Forum de Jeux de Rôle Futuriste - Inspiré des Mutants de Marvel (X-Men)
 
--In Game (mars/avril/mai 2052) : Votre personnage peut évoluer librement en mode vie--
-- IRL (NOVEMBRE 2016) : Nos personnages prédéfinis cherchent une plume pour leur donner vie !--
N'hésitez pas à nous rejoindre !

//

[RP] Le Chasseur rôde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Krauser

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Assassin
Race : Humanoïde
Clan : BCGDCA
Age du perso : 28 -avant opération-
Profession : Tueur professionnel au service du gouvernement
Affinités : Aucune.
Points XP : 45


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Manipulation énergetique.
Type: Aucun
Niveau:

MessageSujet: [RP] Le Chasseur rôde... Jeu 30 Déc 2010 - 15:41

L'Assassin avait été envoyé en Australie un jour avant la date à laquelle il devait effectuer sa mission, pour se préparer efficacement et ainsi analyser la situation et les lieux où se déroulerait le meurtre. Sa cible était une jeune femme, seulement âgée de 27 ans, qui défendait les mutants bien qu'elle soit humaine. Cette dernière commençait à soulever un mouvement d'une importance que le Cercle ne devait pas négliger... Un discours allait être prononcé ici, à proximité d'un établissement universitaire. Il allait sans aucun doute attirer les foules, et par extension de nouveaux adhérents, jeunes et plus faciles à convaincre.

Krauser était fin prêt à mener à bien la mise à mort de la militante, les probabilités pour que la sécurité présente sur les lieux soit suffisamment importante pour l'en empêcher étaient relativement basses, les gens ne se doutaient pas qu'elle puisse être prise en chasse par un organisme quelconque, c'était pourtant le cas. Le meurtrier sans visage observa un court instant sa montre, le discours allait avoir lieu dans une demi-heure et déjà les participants s'affairaient à terminer les préparatifs, la petite scène était quant à elle déjà mise en place.

Nullement pressé par le temps, il se dirigea vers un immeuble qu'il avait repéré la veille, fermement décidé à accéder au toit du bâtiment pour commettre l'acte auquel il avait longuement été préparé. Vêtu d'un long manteau sombre qui cachait sa combinaison militaire, d'une paire de gants de cuir et d'un chapeau noir particulièrement large, le Prédateur se fondit dans la masse grouillante d'individus pour atteindre son poste. Le concierge était un homme âgé, assis sur une chaise à quelques mètres de l'entrée principale, que Krauser allait être forcé d'emprunter, il ne pouvait tout simplement pas arriver en retard. Pour l'instant les personnes venues écouter la femme discourir n'étaient pas encore encadré, et le brouhaha permettait à l'Assassin de prendre place sans risquer de se faire repérer.

Krauser s'abrita des regards, dans l'ombre et face à un mur. Ainsi les gens allaient croire qu'il se servait tout simplement d'un briquet, ou qu'il utilisait son téléphone. Bien entendu, il n'en était rien... Il déposa la valise métallique qui renfermait la future arme du crime, puis le tueur sortit de l'une des poches de sa combinaison une minuscule seringue et une petite fiole de liquide transparent, contenant un puissant produit somnifère capable d'endormir un homme adulte pour approximativement cinq heures, environ quinze secondes après injection. Il dévissa le minuscule couvercle bleu et inséra la fine aiguille dans l'orifice, suite à quoi il en extirpa le contenu et remit le reste à sa place. Il cacha la seringue sous la longue manche de son vêtement et s'approcha rapidement du vieil homme après avoir récupéré son arme, qui le dévisagea avant de lâcher, dédaigneux :


"Qu'est c'que vous voulez ?"

L'Assassin fit encore un pas en avant, désormais bien trop proche du concierge qui commença à s'inquiéter un peu. Fixant le pauvre vieillard d'un regard froid et vide d'émotion, il répondit sans même manifester d'agacement face au comportement méprisant de son interlocuteur :

"Navré de vous déranger. Auriez-vous une cigarette ?"

Quelque peu surpris, et surtout dérangé par la voix semi-robotique de l'homme en noir, ll rétorqua par un grognement incompréhensible avant de baisser la tête vers son blouson pour chercher le paquet qu'il avait acheté la veille, et Krauser profita de cette occasion pour déplacer sa main d'un geste vif et extrêmement précis, enfonçant l'aiguille de sa seringue dans le cou de sa victime, qui sombra dans un sommeil artificiel avant même d'avoir eu le temps de crier. Bredouillant quelques mots avant de s'endormir totalement, il faillit s'effondrer et tomber de sa chaise. Mais l'Assassin replaça en vitesse la seringue à l'intérieur de son habit puis rattrapa l'individu, désormais assoupi, avec douceur, il reposa délicatement le dos de sa victime sur le dossier, maintenant sa tête de l'autre main pour éviter qu'il ne se cogne. Voir un homme âgé somnoler devant son habitation n'avait rien d'extraordinaire, cela n'attirerait pas l'attention. De plus, le produit allait en partie altérer les derniers souvenirs qu'il avait eus de son agresseur, il n'allait sans doute même pas être en mesure de se souvenir de l'écharpe qu'il portait sur son visage.

L'Humanoïde entra discrètement dans l'immeuble et utilisa l'escalier pour s'infiltrer sur le toit où il désirait se rendre. Encore quinze minutes avant le commencement du discours, il avait tout son temps... Une fois arrivé devant la porte, il s'aperçut que seul un cadenas rudimentaire lui barrait la route, cela allait s'avérer encore plus facile que prévu. Le meurtrier s'assura qu'il n'y avait personne d'un bref coup d'œil en arrière, puis il utilisa l'un de ses attributs cybernétiques pour forcer la serrure. Une petite aiguille métallique sortit de son poignet et se déploya silencieusement, c'était celle qui lui permettait de se recharger. Elle présentait toutefois une autre fonctionnalité, celle de pouvoir fondre certains métaux. Il appliqua la pointe directement sur la chaîne et put apprécier l'efficacité de son outil, dont l'extrémité vint s'illuminer d'un vif éclat orangé. Un peu de fumée épaisse et toxique apparut, et le cadenas céda. Très rapidement, Krauser avança son autre main pour empêcher l'objet détruit de terminer sa chute sur le sol, puis il poussa la porte. Il déposa le métal chauffé au sol puis marcha jusqu'à la bordure du toit, à la recherche de sa proie.

Il la voyait, la photographie que le Cercle avait placée dans son dossier correspondait parfaitement. Cheryl Williams, jeune femme blonde au doux sourire, s'avançait sur l'estrade pour faire face à la foule qui attendait patiemment le début du discours. Elle semblait très fière de l'importance de cette manifestation... Mais la joie cèderait bientôt place à l'horreur.

Krauser posa à terre sa valise puis, s'appuyant sur un genou, il pressa les deux loquets et l'ouvrit, dévoilant ainsi l'instrument de mort qu'elle contenait. Un fusil de précision, possédant une lunette à visée télescopique de haute qualité à zoom ajustable et une option infrarouge, dont l'Assassin n'aurait pas besoin dans la situation à laquelle il était confronté.
Utilisant un système de propulsion magnétique très avancée, l'arme offrait une puissance de feu inégalable malgré son temps de recharge relativement handicapant, à moins d'être un tireur d'exception. Les imposantes munitions perforantes allaient déchiqueter littéralement la victime, qui n'aurait aucune chance de survie.

Une balle, un mort... Un crédo de sniper que Krauser devait mettre en pratique pour mener sa mission à bien. L'Assassin, détenant une grande expérience de ce type d'armement, monta le fusil en un temps record et posa le support de tir près de la bordure du toit. Il ôta ensuite son imposant manteau, ainsi camouflé par la couleur grise de sa combinaison. Le meurtrier, sentant l'heure fatidique arriver, s'empressa de se défaire de l'écharpe pour prendre son masque à gaz rangé dans sa valise, qui était lui aussi teinté d'un gris plutôt clair, contrairement à l'accoutumée. Le Prédateur activa l'appareil respiratoire au cas où la sécurité utilisait des grenades empoisonnées, bien que cette éventualité eut peu de chance d'être exact, et referma la mallette. Sa véritable inquiétude, ou plutôt celle de ses supérieurs, était la présence de mutants dans le public, qui détenaient possiblement des sens surdéveloppés. Il devait agir vite et bien, sous peine d'être débusqué.

Une fois les préparatifs achevés, L'Assassin se retourna et se plaça à son poste. Couché sur le ventre, il déposa l'arme sur son support qu'il fixa solidement, avant d'approcher son oeil totalement noir de la lunette. Il avait Cheryl en joue, et modifia la puissance du zoom pour avoir un peu de recul sur la scène. Entourée par deux agents de police très légèrement équipés, elle semblait décidément être la proie la plus facile à abattre, en comparaison des nombreuses cibles qu'il avait tué sous les ordres du Cercle. Le discours avait débuté depuis quelques minutes, l'Assassin se redressa d'une dizaine de centimètres et pressa un petit interrupteur sur son masque anti-gaz, qui était adapté à son oreillette. La transmission avec les superviseurs de la mission fut établie, et Krauser lança quelques mots à leur intention :


"J'ai la cible en visuel. Demande autorisation de l'abattre."

Le petit appareil placé dans son oreille émit quelques grésillements, puis une réponse directe et rapide fut donnée à l'agent du Cercle :

"Négatif, on attend."

Krauser ne se posa aucune question et acquiesça, retournant se placer derrière son arme. Il la chargea électriquement après y avoir inséré la longue balle d'acier, et se prépara à exécuter les ordres.

L'échec était inenvisageable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Le Chasseur rôde... Sam 1 Jan 2011 - 16:17

Rien ne prédestinait Twikjeya Elkash à mettre un jour les pieds en Australie. Le pays était chaud, trop chaud certainement pour une slave d'origine finlandaise. En outre, mademoiselle Elkash n'était pas spécialement douée en matière de relations sociales, de diplomatie ou de prises de contact fructueuses. Malheureusement pour elle, la Confrérie faisait face à un sous effectif alarmant et elle s'était donc vu assigner la tâche d'assister au discours de Cheryl Williams. Kenjiss était absent, mais ce n'était pas une raison pour ne pas élargir le cercle de partenaires privilégiés dont disposait la Confrérie, quand bien même il s'agissait d'individu prônant des idéaux aussi détestables que la tolérance entre humains et mutants. C'était la politique extérieure officielle de la Confrérie après tout.

C'était donc pourquoi la jeune slave se retrouvait assise au premier rang dans la salle où devait se tenir le discours. Cheryl Williams n'avait évidemment pas craché sur le soutien de la Confrérie Moderne, une institution dont la puissance politique n'était plus à démontrer, et qui possédait un budget respectable mis à disposition de ses partenaires privilégiés. Elle avait néanmoins compris que réclamer le moindre denier à la dame qui représentait pourtant une manne financière aurait été prématuré. Mais Cheryl Williams était de celles qui ne perdent pas espoir et elle espérait bien arracher une bourse garnie des mains griffue de mademoiselle Elkash avant son départ pour le Canada.

De son côté, la jeune slave était à des années lumières de songer à satisfaire les demandes de mademoiselle Williams. Elle espérait simplement s'en aller le plus vite possible, retrouver un laboratoire calme et vide de toute présence importune... La chaleur ne la gênait pas spécialement, malgré ce qu'elle avait craint à l'aéroport. Si elle portait une robe noire comme à l'accoutumée, elle avait pris soin de n'emmener que les plus légères de sa collection. Twikjeya avait eut recours au même subterfuge que sur la Transatlante afin de pouvoir dévoiler ses bras sans faire s'évanouir d'horreur l'assistance. Une synthépeau fine, mais parfaitement opaque, recouvrait ses cicatrices tout en laissant sa peau respirer, lui permettant de ne pas s'étouffer dans les robes longues qu'elle portait habituellement. Elle portait comme toujours des boucles d'oreilles défiant les lois de la gravité et la résistance de ses lobes, attirant autant de regards que son teint neigeux contrastant avec le bronzage parfait des spectateurs australiens. Mis à part cela, miss Elkash se fondait parfaitement dans le paysage, dissimulée derrière sa paire de lunette de soleil à mille cinq cent dollars. Le soleil australien était particulièrement fort, et elle craignait moins les coups de soleil qu'une surcharge de ses pupilles récemment revenues à la vie. En conséquence, elle n'avait pas hésité à taper dans le haut de gamme des verres teintés en s'offrant la rolls des lunettes, s'interrogeant tout de même sur le prix de ses montures. Dépasser les mille dollars pour des verres, certes indestructibles et traités, montés sur des tiges en titane tressé était quelque peu... excessif ? Qu'importe. Les verres protégeaient efficacement ses pupilles azurées encore sensibles, et la monture dissimulait son visage sans tomber dans l'excès à l'image des adolescents américains, qui incarnaient pour elle le summum du mauvais goût. En outre, les quelques améliorations tout à fait illégales apportées à l'ensemble justifiaient son prix.

Mais ce n'était pas parce qu'il faisait chaud et qu'elle n'était pas dans son élément naturel que Twikyea Elkash allait relâcher son attention. Elle était la femme de glace, toujours à l'affût, toujours prête à riposter au moindre mouvement suspect et à réagir à toute menace immédiate. Tout en suivant d'une oreille le discours de Cheryl Williams, elle écoutait la salle derrière elle, vérifiait du regard que rien n'était pas à sa place... Le policier à droite de l'estrade avait un bouton défait. Il lorgnait sur elle depuis tout à l'heure d'ailleurs, ignorant qu'elle avait parfaitement repéré son petit manège, dissimulée derrière ses lunettes.

Et puis elle la vit. La menace, toute simple, mortellement précise. Le simple reflet du soleil sur une lunette. Un scintillement infime que peu de yeux pouvaient capter. Une fraction de seconde plus tard, il avait disparu. Mais Twikjeya ne se trompait jamais.
Elle réfléchit en une demie seconde. Ce n'était pas tant la réaction à la menace que les mesures appropriées à celle si qui méritait réflexion. Fallait il laisser Cheryl Williams mourir ? Les échos de son meurtre pouvaient servir la cause mutante. D'un autre côté, la Confrérie n'avait que peu de contacts en Australie. Non, décida elle trois centième et quatre dixième après avoir lancé son débat intérieur, Williams ne devait pas mourir. L'éventualité qu'elle ne soit pas la cible du tir était infime et elle choisit de l'ignorer. La salle n'était pas constituée de personnalités susceptibles de recevoir une balle, elle avait au préalable vérifié la liste des invités. Aussi se leva elle.

La petite silhouette noire qui se dressa sur ses pieds provoqua un remous de protestation dans la salle, qui s'apprêtait à crier au scandale alors que Williams ouvrait la bouche telle une carpe hors de l'eau, prête à lui demander de se rassoir avant de se souvenir de ce qu'elle représentait. Un index osseux se pointa vers la baie vitrée, et la voix de la belle chanta, prenant sans mal l'ascendant sur les murmures outrés.


Tireur !


Au service de sécurité de jouer à présent.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krauser

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Assassin
Race : Humanoïde
Clan : BCGDCA
Age du perso : 28 -avant opération-
Profession : Tueur professionnel au service du gouvernement
Affinités : Aucune.
Points XP : 45


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Manipulation énergetique.
Type: Aucun
Niveau:

MessageSujet: Re: [RP] Le Chasseur rôde... Dim 2 Jan 2011 - 12:24

Tout se déroulait exactement comme prévu...
Le discours avait commencé depuis un moment déjà, et l'attention des invités était portée sur Cheryl, qui ne se doutait absolument pas que sa mort approchait. Elle ne pouvait imaginer que d'un instant à l'autre, un agent allait contacter Krauser par l'intermédiaire de son oreillette, et que la tête de la pauvre jeune femme allait se disloquer dans une effusion sanglante, sans que personne ne comprenne l'origine de cette mort atroce.

Et quand finalement, chacun aura repris ses esprits, le meurtrier sera déjà loin.


Un superviseur s'adressa à l'Humanoïde, visiblement très calme. Personne ne doutait des capacités de l'Assassin, il avait fait ses preuves depuis un certain temps déjà.


"Prépare-toi à faire feu."

Krauser se focalisa sur sa cible, prêt à agir. Il était logiquement impossible qu'un retournement de situation survienne, tout était calculé au millimètre. Krauser, totalement immobile, ne cillait pas malgré le peu de confort qu'offrait sa position, rien ne pouvait plus le déconcentrer. Le Prédateur allait bientôt frapper et sa proie n'aurait aucune chance de survie.

Et c'est alors qu'un événement inattendu vint perturber la finalisation de ce meurtre absolument parfait, dont l'issu semblait pourtant inexorable. Une femme se dressa au dessus des autres personnes, et le meurtrier sut alors qu'il était débusqué avant même que cette dernière ne se tourne vers lui. Elle le pointa du doigt, désignant avec une précision insensée l'emplacement exact de Krauser.

Certains représentants de l'ordre s'orientèrent dans la direction qui était indiqué, sans vraiment y croire, tandis que les invités se retournaient les uns après les autres pour s'en assurer eux-mêmes. Les deux agents de sécurités présents aux côtés de Cheryl commencèrent à jeter des coups d'œil rapides dans toutes les directions, la main sur leur arme de poing, tandis qu'un autre intimait à celle qui était à l'origine de toute cette agitation de se rassoir. La militante commença à se déplacer sur la scène pour calmer la foule, les chiens de garde sur ses talons.

Les sceptiques furent rapidement contraints de se ressaisir, lorsqu'un bruit de détonation colossal vint vriller les tympans de chaque individu présent sur les lieux. Les civils se jetèrent au sol dans une symphonie de hurlements, alors que les policiers alertés cherchaient la trace d'une éventuelle victime du tir. Et ils la trouvèrent, lorsqu'ils aperçurent avec effroi le visage –ou plutôt ce qui en restait- désormais intégralement rouge de l'un des gardes du corps de Cheryl, dont la face était maculé du liquide qui circulait quelques instants plus tôt dans ses artères et dans ses veines. La balle l'avait atteint à la mâchoire, déchirant ainsi une bonne portion de la tête du pauvre malheureux, qui s'effondra dans un infâme gargouillement.

L'homme qui guidait l'humanoïde à distance perdit son calme, et ordonna au Tueur de se replier immédiatement en lui indiquant sa propre position. Effectivement, des agents du Cercle étaient déjà présents sur les lieux pour épauler l'Assassin.

Impossible... Krauser venait de manquer sa proie, pour la première fois depuis qu'il avait été mis en service. Nullement déçu, et encore moins énervé, L'Assassin conserva comme d'habitude son sang-froid, et il entreprit de démonter son fusil en vitesse avant que les forces de l'ordre ne l'atteignent, combattre étant inévitable dans un tel cas de figure, ce que l'Humanoïde voulait à tout prix éviter, bien entendu.

Pour l'heure, la priorité était au repli. Krauser acheva ses préparatifs et se prépara à quitter les lieux. Trop tard, un bref regard au sol lui permit de réaliser qu'un certain nombre d'agents de police se ruaient dans la cage d'escalier pour le neutraliser. N'ayant aperçu aucune autre issue, il dût se rendre à l'évidence, seules ses capacités d'humanoïde pouvaient le tirer de cette situation désastreuse. C'était un risque important, mais qu'il était nécessaire de prendre.
Krauser changea de direction, pour s'orienter de l'autre côté du toit de l'immeuble.
Devant lui, à près de 15 mètres, se dressait un autre bâtiment légèrement moins haut que celui sur lequel il se trouvait. Il fut contraint d'abandonner sa mallette pour réussir à s'échapper, Krauser se devait impérativement d'agir aussi vite que possible.

L'Assassin n'hésita pas et concentra une grande partie de son énergie électrique dans sa jambe droite. Il fit cinq pas en arrière pour prendre de l'élan puis il s'élança. Prenant appui sur le membre dans lequel était concentrée sa puissance, il effectua un bon en avant gigantesque qu'aucun humain n'aurait su reproduire. Le saut s'acheva par une roulade sur la surface bétonné de l'autre toit.

L'Assassin ressentit subitement les effets secondaires de ses surprenants pouvoirs cybernétiques, et il chuta après avoir couru sur deux mètres. Agenouillé, il éprouvait une très forte difficulté pour se mouvoir. Le saut avait été trop important, il fallait rééquilibrer l'énergie et en attendant, le corps ne suivait plus. Par chance, deux bidons se trouvaient là, déposés l'un à côté de l'autre. Krauser puisa de nouveau dans ses réserves pour s'en approcher et il s'accroupit derrière, silencieux.

Les policiers se jetèrent sur la porte que l'Assassin avait forcée auparavant, et ils se mirent à le traquer. L'un d'entre eux appela une équipe en renforts, censée clôturer le périmètre tout entier pour éviter que le meurtrier ne s'échappe de la zone. Mais en réalité, les agents ne savaient que penser. L'homme qu'ils poursuivaient et qu'ils étaient parvenus à acculer au sommet d'un immeuble avait tout bonnement disparu, c'était incroyable. La logique aurait voulu qu'il possède donc des pouvoirs de mutant, mais pourquoi diable un mutant se serait-il attaqué à une femme qui défendait ses droits ? Rien de tout cela n'avait de sens.

Krauser sentit qu'il était de nouveau en mesure de se déplacer, mais il devait choisir le moment idéal pour s'échapper. L'humanoïde se risqua à observer ses poursuivants, mais il se ravisa aussitôt lorsqu'il vit l'un des représentants de l'ordre s'orienter dangereusement dans sa direction. Il resta figé, adossé à ce bidon vide et crasseux pendant un court laps de temps avant de tourner la tête une fois encore. Celui qui était sur le point de le repérer avait fait demi-tour, discutant désormais avec ses collègues tandis que deux hommes disparurent à l'intérieur de l'immeuble.

L'Assassin activa l'interrupteur de son oreillette et lança au superviseur :


"La mission est un échec, je me replie. Les renforts arrivent, faites-moi évacuer."

A peine avait-il terminé sa phrase que l'agent du Cercle qui suivait à distance l'Assassinat répondit tout en démarrant son imposant véhicule banalisé.

"Compris, on se déplace. On t'a sur l'écran."

C'était maintenant qu'il fallait agir : Krauser se déplaça une fois encore vers le rebord du toit, accroupi et sans faire de bruit, suite à quoi il se laissa tomber dans le vide. Cette fois-ci, la manœuvre périlleuse manqua de lui coûter la vie. L'Assassin concentra une partie du peu d'énergie restant dans son organisme pour la déplacer vers les muscles de son bras droit.

Et alors qu'il longeait le mur de la bâtisse à une vitesse excessivement élevée, il envoya son membre chargé vers l'avant afin d'attraper d'une seule main un balcon situé à bonne distance du sol. Le choc fut suffisamment important pour tordre légèrement la barre de métal dont Krauser se saisit. L'humanoïde à bout de souffle s'aida de son autre main pour se rétablir, puis il se laissa tomber.

Heureusement pour lui, il n'y avait aucun témoin en vue. L'Assassin sortit l'aiguille de son poignet et s'avança vers un petit véhicule motorisé à deux roues garé près de l'entrée d'un appartement du rez-de-chaussée. Il l'enfonça directement dans l'objet, après s'être servi de la pointe brûlante qui dévorait l'acier et pompa toute l'électricité contenue dans la batterie. Il était désormais en partie rechargé et il se dissimula dans l'ombre, près d'une baine à ordures.

De son oreillette sortirent quelques petits bruissements désagréables, puis on s'adressa une nouvelle fois à lui.


"Impossible pour nous de passer par ici, les flics sont déjà là. Trouve un autre moyen de quitter cette zone sans te faire capturer."

Krauser observa les alentours, pas d'unité armée. Il semblait avoir atterri dans une sorte de ruelle, que le soleil peinait à éclairer en raison de la taille relativement importante des bâtiments. La police devait être en train de ratisser les lieux, cet endroit était loin d'être sûr...

L'humanoïde se demanda un moment qui était donc la femme qui avait fait échouer sa mission. Une mutante ? Etait-elle fichée ? Quoi qu'il en soit, le Cercle allait devoir régler ce problème, et vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Twikjeya Elkash

Type Gamma

Type Gamma

avatar

Race : Mutante
Clan : Indépendante
Age du perso : 25 ans
Profession : Chirurgienne de génie.
Sacrificatrice surdouée.
Experte des armes blanches.
Botaniste hors pair.
Prêtresse fanatique.
Affinités : La mort, les mutants et les âmes en détresse.

Points XP : 895


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Maitrise du sang.
Type: Gamma
Niveau: 4

MessageSujet: Re: [RP] Le Chasseur rôde... Mer 5 Jan 2011 - 0:02

Twikjeya avait surnagé au milieu de la marée humaine. Malgré sa petite taille et ses capacités physiques bien en deçà de celles de l'australien moyen, la jeune slave était parvenue à esquiver en grande partie la bousculade monstrueuse qui avait suivit son intervention, et le tir qui s'en était ensuivi. Particulièrement attentive à ce que personne n'accroche ses boucles d'oreilles disproportionnées, la femme sombre s'était retrouvé dans la rue en quelques secondes, et n'avait pas tardé à s'éloigner de la foule en furie.

Il était amusant de constater le manque de réflexion de bien des être forcés d'affronter la mort. Beaucoup paniquaient et criaient sans raison avant de se ruer en tous sens, n'écoutant qu'en dernier recours les consignes des agents chargés de faire évacuer la salle. Les mammifères et les mutants de la salle avaient paniqué de concert, au grand désarrois de la confrériste. S'ils avaient réfléchis, ils se seraient rapidement aperçu de l'inutilité de leurs gesticulations paniquées. La peur et l'instinct de survie n'étaient que poisons lorsque la situation dégénérait. Il convenait alors d'adopter une attitude réfléchie propre à limiter au maximum les dégâts que causeraient une fuite éperdue dictée par des instincts depuis longtemps inutiles dans un monde civilisé. En l'occurrence, la course vers la sortie avait été d'une stupidité sans nom. Seuls les gardes du corps de miss Williams avaient eut raison de galoper, d'une part parce qu'ils devaient protéger leur cliente, mais également parce qu'ils couraient également le risque d'attraper une balle en raison de leur proximité avec cette dernière. Le reste des animaux n'étaient qu'une masse stupide.

L'atmosphère qui régnait à l'extérieur de la salle était électrique. Les policiers et les ambulanciers semblaient avoir décidé de se lancer dans un concours typiquement masculin, à savoir qui lançait le plus d'ordres à la seconde, afin de faire mime de gérer la situation. Sans doute cela satisfaisait il leurs égos de mâles dominants. Malheureusement, les premiers en étaient réduits à canaliser une foule traumatisée tandis que les secondes distribuaient mercurochrome et pansements aux blessés qui s'étaient écorchés la main en s'écrasant sur le trottoir. Le garde du corps qui avait flirté avec une balle n'avait bien évidemment plus besoin de soins.

Mademoiselle Elkash aurait fort bien pu apporter son aide à ces malheureux victimes d'une catastrophe qui avait anéanti leur vie, mais devant le peu d'intelligence de ces êtres, elle n'avait cure du spectre de l'infection qui planait sur bien des paumes égratignées. La brune surveillait plutôt les alentours, en particulier l'endroit d'où le coup était parti. La conférence de presse était clairement remise à plus tard, miss Williams sanglotant probablement au fin fond de la cave de l'hôtel. Autant faire le point sur la menace qui avait un instant pesé sur la pacifiste. Non par quelconque affinité mais plutôt pour faire le point sur l'ennemi qui menaçait les mutants. Un extrémiste gênant vraisemblablement. La Confrérie n'était en tout cas pas impliquée, elle aurait été au courant.

Il ne lui fallut pas longtemps pour intercepter du regard la masse noire qui traversa une ruelle. L'endroit était sombre, mais Twikjeya possédait d'extraordinaires facultés d'attentions, à défaut d'avoir tout à fait récupéré de ses blessures de la TransAtlante et jugea fort à propos que la silhouette humaine qui effectuait un saut inhumain en travers d'une ruelle adjacente au lieu du tir était probablement liée à l'attentat. Elle se dirigea donc paisiblement vers le lieu de l'atterrissage de l'étrange être. Nul ne lui prêta attention, pour la bonne et simple raison qu'elle ne sanglotait pas dans les bras d'un ambulancier compatissant. Grâce et maintien n'étaient ils pas les mots d'ordres de la mutante ?

Au creux de sa manche gauche l'attendait bien évidement son éternelle lame, prête à l'emploi. Mais Twikjeya n'était pas de celles qui se risquaient à corps perdu dans l'aventure. Minimiser les risques et prendre en compte tous les paramètres permettaient d'éviter bien des soucis. Nul besoin d'être dotée de capacités physiques hors du commun. Elle ne les possédait de toute façon pas, et si nulle lame ne traversait sa chair, Twikjeya Elkash était tout à fait incapable d'un effort violent. Autant les limiter également.
La sombre dame passa une main dans ses cheveux et ne prit pas la peine de pénétrer dans la ruelle. Une balle pouvait fort bien abréger son existence en quelques instants, sans lui prodiguer la moindre once de plaisir. Elle se contenta de ne pas dépasser le mur adjacent, s'arrêtant comme pour se recoiffer. Mais une voix chantante s'éleva dans les airs, presque narquoise. Un ton que l'on ne lui connaissait guère, mais qui commençait à porter les stigmates d'une trop grande proximité.


Fuyez vous donc aussi bien que vous tirez ? Vous n'irez pas bien loin je le crains.

........................................................................................................................................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [RP] Le Chasseur rôde...

Revenir en haut Aller en bas

[RP] Le Chasseur rôde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La Grotte du Chasseur
» Le chasseur est la proie du prédateur | Nuit d'Orage|
» Un trait légendaire remis au goût du jour pour le Chasseur
» Ce matin, un lapin a tué un chasseur (Cassiopée) terminé
» Olofin [Chasseur de gros gibier]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Generation-X :: ~Reste du Monde~ :: -Ailleurs- :: -Océanie-
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit