Forum de Jeux de Rôle Futuriste - Inspiré des Mutants de Marvel (X-Men)
 
--In Game (Summer 2052) : Votre personnage peut évoluer librement en mode vie ou participer à l'Event 'Cymru'--
-- IRL : Nos personnages prédéfinis cherchent une plume pour leur donner vie !--
N'hésitez pas à nous rejoindre !

//

[RP] Si ça c'est pas une entrée fracassante...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Race : Humaine
Clan : Indépendante, ralliée à l'Institut
Age du perso : 40 ans
Profession : Sous-directrice de la Lib'Corp
Affinités : Compagne d'un certain tatoué décédé. A présent mère de son fils, Caleb
Points XP : 1300


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Aucun
Type: Aucun
Niveau: 6

MessageSujet: Re: [RP] Si ça c'est pas une entrée fracassante... Jeu 4 Jan 2018 - 2:29

June observait les cercles de fumée qu’elle avait réussi à créer s'élever dans les airs. Elle n’avait pas trop perdu la main malgré les années ! D’une oreille plus ou moins attentive, elle écoutait les explications –légèrement confuses- de Tony. Il faut dire que son accent, qu’elle avait identifié d’origine française, n’arrangeait pas non plus la compréhension du récit. Il semblait clair qu’en définitive celui-ci ait eu beaucoup de chance d’arriver vivant et en un seul morceau à l’Institut.
En revanche, son regard s’était assombrit à l’évocation d’un détail dans son récit… visiblement le travail de sape des autorités françaises anti-mutantes visant à réduire l’existence de l’Institut à néant semblait efficace. Et ça n’était pas pour lui plaire. La Lib’Corp aurait bien du travail à accomplir outre Manche… elle nota dans un coin de sa tête de revenir à l’assaut avec son idée d’implanter une antenne française la prochaine fois qu’elle verrait sa supérieure…

« La plupart des jeunes qui débarquent ici viennent avec la même crainte et les mêmes attentes que toi, c’est légitime… Et c’est bien pour ça que l’Institut existe, il a été créé pour vous aider à connaitre, comprendre et surtout contrôler vos dons. Je te comprends, ne t'en fais pas... et je devine ce que tu ressens pour avoir accompagné une amie sur le même chemin semé d'incertitudes il y a longtemps de ça... »


Sans attendre la question qui ne tarderait pas, l’humaine s’excluait déjà. Et pour cause, elle n’avait aucun pouvoir. Durant un instant, la scène eut un air de déjà vu, lorsqu'elle avait avoué à Kenjiss qu'elle n'était pas détentrice du gène X. Des paroles résonnèrent dans les souvenirs de l’humaine. Les mêmes qui franchirent encore aujourd’hui le bout de ses lèvres, à la différence cette fois, qu'elle ne craignait aucune représailles :

« Je n’en ai pas… Je suis humaine. Mais pour l’instant, je suis ici pour la même raison que toi, j’avais besoin d’un abri… »

Elle n’en dit pas plus, mais instinctivement elle baissa son regard sur le communicateur à son poignet, relié au baby-phone dans sa chambre. Calme plat pour l’instant. Rien à signaler, Caleb dormait toujours.

« Et concernant Samarah, je dirais en effet que c’est une vieille connaissance… » Une très vieille connaissance puisque c'était elle l'amie en question que  June avait épaulée durant leur adolescence.

Là encore, elle n’entra pas dans les détails. Elle ne connaissait pas encore assez le jeune homme pour savoir si elle pouvait lui faire confiance. Mais s’il s’avérait qu’il restait à demeure aussi longtemps qu’elle entre ces murs, il finirait par en apprendre bien davantage. Et puis, il faut dire aussi que Tony ne lui laissa pas le temps de se confier davantage ! Il réussit néanmoins à lui arracher un sourire lorsqu’elle fit mine d’être offusquée

« Dis donc jeune homme ! Tu ne crois pas que je suis un peu trop vieille pour toi ? Je pense que tu trouveras bien plus intéressant ici qu’une mam… momie au teint de zombie »

L’humaine s’était rattrapée au dernier moment ! Même si Tony finirait par découvrir tôt au tard l’existence de Caleb étant donné qu’il logeait dans la même aile que l’humaine, celle-ci n’avait guère envie d’en parler pour le moment…

........................................................................................................................................................................................................

-Tellement improbable qu'il a surgit sans prévenir...
Et lorsqu'il a frappé, il était déjà trop tard !
-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://generation-x.superforum.fr/independants-civils-bcgdca-f57
Tony DiFury

Type Alpha

Type Alpha

avatar

Alias : Rocket
Race : Mutant
Clan : Nouvel Institut
Age du perso : 22 ans, célibataire et libre comme l'air !
Profession : Etudiant
Affinités : - Virginie Parish
- June Appleby
- Samarah Lemington
- Hannah Hughes
Points XP : 365


-PERFORMANCES-
Pouvoir: Propulsion thermochimique et champs énergétique
Type: Alpha
Niveau: 1

MessageSujet: Re: [RP] Si ça c'est pas une entrée fracassante... Lun 8 Oct 2018 - 14:27

« Je n’en ai pas… Je suis humaine. »

La réponse de Tony fut aussi instinctive qu'incontrôlée.

""

La fatigue et la surprise l'avait destitué d'une partie de la maîtrise de son corps, d'où l'apparition inopinée de cette onomatopée improbable. Le grand blond se rattrapa in extremis en penchant la tête sur le côté et en écarquillant les yeux.

"Enfin, heu... okay ! Très bien ! Je m'attendais pas. En fait... je crois que je m'attendais à ce qu'il n'y ait que des mutants ici. C'est stupide, bien sûr ! Enfin... C'est cool en tout cas. Ça fait du bien de voir qu'il y a des humains qui vivent « au plus près du problème », si j'ose dire. On se sent un peu moins comme des pestiférés, c'est chouette... Enfin, en ce qui me concerne, en tout cas !"

Il se gratta la nuque en éclatant de rire encore une fois, avant de reprendre d'un ton plus sérieux, un sourire serein scotché sur le visage.

"Je suis rassuré en tout cas. Ça prouve bien qu'on est dans le même bateau, et que la philosophie de cet établissement est... et bien, humaine, faute d'un meilleur terme : protéger les uns sans exclure les autres. C'est... cool. "

Lorsque son interlocutrice feignit d'être offensé telle une soooo british lady, Tony ne put retenir un nouvel éclat de rire, plus intense encore que le précédent. Courageux mais pas téméraire, le français n'avait d'autre choix que d'emboîter le pas de l'humaine et de tourner le sujet en dérision. Écartant les bras d'un geste théâtral, il mit genou à terre et, rassemblant son vocabulaire le plus châtié qu'il connaisse dans la langue de Shakespaere, répondit avec une emphase plus que surjouée, tel un comédien parodiant sa propre profession.

"Vous sous-estimez votre beauté, milady ! Car la vraie
Ne se mesure pas aux mètres de rides qui barrent le frêle vaisseau de chair qui nous porte ;
Mais en Watts, en Lumens !
Par l'éclat du sourire quand on ris avec son âme, et qu'on chante avec les yeux.
Ainsi, s'il s'en trouve peut-être de plus jeunes au sein de ces murs,
Vous restez, milady, la plus lumineuse entre toutes,
Car votre beauté, même éprouvée par la vie,
Chante haut et clair à mes yeux.
"

Et de terminer sa tirade en ramassant une pâquerette et en la tendant à la belle dame, suspendu un instant dans l'air frais du matin... avant d'éclater à nouveau de rire, désamorçant le solennel de la situation, le sérieux et le pompeux des mots, laissant à l'inconscient de la belle le soin d'enregistrer sens et louanges sous couvert d'innocentes plaisanteries.

Tony fut soudain pris d'un vertige, perdit l'équilibre, et du poser une main au sol pour ne pas choir complètement dans l'herbe humide. Obligé de fermer un instant les yeux, sa vue était trouble lorsqu'il les rouvrit, ne discernant qu'une June floue se découpant dans la tâche lumineuse du soleil à travers les bancs de brume, comme au travers d'une caméra qui aurait foirée la mise au point. Il lui fallut quelques secondes pour rassembler ses esprits et rassurée sa compagne du moment.

"Ça va... j'ai juste... un peu … la tête qui tourne... rien de grave."

C'est alors qu'il réalisa qu'il avait du mal à se rappeler du début de leur conversation, qui ne datait pourtant que de quelques dizaines de minutes, tout au plus. Certains passages manquaient à l'appel, comme si sa mémoire baignait dans une sorte de brume éthérée et onirique qui atténuait sa mémoire comme un épais coussin de ouate. Des bribes de réalité, des fragments de mots et de phrases s'étaient tout bonnement évaporés entre les lèvres pulpeuses de June et les oreilles du grand dégingandé. Son esprit s'était acharné à remplir les trous et lui faire hocher la tête, mais le fait était que la fatigue commençait à avoir raison de ses capacités mentales. Une barre douloureuse commençait à s'installer en travers de son front, et il se rendit compte que ses épaules et sa nuque étaient si raides qu'il dut serrer les dents un bref instant.

Ses articulations grincèrent et tirèrent douloureusement lorsqu'il se releva lentement de toute sa hauteur, lui faisant l'effet d'être une antique armure qui aurait séjourné quelques temps au fond d'un lac salé. Revenu à une altitude respectable et sous la dépression sanguine qui en résulta, il se sentit à nouveau défaillir et dut marquer un temps d'arrêt pour ne pas retourner embrasser les taupes avec les ratiches. Il dut se rendre à l'évidence : il était temps pour lui de tirer sa révérence. Il adressa un faible sourire à la brune.

"C'est pas que je m'ennuie, loin de là... mais je suis tellement fatigué, j'ai l'impression que ça fait quatre ans qu'on parle ! Désolé de le dire comme ça, mais... je suis épuisé ! Si ça ne t'ennuie pas, je vais aller m'allonger un moment... "

Tirant une ultime taffe sur sa clope, il écrasa son mégot sur le sommet de sa botte (manquant de se vautrer lamentablement au passage) avant de le ranger dans sa poche. Puis il prit le chemin de la porte d'entrée. Il marqua un temps d'arrêt, fixant un instant le ciel avant de sourire à June par dessus son épaule.

"Si jamais t'as encore besoin d'un morceau de chocolat à l'occase... hésite pas !"

Et c'est ainsi qu'il rentra, gravit les escaliers comme d'autres gravissent l'Everest, et tituba comme un pilier de bar à 4h du matin jusqu'à sa nouvelle chambre avant de s'écrouler tout habillé sur son lit avec la délicatesse d'une régiment de C.R.S.
Endormi avant même de toucher le matelas, il n'émergera de son coma que dix-huit heures plus tard, affamé et groggy, mais avec un poids en moins sur le cœur et la sensation d'avoir enfin trouvé un endroit au monde où il était à sa place.

........................................................................................................................................................................................................
**  = en français dans le texte




"We're going out tonight
To kick out every light
Take anything that we want
Drink everything in sight
We're going till the world stops turning
While we burn it to the ground tonight"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[RP] Si ça c'est pas une entrée fracassante...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» figues farcies au mascarpone...
» Haiti-RD: L'ambassadeur Haitien se tait, les USA parlent
» Décors Moria et Autres.
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» petite terrine de foie gras saumon lentilles
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Generation-X :: ~Angleterre : Londres et Environs~ :: -Comté de l'Essex : Le Nouvel Institut- :: -Hall/Extérieur-
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit