore chaud… La dame des tourments eut un frémissement imperceptible. Elle ne s’était guère coupée ces derniers temps. Se pourrait il que son corps soit apte à supporter une incision profonde, quelques heures après son accident ? Un doigt osseux, maigre à faire peur tout en ne laissant aucun doute planer sur sa capacité à ne jamais lâcher un objet tant il paraissait puissant se dressa vers la cuisine. Il demandait un verre d’eau n’est ce pas ? Tant qu’à faire, autant satisfaire les demandes qui pouvaient encore l’être…

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Jeu 27 Mai 2010 - 13:01

Nathaniel quitta la salle de bain, légèrement chancelant à cause de la perte de sang. Il jeta un nouveau coup d’œil sur sa main blessée et constata que la compresse était devenue entièrement pourpre. Il ne demanda pas à son hôte s’il pouvait lui en emprunter une autre, considérant que cela serait parfaitement impoli et déplacé après l'épisode du miroir brisé. Il se servira dans les placards de l’infirmerie à la Confrérie, où par inadvertance il déplacera les flacons de quelques centimètres dans le seul but de se venger le plus mesquinement possible. Être méchant c’était un travail à plein temps.
Il regagna le salon, Twikjeya à ses cotés, et ils s’immobilisèrent tous les deux au milieu de la pièce. La jeune infirme le quitta quelques secondes plus tard et prit la direction de la cuisine, manifestement pour aller lui chercher le verre d’eau qu’il avait réclamé. L’infirmier s’approcha du canapé, à coté de celui-ci, jonchant le sol misérablement, sa mallette qu’il avait abandonné là pendant qu’il se précipitait à la salle de bain. Il s’en saisit puis l’ouvrit, à l’intérieur brillait l’éclat métallique de nombreux instruments, tous aussi menaçant les uns que les autres. Il farfouilla durant quelques instants, visiblement à la recherche d’un objet en particulier. Enfin il le trouva et pour signifier sa joie, il brandit le poing vers le haut, une petite lampe et une paire de ciseaux à l’allure étrange et particulièrement dérangeante. Il entendit les pas d’Elkash derrière lui, se redressa puis se retourna vers elle, un grand sourire peint sur les lèvres et les yeux brillant d’un éclat inquiétant :

- Et si nous passions à ce pour quoi je suis venu ? Je ne doute pas de vos capacités en médecine, les ayant vu de nombreuses fois à l’œuvre –ce qui me rappelle le jour où vous avez recollé le doigt d’un élève en quelques secondes, un vrai prodige je dois dire- néanmoins dans votre état, il me paraît difficile que vous soyez à même de jauger votre état. Oublions tout ce qui s’est passé à présent et faisons comme si de rien n’était.

Il prit une pause, l’air soucieux, tachant de se rappeler quels avaient été ses premiers mots lors de son arrivée. Enfin son regard s’éclaira et il reprit :

- Le voyage a été long pour moi, mademoiselle Elkash. On m’envoie m’assurer que vous ne manquiez de rien et que vous ne vous étiez pas vidée de votre sang durant la nuit. Visiblement non, il posa tout comme la première fois sa main sur le cœur, l’air faussement ému, j’en suis étonnamment rassuré. Mais passons, comme vous sentez vous ?

L’air sembla s’alourdir autour de lui, comme témoignant du fait que quelque chose se préparait. Son visage était indescriptible, hésitant entre la joie et les stigmates de la folie la plus complète. Ses dents blanches ressemblaient davantage à la dentition d’un requin qu’à celle d’un homme et ses yeux étaient recouverts d’un voile trouble. Nathaniel passait d’un état à l’autre, déchiré entre plusieurs réactions dont aucune n’étaient réellement les siennes. Sa lucidité n’avait été que temporaire et il replongeait de nouveau, oubliant dans le même temps les raisons de sa présence ici.
Il fit claquer les mâchoires de la paire de ciseaux avec insistance, brisant le silence qui s’était installé. Il dévisagea ensuite Twikjeya, donnant l’impression de la découvrir pour la première fois et s’interrogeant au sujet de cette femme face à lui. Puis il vit le verre d’eau qu’elle tenait entre ses doigts crochus. Le regard de Nathaniel se fit plus incisif et d’une voix glaciale, qu’on ne lui avait jamais connu jusqu’alors, il reprit de nouveau la parole :


- Asseyez vous sur le canapé, je vous prie. Je dois vérifier qu’il n’y ait eu aucune hémorragie au niveau de vos yeux. Je vous demanderai également de ne pas faire votre mijaurée, une femme telle que vous comprendra certainement ma démarche. Il désigna le sofa d’un mouvement brusque.

Ce n’était pas Nathaniel qui parlait, lui était de nouveau perdu au fond de son obscurité. Tatiana, Rose et Judith se servaient de son corps comme d’une marionnette qu’elles pouvaient manipuler à leur bon vouloir. Elles n’aimaient pas Elkash, cette femme les hérissait, par sa fierté mal placée et son imperméabilité illusoire. Tatiana, Rose et Judith abhorraient tout ce qu’elle représentait et comptaient bien lui faire payer son arrogance.


- Mademoiselle Elkash, j’insiste.



Dernière édition par Nathaniel Albenco le Lun 31 Mai 2010 - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Dim 30 Mai 2010 - 23:50

Il y avait quelque chose de particulièrement dérangeant à converser avec quelqu’un que l’on ne pouvait que deviner. Si Twikjeya était plus ou moins capable de situer son interlocuteur lorsqu’il était immobile, lorsque Nathaniel se mit à bouger, les choses furent tout de suite plus compliquées. Le son de sa voix maquait la plupart de ses bruits de pas et l’oreille encore peu exercée de la jeune aveugle ne lui permettait pas d’interpréter les quelques sons qu’elle percevait…
Peu à peu, sans s’en rendre compte, la sombre dame perdait de la belle assurance qu’elle avait affiché lorsque l’infirmier avait mis le pied dans son appartement. Malgré toutes ses capacités de réflexion et sa précision légendaire, Twikjeya restait une blessée grave, incapable du moindre effort physique et totalement incapable de prévoir ce qui se passait… Et maintenant que Nathaniel n’avait plus besoin d’elle –ou se débarrassait de son encombrante supériorité- et assumait son rôle de garde malade, la dame des tourments se sentait de plus en plus vulnérable… Chose fortement déplaisante lorsque ses capacités meurtrières inouïes étaient totalement inopérantes. C’était loin d’être de la peur, émotion inconnue de quelqu’un de trop pragmatique pour la reconnaitre, simplement un arrière goût amer qui ne laissait rien présager de bon… Mais sa voix chanta à nouveau, laissant une rivière de glace aux reflets irisés se déverser dans la pièce .


Je vais bien Nathaniel, comme vous pouvez le constater. Avez-vous réceptionné et vérifié la commande du mois ? Il y a plus important à faire que de me dorloter.
Mais il ne l’entendait pas de cette oreille et Twikjeya dut bientôt déchanter. Si son oreille n’était pas assez exercée pour reconnaitre le point d’impact des chaussures du jeune homme, elle l’était en tout cas suffisamment pour reconnaitre le changement de ton dans la voix de l’infirmier. Twikjeya fronça légèrement les sourcils. Sa méfiance s’accrut d’une once de soupçon. La dame des lames riposta immédiatement

Nathaniel, qu’est ce qui peut vous laisser penser que je vais faire ma… mijaurée ? Avez-vous l’impression que je me plaigne inutilement ? Savez vous seulement orthographier ce mot ?

Elle s’assit néanmoins, rabattant sa robe d’un geste machinal. Riposta.

Cessez donc de faire claquer inutilement vos instruments. Cela risque non seulement d’affecter leurs rouages, mais également de vous déconcentrer.

Qu’est ce qui lui faisait croire qu’elle était incapable de s’apercevoir que ses yeux étaient en proie à une hémorragie ? N’était elle pas celle qui s’y connaissait le plus ici en pertes importantes de sang ? Twikjeya eut un léger frisson au creux des reins en posant sa nuque sur le dossier de son canapé, renversant la tête en arrière (avec quelques chocs métalliques, était il besoin de le préciser ?) pour permettre à l’infirmier de vérifier ses yeux. Et qu’il s’en aille, une bonne fois pour toute.


Souvenez vous jeune homme. Un bon examen se déroule en moins de dix secondes. Rester une demie heure à fixer mes blessures tel un urgentiste en situation de stress ne permet aucun diagnostique plus fiable que vous ne sauriez faire en trois fois moins de temps. N'insistez pas et agissez.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Jeu 3 Juin 2010 - 21:09

Tatiana avait à ce jour, tout pour être heureuse. Elle vivait dans une jolie maison, coquette à souhait, dans un quartier chic de Londres, et était mariée à un brave homme, Richard, entrepreneur en carrosserie qui gagnait bien sa vie. Tous deux étaient les parents de deux beaux enfants, Lenny et Edward, d’adorables garçons qui apportaient joie et bonheur au quotidien de par leur innocence et leurs facéties. Tatiana s’occupait de ses deux fils chaque jour et avec le sourire, sans jamais se plaindre de l’incroyable charge de travail hérité de son rôle de femme au foyer. De plus elle était enceinte de sept mois, d’une fille, et cette naissance future la plongeait dans un état de félicité quasi mystique. Elle n’était en aucun cas effrayée par les efforts qu’il lui faudrait faire pour accompagner cet enfant à venir et n’avait de cesse de trépigner sur place à l’idée de ce beau et grand jour. En résumé, Tatiana était femme comblée qui nageait dans un bonheur pur et immaculé.
Mais comme dans toute peinture, il y a toujours des imperfections, parfois erreur involontaire, parfois désirées par l’artiste. Or le tableau qui formait la vie de Tatiana possédait son lot de ratures, de dérapages du pinceau, mais si peu visibles qu’on n’y prêtait pas attention au premier regard. L’ombre rodait autour de Tatiana, et se préparait à surgir dans sa vie d’ici quelques heures à peine pour la marquer définitivement pour le restant de ses jours.
Tatiana avait été invitée à passer un examen de routine à l’hôpital le plus près de chez elle, les médecins qui la suivaient tenant à ce que la grossesse se passe bien et qu’il n’y ait aucun accroc. Et en mère responsable, Tatiana avait suivi les recommandations des docteurs et s’était présentée à la clinique à midi et demi. Dans la salle d’attente, pourtant bondée ce jour-là, on ne voyait que Tatiana. Avec son teint radieux, son sourire resplendissant, et ses yeux brillants, la jeune femme irradiait littéralement de lumière et se démarquait des gens qui l’entouraient. Elle était un phare au milieu de cette morosité ambiante et ce rôle lui convenait à merveille. Mais alors qu’elle lisait, un magazine féminin posé sur les genoux, quelqu’un vint interrompre sa douce rêverie. Un homme, lumineux lui aussi, à sa manière. Il lui sourit, elle en fit de même, et il lui tendit un verre d’eau. Leurs mains se frôlèrent et Tatiana se sentit disparaître. Sa lumière s’effaça.

Deux mois plus tard, Tatiana accoucha d’un mort-né.

Rose était serveuse dans un petit restaurant, qui à défaut de proposer une nourriture raffinée, avait au moins des prix abordables. La matinée commençait bien pour la jeune adolescente, elle avait vu son petit ami du moment la veille au soir, avait passé une excellente nuit à ses cotés et était si pleine de vie au réveil que l’idée d’aller travailler ne l’avait pas rebuté. Aussi fut-elle particulièrement efficace jusqu’à midi quarante cinq, soit l’heure de sa pause. Elle avait devant elle une heure et hésitait encore sur les nombreuses possibilités qui s’offraient à elle pour combler cet instant de liberté. Mais étant de nature aventureuse, elle ne prit pas la peine d’y réfléchir plus longtemps et sortit du restaurant par la porte arrière, l’esprit déjà enjoué par ce qui l’attendait.
Elle alla tout d’abord dans différents magasins, sans préjugés aucun quant à leur nature. Elle fit les boutiques sans acheter quoi que ce soit , se contentant de regarder, d’admirer et d’envier les articles trônant fièrement sur leur présentoir. Le temps a cette incroyable habileté a passer rapidement lorsque l'’on s’amuse, renforçant ainsi l’expression « tout bonne chose a une fin » et précipitant par là même le dénouement des bons moments. Lorsque Rose vit qu’il était presque quatorze heures, elle se précipita en dehors de la boutique. En déboulant dans la rue, elle heurta un inconnu et tous deux s’écroulèrent au sol. L’homme se releva sans un mot, l’air calme et serein, comme s’il s’était préparé à l’avance à cette rencontre plus que brutale. Il tendit la main, aidant Rose à se remettre debout. C’est alors que la jeune fille se crû happer par une conscience étrangère et obscure. Ce fut cependant si bref qu’elle pensa avoir rêvé. Elle s’éloigna, légèrement chancelante.

Rose se fit percuter par un bus dix minutes après ça.

Judith ne savait faire qu’une seule chose : se plaindre. Tout le temps, à chaque instant, toute sa vie entière n’avait été consacrée qu’à la plainte et l’affliction. Judith néanmoins avait une manière bien à elle d’exprimer sa tristesse, sa mélancolie, et surtout son insatiable soif d’être mise au cœur de l’attention. Son martyr elle l’exprimait non pas avec les mots, comme tout être pensant, mais plutôt en suivant des codes vestimentaires séculaires et dont le sens profond était à la portée de tous. Elle ne portait que du noir, se pavanait avec un maquillage fait à la truelle et qui semblait tout droit sortit d’un cirque, et bien plus énervant, elle ne s’exprimait que par monosyllabes ce qui la rendait irritable aux yeux de beaucoup. Judith était une adolescente qui se cherchait encore et qui, plutôt que de faire la démarche de se créer sa propre identité, préférait s’ancrer dans des mouvements à l’image périmée.
Ses journées ne se résumaient qu’à geindre sur la condition de l’homme et le non-sens de son existence dans l’univers, réflexions qui dépassaient largement l’intelligence de nous autres pauvres mortels. Et les conclusions qu’elle découvrait la plongeaient chaque jour un peu plus vers un indicible désespoir. Cependant il arrive parfois au cours d’une vie, qu’un dérapage s’opère et crée une cassure tellement brusque qu’il est difficile d’en mesurer toutes les conséquences. Cette rupture apparut soudainement dans la vie de Judith sous la forme d’un garçon. Un ou deux ans de plus qu’elle, peut-être davantage tant son regard paraissait vieux et accompli. Elle en tomba amoureuse dès les premiers instants et pour lui elle changea. À ses cotés elle grandit et devint comparable à une fleur éclatante. Elle quitta ses apparats ténébreux et devint davantage femme qu’adolescente. Elle fut heureuse au coté du garçon, et même lorsqu’ils décidèrent d’un commun accord de se quitter, elle continua de l’être.

Des années plus tard, lorsqu’elle se rappela du garçon, elle se souvint qu’au fond, il ne lui avait jamais fait le moindre mal.

*

Nathaniel fut satisfait de voir Elkash s’installer sur le canapé, comme il lui avait ordonné. Il jubilait de la voir si fragile, si vulnérable au milieu du sofa, la tête penchée en arrière et la gorge découverte. Un homme lambda aurait été séduit par cette fragilité et cet abandon qui rappelait vaguement l’attitude des nymphes sur les gravures anciennes. L’infirmier se rapprocha de la dame des glaces et se pencha vers elle. Les mains de l’homme tremblèrent, comme sous le joug d’une puissante excitation qu’il ne parvenait pas à contrôler totalement. Il se saisit néanmoins de sa paire de pinces et s’en servit pour maintenir les paupières de la jeune femme ouverte. Le charnier qu’étaient ses yeux fut mis au grand jour. Chaque globe oculaire était marqué par de nombreuses plaies à l’aspect répugnant bien qu’elles aient l’air saine. Nathaniel agita ensuite devant chaque œil le petit faisceau de lumière afin de voir si la pupille se contracterait. Il n’en fut rien.
Et tandis qu’il s’adonna à son examen sur Elkash, il sentit la fébrilité croître en lui. Quelque chose frappa sa hanche, quelque chose de dur, quelque chose qu’il avait ramassé puis mis dans la poche. Il se redressa et laissa sa patiente pendant quelques instants sans retirer la pince qu’elle avait toujours dans un œil .Nathaniel sortit le galet de sa chemise puis le dévisagea, sans comprendre. Sa respiration s’accéléra lorsque Rose, Judith et Tatiana refirent surface dans son esprit. Une idée naquit, une idée sombre et meurtrière. L’homme surplombait la femme allongée et il demandait à cet instant si la pierre n’était pas la solution à tout ses problèmes. Il leva silencieusement le poing au dessus du visage d’Elkash, la tension crispant ses muscles.
Puis il se souvint qu’il s’était juré quelques minutes plus tôt de ne plus être la victime de ses pouvoirs. Que lui-même devait être infiniment plus puissant que ses victimes et qu’il n’avait plus à leur laisser une quelconque marge de manœuvre. Il était le marionnettiste et non le pantin. L’infirmier lâcha le galet qui sonna contre le sol en tombant.

- J’ai fini, conclut Nathaniel, juste avant de récupérer tous ses instruments. Rien à signaler, je vais m’en aller maintenant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Jeu 10 Juin 2010 - 16:13

Rien. Le vide. Le néant. L'obscurité totale... Twikjeya ne vit strictement rien lorsque Nathaniel examina ses yeux. La dame de glace sentit les pinces soulever ses paupières, entendit le déclic de la petite lampe que l'infirmier braquait dans ses yeux... Mais ses globes oculaires étaient morts. Une conclusion évidente, tirée depuis plus de vingt quatre heures par la jeune femme.

Elle resta de marbre. La douleur qui l'avait submergée sur la Transatlante, et plus encore, chez elle, allant jusqu'à faire pleurer celle qui ne versait jamais de larmes, perdues dans l'obscurité de l'appartement qu'elle ne voyait déjà plus, était désormais maîtrisée. Loin d'être appréciée comme beaucoup d'autres, elles rejoignaient les souffrances qui parvenaient encore à la faire frémir. Ce qu'elle n'assumait pas, ce qu'elle ne supportait plus... Les rares douleurs à parvenir à provoquer en elle ce sentiment de dégoût que les gens normaux éprouvaient en voyant une lame s'approcher de leurs veines. Mais Twikjeya restait la dame des ombres, et personne n'aurait pu deviner qu'une journée auparavant, cette créature si stoïque alors qu'on soulevait des plaies béantes, avait hurlé à se briser les cordes vocales, incapable de faire autre chose que de crier, en proie à une douleur abominable... Sentiment éprouvé, refoulé. Encloisonné. Refusé. Il n'était de peur qu'elle ne savait combattre, de douleur qu'elle savait omettre... La jeune mutante plissa les lèvres. Elle refusait de faiblir. Comme si tout était affaire de volonté.

Mais la jeune slave n'eut pas plus longtemps l'occasion de s'interroger sur elle même. Nathaniel se tendait. Elle sentait son souffle s'accélérer, l'infirmier frémir sous le coup d'une pulsion étrange... Twikjeya sourit. Offerte ainsi, alanguie sans la moindre défense, elle restait une très belle femme malgré l'état de ses yeux. Malgré sa faiblesse physique déplorable, elle avait prit soin de s'habiller et de se coiffer, veillant comme elle le pouvait à soigner le moindre détail de son apparence. Et cet être qui aimait se montrer froid et moqueur semblait retrouver quelques pulsions masculines primaires... Ses mutations vite oubliées, Nathaniel revenait à la drogue commune à tout mâle. C'était déplorable. N'y avait il donc aucun homme sur cette planète pour ne pas imaginer une femme dans son lit au bout de quelques secondes ? La sombre dame l'imaginait déjà, penché sur elle, hésitant à lui sauter dessus comme pour se prouver à lui même son pouvoir de séduction... Elle joignit les mains, silencieuse. A si courte distance, même dans son état, une carotide restait facile à trancher.

Un bruit. Un choc. Sourd. Un objet roula sur le sol, brisant net les fantasmes de Nathaniel... Toute envie brisée, l'infirmier dégagea ses pinces de la blessée, qui s'empressa de rabattre ses paupières sur les horreurs sanglantes qu'étaient devenus ses yeux. Nathaniel s'éloigna. Annonça son départ. Il ne récolta que trois mots alors que la beauté ténébreuse rajustait sa crinière d'ébène d'une main, lissant sa robe d'un geste machinal de l'autre. Qu'il parte. Qu'il la laisse. Enfin. Ou plutôt à nouveau.


Au revoir Nathaniel.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Race : Mutant
Clan : Confrériste
Age du perso : 30 ans
Profession : Infirmier
Affinités : Maria Aleksandrovna Yevgeniyen
Points XP : 575


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Empathie
Type: Gamma
Niveau: 3

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Lun 21 Juin 2010 - 21:32



Dans son esprit, une douleur incisive, brutale, comparable à un clou qu’on lui enfoncerait dans le crâne. Une tension dans chaque nerf, chaque muscle et chaque carré de peau de son corps, qui le tiraillait de tout part et menaçait de le faire exploser. Et ces miasmes qui s’engouffraient dans ses narines jusqu’à son cerveau, ces relents putrides inhibaient toutes ses capacités de réflexion. Il ne voyait plus Elkash affalée dans le canapé, il n’entendait plus son propre souffle haletant, il n’y avait que cette odeur d’étron infecte qui le prenait à la gorge et l’asphyxiait. Il ne sentait que ce goût abject dans sa bouche et le monde autour de lui perdait alors toute réalité. Les remugles agissaient comme un filtre sur ses perceptions, le salon ne lui avait jamais paru si sale, si ruisselant d’un sang sec et vieux. Les murs étaient recouverts de crasses séculaires, le carrelage qu’il avait cru impeccable, était en vérité maculé d’une boue rougeâtre. La cuisine sur sa gauche n’était pas vraiment dans un meilleur état. Un pus suintait des placards et s’écrasait avec un bruit flasque au sol. Le verre posé sur la table quant à lui était gorgé d’un liquide bourbeux et peu ragoûtant. Avait-il bu là dedans ? Ou n’était-ce encore qu’un tour de son, ou plutôt ses esprits malades ? Twikejeya elle-même n’était pas épargnée par la déformation sordide qu’opérait sa folie sur son environnement. Sa beauté blafarde et sépulcrale avait laissé sa place à une laideur tout droit venue d’outre tombe. Son visage habituellement impeccablement dessiné n’était plus désormais qu’un amas de boursouflures et de tumeurs.
Nathaniel cligna des yeux, une fois, deux fois et l’appartement reprit son aspect normal. Son regard erra dans la pièce, perdu et sans éclat. Son égarement n’avait visiblement pas duré plus de quelques nanosecondes puisque Elkash le salua tout en l’invitant subtilement à s’en aller rapidement. Nathaniel la dévisagea, cette femme de glace qui tout au long de leurs échanges, n’avait rien laissé paraître. Pas une plainte, pas un cri, aucun gémissement, aucun mot plus haut que l’autre. Elle avait parfaitement joué son rôle jusqu’au bout et ce malgré sa santé plus que fragile. Etait-ce de la force ou au contraire de la faiblesse ? Restait-elle digne jusqu’au bout parce qu’elle le devait ou parce qu’elle était incapable d’admettre ses propres blessures ? La réponse avait de quoi laisser songeur, surtout pour lui qui avait travaillé à ses cotés durant quelques semaines. Suffisamment pour que cela éveille sa curiosité et pas assez pour que cette dernière soit pleinement satisfaite. Mais ce n’était ni le lieu ni le moment pour lui de se prêter à un examen plus poussé de sa « supérieure ».
Nathaniel s’écarta donc d’elle, lui tournant le dos, la mallette contenant ses instruments serrée contre lui. Ses mains tremblèrent, seul signe de nervosité ou de terreur, peut-être les deux. Ses épaules s’affaissèrent, il baissa la tête et s’en alla, sans dire un mot. Il prit tout juste la peine de refermer la porte derrière lui puis s’en fut, descendant l’escalier à toute allure, comme sous le coup d’une vive panique. Il posa enfin pied dans le hall, après avoir dévalé tous les étages. Mais malgré qu’il soit essoufflé et vacillant, il ne s’arrêta pas une seconde et sans hésitation, il quitta l’immeuble. C’est alors que la pensée du galet lui revint en mémoire. Il l’avait oublié, là haut, le compagnon de ses égarements. Comment réagirait Elkash en le découvrant ? Un tel objet, si insolite, serait très certainement réduit en cendres par la volonté de la dame d’ombres. Une larme coula le long de la joue de Nathaniel. Il pleurait la perte de cet ami devenu si cher en peu de temps. Le jeune homme stoppa sa course et leva les yeux vers le bâtiment. Tous ceux qui passaient devant l'immeuble, tous ceux qui y habitaient, tous ceux-là ignoraient que perché au sommet de l’immeuble se trouvait un nid dont les brindilles étaient comparables à des fémurs et des tibias. Le corbeau, propriétaire de ce nid de mort, n’en avait pas l’allure, sa noirceur il l’a cachait sous les traits d’une femme aux yeux déchiquetés. Lui seul savait que tout en haut, il y avait suffisamment de souffrances pour engloutir toute la ville sous un limon de douleur. Il frémit à cette pensée, partagé entre l’angoisse et l’excitation.
Mais le chemin était encore long jusqu’à la Confrérie. Il n’avait pas pris d’argent sur lui et ne pourrait donc pas se payer un taxi. Son portable était lui aussi resté dans sa chambre, de fait appeler quelqu’un pour qu’on vienne le chercher lui était impossible. Quant à retourner mendier auprès d’Elkash, c’était hors de question. La route était encore longue, il lui faudrait refaire tout le chemin inverse à pieds.
Peut-être qu’en route il trouverait une perceuse ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/confrerie-moderne-f55/fiche-na
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Ven 24 Déc 2010 - 1:25

La nuit était glaciale. Les rues enneigées étaient balayées en permanence par un vent sibérien qui faisait voleter les petits paquets de neige que le froid n'avait pas encore durci. La ville était immobile, comme transie par la température qui semblait avoir triomphé de toute vie ici bas.
Pourtant, les lumières brillaient, dernières manifestations d'une animation qui avait déserté les rues. Chaque immeuble, chaque maison, chaque enseigne brillait avec force dans une folle dépense d'énergie qui emballaient ces âmes perdues.

L'appartement était sombre. Elle n'avait pas prit la peine d'allumer les lumières en y pénétrant, voilà quelques heures. Ses yeux encore sensibles n'avaient pas besoin d'une stimulation inutilement dangereuse. Twikjeya était immobile, petite tache noire invisible dissimulée dans l'obscurité d'un antre que peu avaient déjà visité. Accoudée sur le rebord de son balcon, insensible à la morsure du froid qui faisait rougir sa peau trop pâle, elle observait. Du sommet de sa tour, immobile dans l'enfer gelé, elle fixait cette ville morte qui n'était que trop silencieuse. Le vent glacial faisait flotter sa longue chevelure d'ébène au gré des bourrasques, emmêlant ces cheveux qu'elle soignait avec tant de soin. Mais elle n'y prêtait pas attention, pas plus qu'elle n'observait ses doigts glacés par la neige de la rambarde, ou ses bras laissés nus par une robe trop légère par ce temps bleuir lentement. La brûlure du froid était infime, inintéressante.

Au loin, une sirène résonna avant de s'éteindre presque aussitôt. Les secours s'étaient sans doute rendus compte de l'inutilité de leur manœuvre. Elle tourna brièvement la tête pour observer l'avenue perpendiculaire avant de revenir à son sujet de fascination, comme avide de contempler la dépravation des hommes. Là bas, à une dizaine de mètres en contrebas, une fête avait lieu. Ce n'était visiblement pas l'intime célébration païenne qui semblait être de mise ce soir là, mais une réunion de collègues de travail ou de cadres aisés. Le champagne coulait à flot dans des flûtes en cristal et les rires allaient bon train au gré des plats qui virevoltaient sur une table truffée de chandelles. Twikjeya sourit dans l'ombre. Comme à chaque Noël, elle était seule. Mais pour rien au monde elle n'aurait échangé sa place avec l'une des compagnes de ces messieurs d'ici bas. Outrageusement maquillées, engoncées dans des robes trop courtes et trop décolletées pour laisser à la décence une place de se débattre, leur plaisir du soir était visiblement de se prendre en photo entre amies, en gloussant devant le minuscule appareil qu'elles braquaient tant bien que mal sur leurs visages dénaturés par l'alcool et le maquillage.

Une soirée intime entre cadres dirigeants décida elle brusquement. Les accolades étaient trop franches, les rires pas assez formels pour laisser imaginer une soirée d'affaire. Ceux là étaient vraisemblablement amis de longue date. Peut être était ce la soirée de rêve dont les publicités aux couleurs agressives vantaient les mérites depuis quelques mois. Se goinfrer de nourriture hors de prix et généralement surestimée pour rire avec ses amis de sujets que l'on n'aurait pas évoqué sans l'aide éthylique.

Elle jugea qu'elle en avait assez vu et se remit à marcher le long de son balcon, sans hâte, pour ne pas laisser ses pieds nus déraper sur une plaque de glace qu'ils ne sentaient plus depuis longtemps. La dame de glace rentra à l'intérieur de son appartement, effleura la commande de fermeture de la baie vitrée qui se replaça doucement dans un chuintement discret. Elle se sécha soigneusement les pieds avant de traverser le salon toujours plongé dans l'obscurité, retirant en quelques instants sa robe trempée par les flocons de neige. Twikjeya l'observa un instant, jugea bon de la laver immédiatement et lança une machine sans plus attendre, sans s'attarder davantage dans une pièce qu'elle savait parfaitement en ordre.

La sombre dame s'installa devant son chevalet. Une toile était déjà posée dessus. Elle en connaissait les dimensions exacte. Elle savait où se trouvait le stylet qu'elle devait utiliser. Et sans attendre que son sang glacé se réchauffe quelque peu de son excursion nocturne, elle plongea profondément la lame dans sa veine. C'était L'Oeuvre. L'Oeuvre qui se dessinait sous ses doigts ornés de fines griffes de métal incurvées, qui traçaient avec précision des formes que la plus belle des plumes n'aurait renié.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Jeu 3 Nov 2011 - 22:14

Le liquide pourpre franchit des lèvres qui s’ouvrirent au contact délicieusement frais d’un breuvage auquel elle était pourtant peu habituée. Twikjeya reposa doucement le verre sur la table basse et reposa la main sur ses pieds nus qui reposaient sur le canapé.

En apparence, Twikjeya était toujours semblable à elle-même. La pâle et sculpturale déesse des glaces avait toujours ce visage trop froid pour être engageant, trop inhumain pour être rassurant. A moitié recouverte de ses cheveux et revêtue d’une de ses robes d’intérieur comme elle en avait trop, la jeune femme n’aurait néanmoins pas trompé une connaissance aguerrie, qui se serait tout d’abord inquiétée de voir un verre de vin vide sur la table, à côté d’une bouteille à demie pleine. Un Confrériste aguerri aurait reconnu la traditionnelle « bouteille cadeau » dont Kenjiss, avec l’expertise d’un alcoolique averti, faisait cadeau chaque année à ses associés. Suivant la carrure du personnage, l’alcool était consommé en une minute ou en une journée, guère plus. En dépit du prix exorbitant de la bouteille (French Wouaine ! Beuglait un Kenjiss trop joyeux pour être sobre, à ses camarades totalement ignorants de la belle langue française) rares étaient ceux qui conservaient ce précieux cadeau intact. A l’exception de l’austère Twikjeya, bien évidemment.
D’autres se seraient inquiétés de la petite chandelle qui brûlait au milieu de la table, visiblement allumée depuis une bonne heure à en juger les épaisses taches de cires sur la nappe neuve, elle aussi.
On aurait également pu jeter un œil inquiet sur les fenêtres ouvertes en plein mois de février, le vent s’engouffrant dans l’appartement avec la puissance d’une petite tempête, renversant les objets les plus fragiles mais épargnant mystérieusement la flammèche du cierge à demi consumé.
Et ce fut avec un détachement tranquille qu’une main squelettique balaya la seule source de chaleur de la pièce, envoyant la bougie à l’autre bout de la pièce, où elle rebondit contre une toile avant de s’écraser sur le tapis, léchant de flammes rougeoyantes le tissu si vulnérable…

Twikjeya se resservit un verre de vin en voyant les flammes s’attaquer aux rideaux. Elle achevait de le boire lorsqu’un énorme morceau enflammé s’écrasa contre le papier peint, embrasant du même coup la toile inachevée de son chevalet.
Lorsque le gaz de la cuisine s’embrasa à son tour, l’appartement était déjà devenu un véritable enfer. La pièce toute entière explosa, envoyant des morceaux de métal à moitié fondu à travers le salon. Le souffle brûlant traversa l’espace, manquant de la faire tomber à la renverse. La jeune femme s’écroula dans le canapé, le visage cramoisi par la température infernale de la pièce, les cheveux tirés par la monstrueuse tempête de feu qui consumait son appartement, rendu fou furieux par le vent qui l’attisait toujours plus à chaque seconde, alimenté par une cuisine qui n’avait plus de pièce que le nom, tant la température était devenue insupportable, les cloisons de béton fondant même sous l’effet destructeur du brasier. Quelque part dans les étages inférieurs, une alarme bien inutile se mit à hurler. Les résidents s’étaient depuis longtemps précipités dans les escaliers.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Mar 15 Nov 2011 - 18:47

Les pompiers étaient inquiets de l’ampleur du feu, mais avoir évacué tous les résidents de l’immeuble leur permettait de prendre leur temps. Le bâtiment abritait un peu moins d’une centaine de personne, et l’on comptait très exactement 75 résidents à l’abri des véhicules. La famille Stierling était en vacances, de même que les Coopers et les Stavich. Monsieur Philips était en séminaire selon les dires de madame Philips (qui ignorait que son mari était en réalité en train de partager un moment très intime avec Roger, le petit stagiaire commercial), et Sophia Rodriguez était chez une amie pour faire son exposé sur Barack Obama, à rendre pour demain selon ses parents. En réalité, Sophia Rodriguez vomissait ses tripes dans une corbeille à papier, le nez blanchi par une substance suspecte et l’estomac retourné par quelques verres de vodka, chez la dite amie, et l’exposé serait copié demain matin sur une encyclopédie en ligne quelconque.
Mais tout cela n’inquiétait guère les résidents, suffisamment contents d’avoir échappé à l’énorme brasier du neuvième. Le petit dernier des Rodriguez était très content d’avoir été réveillé un dimanche soir pour assister à ce spectacle, sachant qu’il allait forcément louper son contrôle de math demain. Klaus, le berger allemand, était autrement moins calme que son jeune propriétaire, mais l’incendie n’avait rien à voir avec ça. Lui espérait boulotter le chat de madame Philips, qui lui crachait dessus depuis tout à l’heure. Et Marta Philips tenait fermement son minet en s’agrippant de l’autre main aux manches de James. James était le jeune responsable de l’intervention, et James réfléchissait très sérieusement à gâcher une carrière prometteuse en se libérant à coup de hache de l’étreinte de la sexagénaire en furie, visiblement émoustillée par pareille débauche d’émotions et la présence d’un beau jeune homme à côté.

Aaaaaah mais je vous assure, cela vient de l’appartement de mademoiselle Elkash ! Une jeune femme si consciencieuse, cela m’étonne qu’elle ait laissé le gaz ouvert ! Heureusement qu’elle n’est pas là, hein, vous auriez eut du mal à monter la haut ! Hubert me dit toujours d’arrêter d’espionner les voisins, mais c’est grâce à ça que vous n’avez pas eut à crapahuter dans la fumée pour sauver la mignonne hein mon beau ! Et puis entre nous, c’est normal que ça brûle comme ça ? Je vous dis, une femme aussi bizarre qu’elle, ça cache forcément quelque chose. De la cocaïne ! Oh je suis sûre que c’est de la cocaïne, je l’ai vu à la télé l’autre jour, ça brûle bien la cocaïne ! Et puis pour être aussi maigre, elle devait être malade ou droguée hein ! Elle est chirurgienne vous savez, mais on ne sait pas grand-chose d’autre ! Jamais un signe de vie, jamais une petite discussion entre voisines ! La dernière fois, je suis allé dans son appartement emprunter du sucre, oh, vous savez, la petite méthode pour fureter un peu, hé, je suis comme ça moi ! Hé bah tout était propre, tout était rangé ! Une médecin, ça pour sûr ! Mais je me dis que c’est pas normal moi, non.

James fit un geste désespéré en direction de ses coéquipiers, mais ils embarquaient déjà à bord de la plate forme à réaction pour arriver au niveau du brasier. Un gémissement s’échappa des lèvres du jeune lieutenant.

Oh mais c’est qu’elle avait ses secrets la petite hein ! Une fois, un homme est monté, mais il est vite redescendu. Pas grand-chose à se mettre sous la dent, ou alors elle lui a fait peur. Mais elle est très correcte hein, je voudrais pas dire du mal d’une demoiselle si convenable ! Ca va lui faire un choc quand elle verra que ça a brûlé ! Oh moi je suis solide, je ne m’en fais pas, mais elle, si pâle, si chétive… Elle va s’évanouir pour sûr ! Je lui ferais une tarte en rentrant tiens. Oh mais suis-je bête. Ma cuisine a brûlé, hihi ! Vous pensez que l’assurance me remboursera vite ? C’est que j’aimerais bien une petite maison de banlieue moi hein ! Et un jardin, oh un jardin !

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Mer 14 Déc 2011 - 21:41


La douleur était délicieusement atroce et Twikjeya prit le temps la savourer en contemplant sa main gauche, ou plutôt ce qu'il en restait. L'os était noirci, mais par un miracle étrange, les phalanges étaient encore intactes, ce qui donnait à son moignon l'étrange aspect d'une serre acérée. Les tendons étaient en revanche carbonisés et la jeune femme retint une moue de dégoût en s'apercevant qu'elle ne pouvait plus bouger ses doigts. Dommage, vraiment dommage songea elle en esquivant de justesse un jet de gaz enflammé qui lui roussit les cheveux. Perdre sa main ne l'ennuyait guère mais elle refusait qu'une seule flammèche n'effleure son visage presque parfait.

En revanche, il était peu probable qu'elle puisse se sauver davantage. L'entrée de son appartement avait depuis longtemps basculé à l'étage inférieur dans une gerbe d'étincelles, et la moitié du salon n'était plus qu'un brasier infernale. Il n'y avait guère plus que la fenêtre et le balcon d'accessible, et c'était sur ce dernier qu'elle se tenait à présent, observant avec curiosité les fenêtres exploser, malmenée par les températures extrême. Elle prit soin d'enrouler un morceau d'étoffe autour de sa main pour ne pas perdre ses os et s'assura que la plaie était cautérisée. Elle l'était, et à un niveau quasi parfait, l'équivalent de ce qu'un chirurgien aurait pu faire. Et dire que c'était un jet de gaz aléatoire qui lui avait sectionné son membre... Intéressant.

En bas, les pompiers s'agitaient. Ils avaient visiblement aperçus la frêle silhouette vacillante sur son balcon battu par les vents, et s'interrogeaient désormais sur la façon la plus rapide de grimper au neuvième. Twikjeya n'en avait cure, et elle savourait les frissons de douleurs qui lui paralysaient le côté gauche, ravie de découvrir une intensité qui manquait à chaque instant de la faire basculer dans l'inconscience. Ses lèvres bleutée tressaillaient en permanence, fredonnant une mélodie que personne ne pouvait comprendre. Désormais tout à fait en transe, pupille dilatées au maximum, Twikjeya retroussa sa robe pour enjamber plus facilement la balustrade, prenant garde à ce que ses pieds nus ne dérapent pas sur la fine couche de glace qui recouvrait son balcon. En bas, ils criaient, ils criaient les impies... C'était agaçant de devoir s'adresser en permanence à des gens qui ne comprenaient rien aussi ne leur répondit elle rien.

Nissja était probablement en train de manger à cette heure. La petite s'en était retournée en Russie sous la discrète protection de quelques connaissances particulièrement fidèles, et laissait à sa mère le loisir de vaquer à ses occupations. A sa folie diraient certains, mais elle s'était déjà exprimé sur les pathétiques incroyants. A vrai dire, elle était désespérément lasse de devoir composer avec des gens qu'elle n'arrivait pas à comprendre. Ils étaient trop peu évolués, ou trop différents d'elle. Le vent froid lui piquait les yeux, et elle trouvait cela fort agréable, cela lui permettait de rester consciente tout en savourant l'extase presque parfaite de ce moment unique. Elle jeta un dernier coup d’œil aux lumières diffuses de la ville autour d'elle, haussa les épaules lorsqu'un imbécile moins stupide que les autres parvint à mettre la main sur un mégaphone, et sauta légèrement en avant. La quasi totalité des gens descendaient d'une attaque cardiaque avant de toucher le sol. Cela aussi, c'était stupide. Il n'y avait pas à avoir peur d'une rencontre un peu brutale avec le béton, pas au point d'en mourir une fraction de seconde plus tôt.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash Ven 6 Jan 2012 - 1:31



Elle n’avait jamais imaginé que la douleur soit aussi violente et ses lèvres s’ouvrirent pour pousser un cri qui mourut dans sa gorge. Le choc avait été brutal, trop fugace pour qu’elle puisse l’apprécier à sa juste valeur. Implacable, il ne lui avait pas donné l’occasion de réaliser ce qui se passait. A présent, elle gisait telle une poupée désarticulée dans la neige de la ruelle. Son dos avait émis un craquement de mauvaise augure lorsqu’elle avait rebondi sur l’énorme hummer. Elle s’était probablement brisé la moelle épinière en tombant sur l’arène de la voiture.

C’était fortement déplaisant. Tout d’abord parce qu’elle était incapable de bouger le petit doigt en dépit d’une volonté hors du commun. Le sang qui jaillissait à gros bouillon d’une plaie atroce à la base du coup l’empêchait d’y voir clair et des points noirs de mauvaise augure envahissaient les extrémités de son champs de vision. Elle devait avoir l’air ridicule dans cette position soupira elle, mais bientôt ce fut le cadet de ses soucis car son cerveau s’éteignait petit à petit. Elle n’avait plus mal depuis quelques secondes qui paraissaient des heures entières, et elle ne comprenait plus rien.
Quelque part autour d’elle, on se pressait et on s’affairait, mais les gestes étaient machinaux, dépourvus de l’étincelle d’espoir qui les rendait si précieux. Tous savaient qu’ils étaient vains et qu’aucune force ne pouvait sauver un être de chair et de sang après pareil traumatisme. Et lorsque les lèvres ne laissèrent plus échapper l’infime souffle qui permettait aux fous d’espérer, tous se figèrent, troublés par la beauté irréelle de cette créature à l’apparence si figée. Et ceux qui la connaissaient auraient pu penser qu’elle n’était qu’assoupie tant son teint pâle était épargné par la souffrance de ceux qui mourraient, mais personne n’était là pour contempler les grands yeux azurs figés vers une destination qu’elle seule connaissait. Personne ne serrerait cette main glacé qui n’avait jamais caressé pour la rassurer à l’aube de son dernier voyage, mais l’auraient ils fait sachant le dédain de la jeune femme pour la peur et la souffrance ? Elle s'éteignit seule comme elle l'avait toujours été.


Twikjeya Elkash mourut à l’âge de vingt ans. Le père de ses enfants lui survécut en dépit des terribles blessures qu’elle lui avait infligé.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [RP] Appartement de Twikjeya Elkash

Revenir en haut Aller en bas

[RP] Appartement de Twikjeya Elkash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Appartement de Hayabusa Toyome
» Appartement de Naoki
» L'appartement de la tortionnaire [PV Clyde Waldan] [RP CLOS]
» Mieux qu'une fontaine d'appartement (19.12.10 à 15h32)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Generation-X :: ~Canada : Vancouver et Environs~ :: -Vancouver- :: -Les Quartiers--
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit